Livre Blanc de Catalogne Nord : 55 propositions et 55 municipalités pour la catalanité


Les principaux axes du « Livre Blanc de Catalogne Nord » sont la normalisation de la présence du catalan dans l'espace public; l'enseignement en catalan; l'organisation de fêtes populaires et traditionnelles; les liens avec le reste des Pays Catalans; etc...   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous).   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » développe 55 propositions concrètes pour la catalanité qui ont été soumises à toutes les municipalités nord-catalanes.   55 municipalités participent au « Livre Blanc de Catalogne Nord » en y présentant leurs actions et les projets en lien avec la catalanité. De nombreuses autres communes souhaitent aussi participer à ce projet. C'est pourquoi une deuxième édition est déjà prévue, afin de donner une place à toutes les communes de Catalogne Nord et de faire un premier bilan.   L'association culturelle, autogérée et indépendante des Angelets de la Terra était à l'origine un groupe de supporters de l'USAP et des Dragons Catalans, de 2001 à 2009. Elle coordonne depuis 2010 un collectif autogéré et autofinancé de centaines de musiciens. En 2018, elle a organisé 4 festivals « Concerts per la Llibertat » pour la liberté et la démocratie avec la participation de 40 groupes. En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ». En 2020, 23 listes aux municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. Aujourd'hui, le « Livre Blanc de Catalogne Nord » reprend et développe les trois points de la charte de ce « Label Cultural »: langue, culture, pays.   Des exemplaires du « Livre Blanc de la Catalogne Nord » seront offerts à toutes les municipalités, participantes ou pas de cette première édition, à partir de la mi-mai 2021. Ainsi, il sera possible pour tous les élus et les habitants de se procurer ce livre dans les mairies.   Ont participé à la réalisation du « Livre Blanc de Catalogne Nord »: Berenguera Sunyer (psychologue), Christian Troadec (maire de Carhaix), Coleta Planas (conseillère pédagogique de catalan retraitée et poétesse), Daniela Grau (professeur de catalan retraitée), Geneviève Labat (chef d'entreprise), Gildas Girodeau (écrivain), Jaume Gubianas (dessinateur), Joan Peytaví Deixona (professeur d'université spécialiste en toponymie), Joan Planes (co-fondateur des Angelets de la Terra), Michel Leiberich (professeur d'université retraité), Nicolas Marty (professeur d'université spécialiste d'histoire économique et sociale), Olivier Poisson (président de L'ASPHAR), Pierre Lissot (directeur de l'Office Public de la Langue Catalane), Priscilla Beauclair (graphiste et journaliste au Travailleur Catalan), Ramon Faura-Llavari (chef d'entreprise), Rémy Farré (président de l'Associació Catalana d'Estudiants), Richard Bantegny (caméraman, photographe), Rita Peix (docteure en Etudes catalanes et transfrontalières, formatrice pour l'enseignement bilingue)...

Catalan à la SNCF

Les Anges de la Terre ont organisé une action devant la gare SNCF de Perpignan le samedi 22 avril 2006.
Ils ont distribué des tracts en catalan et en français (voir images jointes) et ils ont déployé une banderole appelant au bilinguisme à la SNCF. Cette manifestation a été menée en collaboration avec le groupe Ai'ta en Bretagne et l'association Démo du Pays Basque Nord, qui œuvre depuis six ans pour réclamer la présence du basque dans l'administration. Gorka Torre, le président de Démo était présent devant la gare de Perpinyà avec les Angelets.

 

Communiqué des Angelets de la Terra:

Depuis l'interdiction de l'usage et de l'enseignement du catalan par le roi de France en 1700, la situation n'a pas beaucoup changé dans le Nord de la Catalogne. L'Etat français refuse catégoriquement d'officialiser les langues présentes sur son territoire (corse, breton, basque, occitan, catalan, etc.) et de les préserver dans le cadre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. L'article 2 de la constitution française a également été modifié pour imposer le français comme langue unique de la république. Les dirigeants disent que cette manœuvre visait à protéger le français de l'anglais. Enfin, on voit que la culture anglaise est présente partout alors que la culture catalane est réduite à un niveau folklorique et n'est enseignée qu'à une petite minorité des élèves nord-catalans, malgré le fait qu'il y ait plus de 60% des parents qui aimeraient que leurs enfants apprennent le catalan.

Il n'est pas nécessaire d'aller bien loin pour trouver des exemples de ce génocide linguistique orchestré depuis environ 300 ans. A la gare de Perpignan, « gare internationale » gérée par la SNCF (équivalent de la RENFE en France) et « centre du monde » selon Dalì, on rencontre ce déni de notre peuple et de notre langue à la lecture de la signalétique en anglais, franàçais et castillan/espagnol … mais pas en catalan. Aussi, si nous regardons les guichets automatiques, nous pouvons choisir 15 langues sauf la langue autochtone, sauf le catalan. Enfin, ils indiquent les langues parlées par le personnel aux guichets et même si les Angelets connaissent un personnel qui le parle, il n'est pas indiqué s'ils parlent catalan.

A Iparralde (Pays Basque nord) l'association Demo a obtenu la mise en place d'une signalétique en basque et en français dans les gares SNCF, grâce à des actions d'envergure qui ont eu beaucoup d'échos dans la presse et au soutien des politiques d'outre-Pyrénées. C'est en s'inspirant des basques que les Angelets de la Terra, association culturelle perpignanaise, ont lancé la campagne « Le catalan à la SNCF » en éditant des autocollants, en collaboration avec la Plataforma per la Llengua.

 

Nous demandons que les dépliants des horaires des trains, l'accueil des usagers, les annonces au mégaphone et la signalisation dans les gares soient également en catalan. Pour l'heure, les Angelets ont rencontré à l'Hôtel de région de Montpellier M. Jean-Claude Gayssot, ancien ministre et actuel conseiller régional chargé des transports qui s'est déclaré incompétent. Nous n'avons pas eu de réponse du président de région.

 

Avec l'arrivée du TGV qui reliera la Catalogne Nord à la Catalogne Sud et placera Barcelone à seulement 45 minutes de Perpignan, on ne peut admettre que la langue catalane ne soit pas présente dans les gares de Catalogne Nord.

Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}