Dernier communiqué

Editorial n°1 : Je suis catalan

Je suis aussi un peu français et un peu occitan, surtout très européen et citoyen du monde, même si je me méfie souvent de ceux qui emploient ce terme. Mais par dessus tout je suis catalan car je considère que c'est mon identité catalane qui est mise en péril et je milite pour empêcher désespérément cette injustice. Je ne supporte pas les injustices.   Je pense que d'autres personnes, de part et d'autre de cette maudite frontière peuvent se retrouver dans ces propos, c'est pourquoi je les écris ici. Il y en a peut-être même en Bretagne, en Corse, en Occitanie, en Alsace, au Pays Basque ou ailleurs qui s'identifieront. C'est pourquoi je crois encore que tout n'est pas perdu et que la roue tourne.   Je pourrais l'écrire en catalan mais je crois aussi que ce sont ceux à qui on a volé leur langue, leur culture, leur histoire et donc une partie de leur identité qui ont plus besoin de me lire. Ceux qui comprennent le catalan ont déjà fait un grand pas vers la guérison.   Certains considèreront que je suis un traitre à la patrie en revendiquant de multiples identités, d'autres me trouveront trop radical, limite extrémiste. A ceux-là (et à tous) je dis:   Visca Catalunya! Visca la Terra! Visca la llibertat!   Ramon Faura i Labat, président des Angelets de la Terra
Editorial n°1 : Je suis catalan
Je suis aussi un peu français et un peu occitan, surtout très européen et citoyen du monde, même si je me méfie souvent de ceux qui emploient ce terme. Mais par dessus tout je suis catalan car je considère que c'est mon identité catalane qui est mise en péril et je milite pour empêcher désespérément cette injustice. Je ne supporte pas les injustices.   Je pense que d'autres personnes, de part et d'autre de cette maudite frontière peuvent se retrouver dans ces propos, c'est pourquoi je les écris ici. Il y en a peut-être même en Bretagne, en Corse, en Occitanie, en Alsace, au Pays Basque ou ailleurs qui s'identifieront. C'est pourquoi je crois encore que tout n'est pas perdu et que la roue tourne.   Je pourrais l'écrire en catalan mais je crois aussi que ce sont ceux à qui on a volé leur langue, leur culture, leur histoire et donc une partie de leur identité qui ont plus besoin de me lire. Ceux qui comprennent le catalan ont déjà fait un grand pas vers la guérison.   Certains considèreront que je suis un traitre à la patrie en revendiquant de multiples identités, d'autres me trouveront trop radical, limite extrémiste. A ceux-là (et à tous) je dis:   Visca Catalunya! Visca la Terra! Visca la llibertat!   Ramon Faura i Labat, président des Angelets de la Terra
La municipalité d'Opoul-Périllos adhère au Label Culturel des Angelets
à - Òpol i Perellós Opoul-Périllos
Patrick Sarda, maire d'Òpol i Perellós (Opoul-Périllos) a signé la charte du Label Culturel des Angelets de la Terra en présence de Mariane Vonau Oms, conseillère municipale, Jérémy Sardà, premier adjoint et Ramon Faura, président des Angelets. Au préalable, le conseil municipal a voté à l'unanimité son adhésion au Label. Des projets futurs en faveur de la diffusion de la langue et de la culture catalanes adaptés à la commune la plus au Nord des Pays Catalans ont été évoqués. Les Angelets seront une force de propositions aux côtés de la municipalité.
Concert de Maxime Cayuela & Llamp te Frigui à Vernet-les-Bains
à - Vernet Vernet-les-Bains
Dans le cadre du Label Culturel des Angelets de la Terra, la commune de Vernet-les-Bains (Conflent) a accueilli Maxime Cayuela et Llamp te Frigui dans le Casino, héritages de la Belle Époque, devant la caméra de France 3. Maxime Cayuela, 10 ans, a connu un grand succès dans toute la Catalogne en participant à l'émission The Voice Kids sur TF1 où il a chanté "Tant com me quedarà" de Jordi Barre et Joan Cayrol. Quelques temps auparavant, il avait intégré le collectif Angelets de la Terra pour qui il a enregistré une version de la chanson "Un home" que son grand-père, Claude Cayuela, avait écrite pour Jordi Barre. Ramon Faura avait proposé au groupe Llamp te Frigui et à Maxime de partager la scène. A cette occasion, ils ont interprété ensemble "Tant com me quedarà", "L'Estaca" et une version aux paroles revisité en catalan de Bob Marley. L'équipe municipale de Vernet et son maire, Henri Guitart, ont affirmé une fois encore leur souhait de valoriser la langue catalane et les artistes qui la portent dans leurs chansons.
Fête de la Saint Jean 2008 à Perpignan: correfoc des Angelets de la Terra "Els cremats de la Tet"
à - Perpinyà Perpignan
En 2008, les Angelets de la Terra ont créé la colla de diables i bruixes "Els cremats de la Tet" qui ont fait plusieurs représentations lors de concerts organisés par l'association et à l'occasion de la fête de la Sant Joan (juin 2008) à Perpinyà, en collaboration avec l'association du Cercle des Jeunes et son fondateur Jean Iglesis. A cette occasion, L'Indépendant a mis une photo du correfoc des Angelets de la Terra en première page du journal.
Débat et fest-noz : les Angelets de la Terra invité au Gouel Ai'ta! à Tonkedeg (Bretagne, avril 2007)
à - Tonkedeg Tonquédec
La première édition de Gouel Ai'ta! s'est déroulée le samedi 14 avril 2007 à Tonkedeg. Pour tous les participants ce fut une belle journée de rencontres, riche en échanges. Le collectif Ai'ta! est né dans le Trégor en 2005 avec l'objectif de travailler sur l'usage du breton dans la vie publique, en mettant en place une signalétique bilingue.Gouel Ai'ta! a commencé dès le matin pour les membres d'Ai'ta! issus des différentes sections (Bro-Dreger, Roazhon, Kerne-Izel, Naoned) et futures sections (Bro-Gwened) pour réfléchir à l'organisation et à l'avenir de cette dynamique.Tout au long de l'après-midi a eu lieu un débat ouverte à tous avec les délégations étrangères présentes : Cymdeithas du Pays de Galles, Hartèra d'Occitanie et ANGELETS DE LA TERRA de Catalogne Nord. Les associations présentes se sont présentées tour-à-tour devant un public de plus de soixante personnes, puis ont expliqué par des exposés la situation de chacune des langues représentées. Les participants ont ensuite discuté et débattu sur le thème de la défense des langues minoritaires aujourd'hui.A 18h, les journalistes avaient été conviés à une conférence de presse, lors de laquelle ont été synthétisés les échanges de l'après-midi. A cette occasion a été lue une «déclaration commune» (cf ci-dessous) cosignée par les quatre associations présentes : Cymdeithas, Angelets de la Terra, Hartèra, Ai'ta!.Pour terminer en beauté Gouel Ai'ta!, le fest-noz vras a réuni 12 groupes et couples de chanteurs et sonneurs, du Trégor principalement mais aussi d'ailleurs comme Eeun et les Groove Boys. Et du plaisir jusque tard dans la nuit dans une salle des fêtes bien remplie ! Déclaration commune:« Nous Gallois, Catalans, Occitans, Bretons, sommes aujourd'hui réunis à Tonkedeg pour échanger sur nos expériences en tant que locuteurs de langues minoritaires (excepté le catalan, parlé par 11 millions de personnes), mais surtout en tant que défenseurs de ces dites langues. En effet, et cela malgré la variété des situations, nos langues ont toutes pour point commun d'être minorisées, dominées et écartées de l'espace public au profit de l'anglais, du français ou de l'espagnol. Le recul de leur usage social est tel que trois d'entre-elles sont classées depuis 2002 par l'Unesco comme langues en danger d'extinction.Or, pour nous comme pour toutes les personnes attachées à une réelle diversité culturelle, ceci est loin d'être une fatalité. Cette minorisation de nos langues, qui a pour conséquence leur déclin actuel, est d'origine politique. La France, comme la Grande-Bretagne jusqu'à il y a quelques décennies encore, n'a pu et ne peut toujours pas se concevoir autrement que comme une entité culturellement uniforme, niant les spécificités et aveugle à la réelle diversité linguistique de son territoire. Elle ne pourra cependant pas rester indéfiniment en marge du large mouvement mondial en faveur du respect de la diversité linguistique et culturelle, et ignorer les textes et recommandations des instances internationales.L'évolution du système politique britannique paraît instructive à cet égard. Les progrès réalisés au Pays de Galles depuis quelques décennies pour la réappropriation de la langue, dans les domaines de l'enseignement et des médias, ainsi que dans l'espace public, montrent les résultats très positifs de son officialisation de facto et de sa prise en compte par des autorités galloises disposant d'une large autonomie. C'est pourquoi nous estimons que les langues minoritaires de l'Etat français ne pourront être revitalisées, et se développer, sans une indispensable officialisation. Nous appelons par conséquent le futur président français à ratifier la charte européenne des langues régionales et minoritaires, étape indispensable à la survie de nos langues. »Cymdeithas yr Iaith (Cymru) Hartèra (Occitania) Angelets de la Terra (Catalunya Nord) Ai'ta! (Breizh)
Première « Nit de Poesia » au Théâtre de la Complicité dans le quartier Saint-Mathieu à Perpignan (février 2007)
à - Perpinyà Perpignan
“Poesia del món i de casa nostra” (poésie du monde et de chez nous) Vendredi 16 février 2007, le Théâtre de la Complicité dans le quartier Saint-Mathieu/Sant Mateu à Perpinyà a accueilli les Angelets de la Terra qui nous ont régalé d’une première « Nit de Poesia » exceptionnelle de part son ouverture aux langues du monde et à la langue catalane. Parmi l’assistance bien fournie, on pouvait voir de nombreux poètes de Catalogne Nord, comme Pere Figueres, Cristina Giner, Coleta Planas, Joan Pere Sunyer et Gerard Jacquet, ou encore Renada Laura Portet, croix de Sant Jordi, qui malgré le poids des ans nous a transmis son énergie jusqu’au bout de la nuit. Des poètes des quatre coins des Pays Catalans avaient fait le déplacement depuis les Iles Baléares ou la Franja de Ponent, en passant par le Principat de Catalogne avec le grand Carles Hac Mor, Ester Xargay et le jeune Edouard Carmona. Les poètes d’expression arabe et française se sont joints à eux pour une hymne à la diversité et à la rencontre des peuples et des cultures, accompagnés d’un pianiste et de musiciens gitans du quartier Saint-Jacques /Sant Jaume.
Concert et exposition “Països Catalans: una llengua, una identitat” au Centro Español de Perpignan (mars 2008)
à - Perpinyà Perpignan
Concert et exposition “Països Catalans: una llengua, una identitat” au Centro Español de Perpignan (mars 2008). L'association culturelle de Catalogne Nord Angelets de la Terra, dirigée par l'incombustible Ramon Faura, nous a invité à participer à l'inauguration de l'exposition "Pays catalans: une langue, une identité". Le récital s'est célébré, de façon surprenante, dans le Centre espagnol de la ville de Perpignan. Il peut sembler étrange que l'organisation ait choisi ce lieu pour un acte d'affirmation de la culture catalane, mais, parlant avec Ramon sur le sujet, il nous a dit qu'ils poursuivent une stratégie intensive de normalisation nationale et linguistique, créant des synergies avec toutes les institutions et associations qui, en principe, n'ont pas pour objectif principal la défense de l'identité et de la langue catalanes, mais qui, néanmoins, peuventaccueillir diverses personnes qui pourraient être intéressaient et prendre conscience. C'est une tactique. Pour couronner le tout, Les Breastfeeders, un groupe de rock garage du Québec, s'est produit également lors de ce concert de fraternité entre deux nations apatrides. Ce groupe de rock vitaminé et fou qui ne laisse pas le public indifférent: dans la vidéo ci-joint, vous pourrez déguster cette proposition venue du Québec!Notre concert très bien. Je me suis sentie assez à l'aise malgré l'absence forcée de Laura. Nous utilisons la chanson "Contre le ciment" pour soutenir la lutte contre la haute tension qui se déroule en Catalogne Nord et qui est, en quelque sorte, la sœur de la Valldigna, où le même conflit existe. Après le concert, j'ai eu l'occasion de m'entretenir avec Miquel Mayol, président de La Bressola, une entité qui développe une tâche très importante de diffusion du catalan dans les écoles primaires, remplaçant la passivité des établissements d'enseignement de l'État français. Dans le même sens, Ramon Faura nous raconte également son expérience à l'école publique de Saint-Jacques où les enfants gitans, qui parlent le catalan comme langue maternelle, sont des élèves très réceptif, pourtant l'enseignement en catalan y est sous-évalué. Nous en profitons pour souhaiter bonne chance et force à Ramon pour sa campagne au Conseil Départemental de Catalogne Nord, où il est candidat aux prochaines élections, qui se tiendront également dimanche prochain. Pau Alabajos
Angelets de la Terra: première Setmana per la Llengua à l'Université de Perpignan (2007)
à - Perpinyà Perpignan
Angelets de la Terra: première Setmana per la Llengua à l'Université de Perpignan (2007). Pour mieux comprendre la culture et la langue du pays où ils étudient, plusieurs associations d'étudiants africains de l'Université de Perpignan ont demandé à l'association culturelle Angelets de la Terra d'organiser un festival dédié à la langue catalane. Du 27 au 30 mars, diverses activités se termineront par un concert dans lequel des groupes de toute la Catalogne se produiront. Il s'agit d'un festival qui défendra la langue catalane comme langue de rencontre et point de rencontre entre les étudiants des universités catalanes. En 2010, des étudiants africains de l'Université de Perpignan et de la Plateforme pour la langue collaborent avec les Earth Angels pour organiser cette première édition de la Semaine de la langue catalane à l'Université de Perpignan. La Semaine de la langue organisée par les Angelets de la Terre vise à intensifier l'université dans la vie sociale et culturelle, à promouvoir les échanges d'étudiants avec les autres centres catalans, à valoriser la richesse de la langue catalane, à mettre en évidence la réalité des pays catalans et impliquer les étudiants dans tout.   Lundi, nous inaugurerons l'exposition "Catalunya Nord - Països Catalans" à la bibliothèque universitaire. Du mardi au jeudi, nous donnerons des conférences et des débats sur les pays catalans, la littérature catalane et le réseau des universités catalanes. Vendredi, ce sera le jour clé, avec le "Défilé sans frontières" du centre-ville (Plaza Catalunya, Castellet, Place Rigaud, Place Cassanyes) sur le campus, un dîner et un concert dans le parking de l'université avec:   - Es Reboster est un ensemble de Santa Margalida (Majorque), né fin 2000. Le groupe n'a assemblé les onze composants actuels que l'année suivante. L'année dernière, ils ont sorti le premier album, Sono Qui (Música Global, 2006). C'est une œuvre qui influence le plus pur du heavy, du jazz au celtique, en passant par le rock, le ska, le reggae ... Les musiciens viennent d'horizons très différents, mais ils s'accordent tous sur une chose: faire des concerts vivants, festifs et combatif.- Xazzar débute à Sabadell en septembre 2005, lorsque certains étudiants en musique décident de créer un groupe pour jouer des chansons originales inspirées par le son de la musique klezmer. Ils ont joué pour la première fois au Live Music Market en 2005. Depuis, ils ont donné des concerts dans toute la Catalogne. Leur maquette a remporté le concours Sona 9. Ils préparent actuellement leur premier album avec Kasba Music, qui sortira fin septembre.- Pau Alabajos (auteur-compositeur-interprète valencien) et ses musiciens Furtius ne manqueront pas le rendez-vous. Il s'agit d'un groupe valencien, dirigé par Pau Alabajos, qui a commencé à prendre sa forme actuelle en 2003. Il a sorti un disque, Futur en venta (Cambra Records, 2004).- La Mata Negra est née en 2005 et est composée de Blai Casals (accordéon), Boris Pi (batterie), Manu Sabaté (clarinette, tarota, gralla) et Anaís Falcó (violon). Un peu plus tard, il rejoint Pau Barbet (guitare électrique). Et ce sera grâce à la Rencontre des accordéonistes d'Arsèguel qui ouvrira ses portes aux concerts, où ils présenteront leur folk traditionnel.
Les Angelets de la Terra dans magazine de voyage "Échappées Belles" sur France 5 (novembre 2011)
à - Salses
Le magazine de voyage "Échappées Belles" de France 5 a réalisé une émission spéciale "Pyrénées-Orientales, terre catalane" dans laquelle sont détaillés les tradition culinaires et folkloriques du territoire. Enric Balaguer, qui travaillait à la Casa de la Generalitat de Perpignan, à orienté l'équipe d'Échappées Belles vers le collectif de musiciens des Angelets de la Terra. Nous avons donc organisé un concert au Portail à Roulettes de Salses avec plusieurs groupes du collectif. Le fait que notre projet soit autour de la création artistique en langue catalane a enrichi l'émission qui est passé d'un contenu folklorique à un contenu plus politique mettant en évidence la situation linguistique de la Catalogne.
Emission "La Sonora" de TV3 sur le collectif Angelets de la Terra -JP Giné- (janvier 2013)
à - Salses
Les journalistes de La Sonora, émission musicale de TV3, ont suivi les Angelets de la Terra pendant toute une journée à Salses. Tout d'abord, nous avons fait une grillade à côté de la dernière baraque traditionnelle traditionnelle de pêcheurs de l'étang de Salses, puis nous sommes allé à la Porte des Pays Catalans et au château de Salses aves Llorenç Planes. La soirée s'est terminée au Portail à Roulettes avec plusieurs groupes du collectif de musiciens pour la langue catalane des Angelets de la Terra.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualité :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}
{{resultatactualita.contenu.text}}




Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}
{{music.description}}
- {{music.userdescription}}




Photopériodistes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}
{{fotoperiodiste.contenu.text}}




Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre.text}}
{{poetes.contenu.text}}




Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}
{{ajuntamen.contenu.text}}




Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}
{{agenda.description.text}}