Ultim communicat
Les Angelets de la Terra on fait le tour de la Corse pour présenter leur exposition de photojournalisme sur le processus d'indépendance en Catalogne. Arrivée en bateau à Ajaccio où ils ont découvert la Corse sous la pluie, après une nuit de tempête. Ils se sont rendus à Porto-Vecchio chez Jean-Luc Mondoloni qui les a avait aidé à organiser ce voyage. Le lendemain, les Angelets se sont rendus à Lugo Di Nazza où ils ont été accueillis par le maire François Benedetti, son épouse et l’équipe municipale. Ils se sont rendu à l’intérieur des terres, à U Poghju di Venacu, où le maire de la commune, Ghjuvan'Marcu Rodriguez, nous a accueilli avec son épouse et l’équipe municipale. Après avoir visité la ville universitaire de Corte, les Angelets se sont rendus à Bastia, pour cette quatrième journée en Corse. Nous avons installé l’exposition pour la troisième fois en trois jours et nous avons projeté le documentaire sur le référendum avant un débat avec la salle, dans une salle située sur la place du Marché. Pierre Savelli, maire de Bastia ayant succédé à Gilles Simeoni, aujourd’hui président du conseil exécutif de Corse, et Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, étaient présents, ainsi que d’autres membres des partis autonomiste et indépendantiste, Femu a Corsica et U Partitu di a Nazione Corsa. Nous retiendrons un accueil très chaleureux et fraternel lors de chaque étape de ce voyage militant pour informer sur les derniers évènements en Catalogne et créer des liens avec le peuple corse.

Mairies solidaires

Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :
Par ordre alphabetique :
A | B | C | D | E |  ...
F | G | H | I | J |  ...
K | L | M | N | 0 |  ...
P | Q | R | S | T |  ...
 ... U | V | W | X | Y |
Alenyà (Alénya)
Alenya
Alenyà est la ville de la commune du même nom, de 3 534 habitants en 2016, située dans le nord-catalan du Roussillon. Il est situé à Plana del Rosselló, au sud-est de Perpignan, au sud-est de l’Estany de Sant Nazari et au nord d’Elna, dans la partie orientale du centre de la région. Sur la côte de la Reart, qui n'était pas atteinte à la fin d'Alenyà et d'Agulla de la Mar, se trouvait l'aiguille de la capitale Alenyà, définie par la frontière sud de la commune. Dans la zone de contact des sous-comtés de Plana del Rosselló et Plana d'Elna, dans la zone de dépressions et de plaine basse du quaternaire récent. La première mention remonte à n'importe quel 904; Il a été écrit dans un document qui a inventé les dépendances du chapitre d'Elna, sous la forme d'Alignanum. Du mot Alanianum: territorial appartient à Alanius (forme dérivée d'Alanus) ou, dans tous les cas, à la forme Alennius. Cependant, il a été planté entre Alanius et Hellenius, transférant l'étymologie d'Aleny à la veine d'Elna. Joan Coromines l'a laissé tomber complètement. Le bouclier de la ville représentait une aile, résultat de l'étymologie populaire. En fait, il a produit un choc parlant d'une fausse étymologie d'origine populaire, dans laquelle il était associé au nom de la ville avec le mot aile commun en catalan. Située sur une petite altitude de 5 mètres au-dessus de l'ancienne route d'Elna à Canet, pratiquement au centre du seul terme communautaire, Alenyà a découvert les alentours de l'église paroissiale de Santa Eulàlia et de Santa Júlia. , dans un style urbain typique du Roussillon: la cave. Il a été construit en 1214 et construit pour construire un nouveau bâtiment en 1593. Il a conservé un grand nombre de tonneaux des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment une sculpture de la Vierge du raisin, après le 14ème siècle.   PréhistoireAlenyà n'a pas conservé beaucoup de vestiges de la longue période préhistorique. Il faut dire que son emplacement, sur une masse salée trop importante, dans une zone marécageuse pendant une période muette, n’a pas permis la conservation d’os, pas même d’outils. Toutefois, dans l'une des fouilles d'Alenyà de la Prada de Mossellons, au sud du village, il met en évidence l'intervention sur le canal Agulla de la Mar, qui constitue le terminal entre Alenyà et Elna, Il y avait des restes de céramiques néolithiques stériles et protohistoriques. La dernière médaille de bronze a été attribuée à un camp électoral associé à une population de la République romaine, décrit dans le chapitre suivant. Epoque ancienneDe l'autre côté, dans le Mas Xixet, situé à la limite de la frontière communale d'Alenyà avec Cornellà del Bercol et Elna, un petit Camí de Carlemany, vous trouverez les vestiges d'un habitat de l'époque romaine. Les vestiges font environ 2000 m² dans la municipalité d’Alenyà, dont 400 présentent une forte densité de vestiges. Ils ont été extraits de fragments de carreaux, d'amphores de divers procédés et de poteries ordinaires (à l'exception des restes de marbre et de pièces de monnaie que le propriétaire avait découverts il y a longtemps). Les restes trouvés permettent de forcer un gîte rural à se situer dans cet endroit, qui devrait être obligé d'être puissant et riche au moment de sa splendeur. Près de la ville, au nord-est, il y a la place des Motes, il y a trois altitudes élevées, dont le nom a été dévasté en 1991. Après que les objectifs de nivellement soient apparus [5], il reste Les Amfithe sont à Rome, dans le cas de l'ère républicaine. Il aussi se traite de la céramique (fragments de tuiles, amphores et céramiques de la commune). Dans un court laps de temps, je devais en même temps remplacer mes plans pour les restes d'os, qui appartenaient à une nécropole funéraire dans le champ des ballons, du bronze final. Moyen ageLa lutte contre Alenya en l'an 904, à la fin de Boaçà (ville de Buacano avec Ecclesia Sancti Martini), fut célébrée en 876. Au XIVe siècle, il appartint à la vicomté de Canet, mais il posséda son propre seigneur, dominé par celui-ci. les familles Alenyà, Despuig, Desvivers, Sagarriga et Caramany. Le château de Boaçà ou Sant Martí de Boaçà est 1322, Mas Blanque a appelé le 16ème siècle, après le nom d'une famille péruvienne (le nom de lieu a ensuite été déformé par "Mas Blanc"). Ils étaient propriétaires de ce château, puis de ceux de la Tour, au XIIe siècle à Blan aux XIIIe et XIVe siècles. Epoque contemporaineLe XIXe siècle est marqué par l'expansion de l'activité viticole du village. Les vignobles, qui existaient depuis longtemps sur le sol, constituaient une source de revenus incontestable. En fait, une grande partie de la population dépend de la culture du raisin et de sa transformation en vin. Après la crise du vin de 1907, une cave coopérative a été créée. Créé par Edouard Chichet en 1924, il servit la grande majorité des bandits de la ville à partir de l'année suivante. Cette cave avait pour objectif d'unifier la qualité du vin et de lutter contre les ambitions d'acheteurs, de négociants et d'autres courtiers, accusés de baisser les coûts. À partir des années 50, il rencontre un grand succès, qui s’en débarrasse progressivement jusqu’en 1985, année qui suit sa fermeture.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualité :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}
{{resultatactualita.contenu.text}}




Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}
{{music.description}}
- {{music.userdescription}}




Photopériodistes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}
{{fotoperiodiste.contenu.text}}




Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre.text}}
{{poetes.contenu.text}}




Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}
{{ajuntamen.contenu.text}}




Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}
{{agenda.description.text}}