115 municipalités participent à la 2ème édition du Livre Blanc de Catalogne Nord


Le « Llibre Blanc de Catalunya Nord » est un outil à destination des municipalités de tous bords politiques, de toutes tailles et de toutes les zones géographiques souhaitant promouvoir une « catalanité » facteur de cohésion sociale. En une année, 115 municipalités ont intégré le projet du livre blanc. Elles étaient 55 à participer à la première édition en juin 2021, déjà réalisée par les Angelets de la Terra.   Ce livre blanc commence par deux éditoriaux de deux personnalités : le député Paul Molac pour sa loi en faveur des langues de France et l'ancien président de la Generalitat de Catalunya Jordi Pujol pour ses projets transfrontaliers. Vous y trouverez aussi 55 propositions concrètes destinées aux élus de Catalogne Nord qui s’engagent à normaliser l’usage du catalan et son apprentissage, tout en valorisant les traditions populaires, ainsi que le développement des liens avec tous les Pays Catalans. Ces propositions aident les municipalités à développer une véritable politique linguistique et culturelle et s’accompagnent d’exemples concrets déjà mis en œuvre dans le département, mais également ailleurs en France. Vous pourrez également y consulter les résultats d'une enquête auprès des mairies, présentant leurs positions vis à vis des 55 propositions des Angelets de la Terra, mais aussi des sujets d'actualité tel que le changement du nom du département et le développement de l'OPLC. De plus, les Angelets y ont intégré les écrits des 115 municipalités participantes, dans lesquels elles précident leurs actions et projets. L'intégralité de ces écrits est consultable, en catalan et en français, sur le site Internet des Angelets (www.angeletsdelaterra.com), où chaque commune a une pagé dédiée. Enfin, de nombreuses informations ressources à destination des élus sont détaillées dans le livre blanc : contacts utiles, liste de groupes chantant en catalan, liste de conférenciers, etc.   Le contenu de cette deuxième édition s'est amplifié car le nombre de municipalités a plus que doublé, mais aussi parce que celles qui participaient déjà ont pu faire un premier bilan après une année. De plus, les Angelets de la Terra ont approfondi leurs 55 propositions grace à l'expérience acquise en collaborant avec les mairies. A l'heure actuelle, 60% des municipalités nord-catalanes affirment dans le Livre Blanc de Catalogne Nord leur engagement en faveur de la « catalanité » dans leurs communes et intercommunalités. Ce projet a dors et déjà généré de nombreux débats et normalisé la question catalane au sein des conseils municipaux, même lorsqu’ils ne participent pas encore au livre blanc. Cela a permis d'approfondir la réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour agir en faveur du catalan et de ses traditions, mais aussi d'affirmer que la préservation et la promotion de la « catalanité » est une problématique transversale qui concerne tous les habitants de Catalogne Nord, catalans d'origine ou d' adoption, parlant le catalan ou pas. C'est la principale richesse de ce territoire et personne n'en a le monopole.   Le Livre Blanc de Catalogne Nord donne un éventail de la situation sociologique, culturelle et linguistique en Catalogne Nord, en s’appuyant aussi sur l'enquête réalisée auprès des municipalités. Cette enquête s’appuie sur les 55 propositions et établie pour la première fois un état des lieux précis des actions, des projets et des besoins de nos municipalités. Les Angelets de la Terra dévoilent les résultats positifs de cette enquête et invitent les institutions supra-municipales (Europe, Etat, Région, Département et Generalitat de Catalunya) à définir les politiques à mettre en place pour soutenir cette volonté municipale. La participation de la majorité des municipalités nord-catalanes et la multiplication des actions en faveur de la catalanité ces derniers mois illustrent à quel point nos élus de proximité sont bel et bien conscient des bénéfices, notamment économiques et sociaux, inhérents à une catalanité moderne, ouverte et vivante.   Durant les trois années à venir, les Angelets de la Terra feront un suivi des actions municipales et de leur évolution. En 2025, en fin de mandats, ils éditeront un troisième Livre Blanc de Catalogne Nord, pour valoriser les actions portées à terme pendant ce mandat par toutes les municipalités nord-catalanes, y compris celle qui n'auront pas souhaité adhérer à ce projet. Le Livre Blanc de Catalogne Nord a pour ambition de participer à l'entrée de la Catalogne Nord, Pays Catalan ou même Pyrénées Catalanes dans le XXIème siècle. - L’association culturelle des Angelets de la Terra : Elle est créée à Perpignan en 2001, est autogérée et autofinancée. Elle fonctionne donc sans subventions, avec des bénévoles passionnés et des mécènes engagés. De 2001 à 2009, les Angelets de la Terra étaient à l'origine un groupe de supporters de l'USAP, puis des Dragons Catalans. Depuis 2010, ils coordonnent un collectif de centaines de musiciens qui chantent à minima un titre en catalan. En 2018, ils organisent quatre festivals, les « Concerts per la Llibertat », pour la liberté et la démocratie, avec la participation de 40 groupes du collectif. - Le Livre Blanc de Catalogne Nord : Il a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous). - L'origine du Livre Blanc de Catalogne Nord : En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ». En 2020, 23 listes aux élections municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. C'est de la réflexion autour des trois axes principaux de cette charte du « Label Cultural des Angelets de la Terra » qu'est né le Livre Blanc de Catalogne Nord : langue, culture et pays. - Pourquoi avons-nous choisi le français pour rédiger le Livre blanc ? Ce livre est écrit majoritairement en français car nous voulons toucher le plus de monde possible en Catalogne Nord où de nombreux élus ne comprennent pas bien le catalan. La Catalogne Nord est un territoire où l’intérêt pour le catalan et son enseignement n’ont jamais été aussi élevés, malgré un usage en baisse constante. Cette situation est le résultat de décennies d’étouffement économique et de discriminations qui ont généré une honte de soi, dans cette zone sinistrée. En 2011, 59% des résidents n’étaient pas nés en Catalogne Nord, selon une étude du Département 66, de la Generalitat de Catalunya et de l’Université de Perpignan. L’enjeu est donc d’intégrer ces «nouveaux catalans», de donner la possibilité à la jeunesse de rester vivre ici et de donner un sens à l’engagement de tous en faveur du catalan. Il faut renforcer la cohésion sociale avec la «catalanité» comme outil. - Qui a participé à la réalisation de la deuxième édition du Livre Blanc de Catalogne Nord ? DANAT Delphine, DOMENECH DE CELLÈS Hug, DONAIRE BARBERA Judith, FARRÉ SALVATELLA Rémy, Richard BANTEGNY, FAURA i LABAT Ramon, GUILLEM Sabrina, LABAT Geneviève, LEIBERICH Michel, MARTY Nicolas, PEYTAVÍ i DEIXONA Joan, PINÈDA Thierry, PLANES Joan, POISSON Olivier, RICORD Thierry, ROUS François, SANCHEZ Alain, SUNYER Bérengère, TARRIUS Thierry i elegits de 115 ajuntaments. Mécènes : BRUNSO Francis, CARBONELL Lluís, FAURA i LABAT Ramon, FONT i CASES Ramon, HAVART FALGUERAS Jean-Claude & Maguy, JUNQUÉ Vanessa, MAINSON Marie-ange, MILHAU-BLAY Juan, MULERO David, PARES José, PIQUER i JORDANA Jaume, PUJOL i FERRUSOLA Oriol, PUJOL Ramon, ROSSINYOL Daniel, ROUS-BOIX François, SUNYER Joan Pere, VANDAMME Frederic, XANCHO Maryline, GRAU Daniela.   Mise-en-page / graphisme / illustrations : COMÈS Sabine (Comes Design) et GUBIANAS Jaume (www.auques.cat).

Traditions : La Sant Joan

J’apporte le feu de la Sant Joan

Qui brûle les soucis ! Brûle les soucis !

J’apporte le feu de la Sant Joan

Qui brûle tout ce qui nous fait mal.

(Txarango, groupe de musique)

La célébration de la Nit de la Sant Joan le soir du 23 juin est une fête presque universelle ; très ancienne et très populaire. Son origine est préchrétienne, car il s’agit de la fête du solstice d’été, intimement liée aux cultes du soleil, du feu et de la fertilité. Dans les régions situées dans l’hémisphère nord, notamment celles situées près du cercle polaire - où le phénomène du solstice est particulièrement impactant - c’est une des plus importantes fêtes de l’année.

 

L’élément central de la fête – et ceci est commun à toutes les traditions - est le feu de la Saint-Jean, un feu de joie, une sorte de grand bûcher en flammes. La tradition lui attribue des vertus purificatrices, et selon les différentes traditions locales la foule y brûle souvent des objets qui symbolisent le mal ou un danger. Mais la fête est avant tout un hymne à la vie et à la joie : le soleil est à ce moment-là à son apogée et nous sommes au début de l’été ! Or, le solstice annonce en même temps le déclin du soleil et certaines traditions populaires invoque curieusement – à ce moment qui semble inopportun - un léger sentiment de mélancolie.

 

« Elle qui l'aimait tant
Elle le trouvait le plus beau de Saint-Jean,
Il ne l'aime plus
C'est du passé
N'en parlons plus. »

(Chanson populaire créée en 1942 par Léon Agel et Émile Carrara)

 

La séduction, la danse, l’érotisme, l’amour sont des éléments qui caractérisent depuis toujours les bals d’été de la nuit de la Sant Joan et ces éléments ont pendant longtemps éveillé les suspicions des églises chrétiennes. Elles essayent d’abord d’interdire la fête, comme au Moyen-Âge, notamment la tradition des feux de joie, mais peu à peu la fête est christianisée et la tradition chrétienne attribue le 24 juin au jour à la naissance d’un personnage historique très important - décris par l’évangile de Luc et de sources juives - Yohanan Ben Zekharya, plus tard appelé Saint Jean Baptiste, considéré le précurseur et annociateur du Christ.

Depuis ces temps les deux traditions coexistent sans se heurter.

 

Dans les Pays Catalans c’est une fête très importante ! Elle est célébrée à travers d’innombrables traditions locales dans lesquelles interviennent évidemment les feux de joie, mais aussi des cérémonies qui évoquent l’agriculture, les plantes et les animaux. Dans de nombreuse localités les gens cueillent ce jour-là des plantes aromatique et médicinales qui auraient un pouvoir guérisseur renforcé, par exemple le romarin, le thym, le fenouil et le Millepertuis – appelé aussi l’herbe de Sant Joan.

 

Mais la tradition la plus catalane de toutes est sans aucun doute celle de la « Flama del Canigó »,”. La Flama a ses racines dans la tradition des « falles », des feux des Pyrénées catalanes, de l’Andorre et de la Val d’Aran où on fait descendre le feu purificateur de la montagne. Un grand poète catalan le décrit dans des termes suivants :

 

« Dans la forêt du Canigó sont les fallaires

Ils dansent, se balancent dans les airs

Trente flammes allumées comme trente serpents ardents ;

En sardane fantastique ils tournent

Et main dans la main ils écument,

Des sorcières et des démons en improvisant un jeu. »

(Jacint Verdaguer, Canigó)

 

Ce qui est très intéressant est qu’il y a une ambigüité sur la place des démons dans la cérémonie. Loin d’être considérés le « mal » ils de mélangent aux sorcières et aux gens pour danser autour du feu. La tradition des danses de « diables » au cours des « correfocs » est très populaire en Catalogne, et notamment lors de la Nuit de la Saint-Jean.

 

Dans le cas concret de la cérémonie de la « Flama del Canigó »” le « feu » a pris depuis les années 50 du XXe siècle un sens nouveau : il est devenu le symbole de la vitalité de la langue et de la culture catalanes.

Le 22 juin, des volontaires portent la flamme qui est gardée à la « Casa Pairal » du Castillet de Perpignan au sommet du Canigou où ils allument un grand feu qu’ils veillent toute la nuit. Le lendemain ils le porte à pied, en bicyclette, en voiture, en bateau et en barque à tous les villages et villes des Pays catalans, évidemment en Catalogne du Nord, en Catalogne du Sud, au Pays de Valence, aux Îles Baléares, à la Frange de l’Aragon et à l’Alguer en Sardaigne.

L’idée de la Flamme est de rappeler l’importance de la langue et la culture catalanes, communs à tous les Catalans.

La Flamme est reçue par tous les habitants en fête qui la portent en cortège à la mairie où les autorités lisent un manifeste en présence des associations culturelles, sociales et sportives.

Le soir venu la Flama allume les feux de joie de la « Revetlla de Sant Joan » et la fête commence.

Michel Leiberich, professeur d'Université (Palau del Vidre)

Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}