Dernier communiqué

2018-2019: Actions solidaires des Angelets de la Terra pour la démocratie et la liberté

Les actions solidaires pour la démocratie et la liberté de l’association cultuelle de Catalogne Nord « Angelets de la Terra » –autogérée et autofinancée- entre 2018 et 2019: - 19 octobre 2019 : la principale manifestation solidaire avec les catalans du sud en dehors de l’Etat espagnol (pour une fois, ce n'était pas les sud-catalans qui manifestaient) devant le Castillet à Perpignan avec 40 maires et adjoints, 2 sénateurs, 4 conseillers départementaux, 2 conseillers régionaux et 2.000 personnes selon l'Indépendant (quasiment 500 selon radio Arrels et la police...) ; - 56 actes de solidarité en collaboration 44 communes et maires de Catalogne Nord (Pyrénées-Orientales), Bretagne, Corse, Pays-Basque, Occitanie, Savoie et Alsace ; - Avril - octobre 2018 : 4 festivals en collaboration avec 4 communes avec la participation de 40 groupes de musique de tous les Pays Catalans et d'Occitània ; - Septembre 2018 : édition d’un disque avec 21 groupes de tous les Pays Catalans en solidarité avec les prisoniers politiques ; - 3 Cassolades per la Llibertat unitaires devant le Consulat d'Espagne et à Collioure avec quasiment 2000 participants, principalement des nord-catalans ; - Mai 2018 : rencontre avec les familles et amis des prisonniers politiques en Catalogne Nord qui venait pour la première fois dans l'état français ; - Décembre 2018 : concerts devant la prison de Figueres ; - Décembre 2018 : participation sur invitation à la présentation officielle du Consell per la República à Bruxelles ; - Juin 2019 : allocution lors de l'acte organisé par Poetes per la República dans les ruines d'Empúries; - Juillet 2019 : participation à la manifestation devant le Parlement européen à Strasbourg en faveur des députés européens catalans ; - Septembre 2019 : allocution à la Marxa de les Torxes à Cornellà del Llobregat ; - Octobre 2019 : Trobada per la Llibertat avec 20 poètes et musiciens catalans et occitans à Perillós, extrême nord des Pays Catalans ; - 10.000 € reversés aux familles des prisonniers et exilés politiques, ainsi qu'au Consell de la República ; - 50.000 livrets explicatifs distribués sur le processus d'autodétermination en Catalogne, accompagnés des messages de Q. Torra, C. Puigdemont, Jordi Cuixart, Sergi Lopez et Bernard Goutta ; - 10.000 affiches et 5.000 autocollants collés en faveur de la libération des prisonniers politiques ; - 7.000 visiteurs de l'exposition Visca per la Llibertat ; - 2.000 personnes ont assisté aux Concerts per la Llibertat ; - 50 photographes et 250 photos pour retracer le processus d'autodétermination de 2009 à 2019 dans l'exposition Visca per la Llibertat ; etc.
Jose Manuel Gutiérrez Caballero
José Manuel Gutiérrez Caballero est un photojournaliste de Vic né en 1977 travaille à NacióDigital depuis sa fondation en 1996, et fait partie de son conseil d’administration. Parallèlement à la photo, il assume en tant que directeur des Nouveaux Formats des fonctions de programmateur et de responsable stratégie web et analytique. Associé et directeur technique de Sobrevia.Net, consultant en stratégie numérique.
Sergi Grau
Sergi Grau (Tortosa 1970) est diplômé en design graphique à l’EADT où il est actuellement directeur de projets au département de graphisme publicitaire et de langage audiovisuel. Il fait partie de l’équipe fondatrice de Llumull Accions Audiovisual et du projet Pàrquing (espace culturel Als Pallaresos). C’est son désir de témoigner des réalités sociales à partir de ses expériences vécues en Albanie et au Kosovo en 1999 qui le mène à la photographie. Voyage, photographie et engagement social deviennent le triptyque de ses projets d’autoédition comme : « Blanc » (Rwanda, 2007) ; « Ces Californiens fous en Arizona (USA 2012), ainsi que d’autre projets de photoreportage portés pat le collectif Lumull ; « Madeinlibia » (Lybie, 2011), « 43 Ayotzinapa » (Mexique, 2015) et « 20 ans de zapatisme » (Mexique 2015).
Joan Sorolla
Joan Sorolla est né en 1956 à Terrassa (Barcelone). Il a commencé à faire des photos à l’âge de 15 ans avec le Pentacon (Contax D) de son père, un appareil qu’il utilise encore. Entre 1980 et 1983, Il s’est initié à la photographie professionnelle en publiant dans Sal Común, puis dans la revue “Popular 1” en tant que photoreporter en couvrant des concerts de rock et en réalisant des portraits d’interview. Ses collaborations sporadiques avec “Rock de Lux” et “Interviú” ainsi que la réalisation de diverses pochettes de disques datent de cette époque.   Plus tard, il axe son travail professionnel sur l’enseignement de l’histoire de l’art,  mais  sans abandonner du tout le domaine de la photo qu’il a repris intensément depuis 2010. Ces dernières années, il a fait diverses expositions individuelles (Barcelone, Céret, Granollers, Mataró, La Roca del Vallès, Lliçà d’Amunt….) et a participé à de nombreuses expositions collectives  (Barcelone, Céret, El Port de la Selva, Colera…). Il a également publié deux livres de photos  «L’affaire Miralpeix-Alsina» (2016) et «En promenant mon chien. Hommage à Keith Arnatt» (2018). Il prépare actuellement sa prochaine  exposition intitulée «Oubliés», à l’espace Tangram (Barcelone), pour décembre 2018.  
Dolors Ayxendri
Dolors Ayxendri Gairal (Tarragona, 1955).   "Autodidacte. La photographie m’a toujours intéressée. Depuis 2008, les nouvelles technologies m’ont permis de développer cette passion de façon plus suivie, et de continuer ainsi à apprendre. Saisir des instants, des lieux, des petits morceaux de choses qui me plaisent. L’expérience des expositions a commencé par le contact avec d’autres photographes amateurs à travers les réseaux."
David Palomera
David Palomera Zaidel.    "Je suis né, j’ai grandi et je vis à Barcelone. Economiste de formation, j’ai la passion de capter les moments qui m’entourent. J’ai commencé avec la photographie analogique il y a trois ans alors que j’étais encore étudiant en Suède et je suis alors entré pour la première fois dans une chambre noire. J’ai acheté un Canon AE-1et maintenant il me suit partout où je peux l’emmener. Je crois en une photo faite et développée à partir du sens critique, de la conscience, de la mémoire et du cœur. J’ai appris beaucoup en participant à l’espace associatif La Perversa à Barcelone, un espace de photographie analogique où je suis entouré de gens portés par le désir d’en apprendre chaque jour un peu plus sur ce monde passionnant de lumière, de vie et de technique."
Mireia Canicio Ena
Mireia Canicio Ena (Terres de l’Ebre).    "Ma passion pour la couleur et pour la force de la composition, alliée à une recherche constante de nouveaux cadres et jeux de lumière, me font aimer ce monde plein de questionnements qu’est la photographie.   De même qu’un sculpteur ou un céramiste utilise la boue pour réaliser son rêve, les éléments ne sont pas un obstacle pour atteindre mon objectif, c’est pourquoi j’ai souvent dû ignorer des situations extrêmes pour réaliser la meilleure photo possible en recherchant sans relâche ces contrastes, ces ombres et lumières, ces détails et ces expressions, au point que c’est devenu chez moi une véritable addiction. J’aime expérimenter, et dans chacune de mes images, j’aime à créer des plasticités différentes. Le mouvement comme battement de cœur, la lumière comme outil pour faire émerger l’impossible et pour concevoir une imagerie visuelle."
Algobygraf
Algobygraf est un photographe passionné par l’image, les couleurs et la lumière. Installé à Perpignan,  la Catalogne lui  offre un terrain de jeu idéal pour une recherche permanente de paysages ou de portraits à sublimer dans l’objectif. Créateur de souvenirs, chaque cliché est réalisé avec passion car chaque instant de la vie est important. Baptêmes, mariages, spectacles, sports, portraits, concerts, évènementiels, … Une photo doit faire passer une émotion quand le regard se pose dessus, aussi, Algobygraf s’efforce toujours de créer ces sensations. Ci-dessous, vous pouvez voir des photos qu’il a pris en Catalogne Nord, lors d’actions solidaires organisées des Angelets de la Terra : Concert per la Llibertat à Villefranche de Conflent, rencontre avec les familles des prisonniers et exilés politiques catalans.
Jordi Pujolar
Jordi Pujolar, Mataró.  Journaliste multimédia à l’Agence Catalane d’Information (ACN) depuis 2005 puis, depuis 2010, délégué aux comarques de la zone métropolitaine de Barcelone. Pendant le processus d’indépendance de la Catalogne il a couvert ces dernières années les Diades (fêtes nationales catalanes) du 11 septembre et les différentes élections au Parlement de Catalogne. A l’automne 2017, pendant les mois où la pression politique et policière était la plus forte en Catalogne, il a couvert des moments essentiels comme les perquisitions de la police espagnole et de la Guardia civil à la recherche d’urnes et de bulletins, le jour du référendum du 1er octobre ou les grèves du 3 octobre et du 8 novembre.
Enrique Campaner
Enrique Campaner, né à Barcelone en 1973, autodidacte jusqu’à ses études à l’Ecole Internationale de photographie GRISART de Barcelone, après quelques voyages passés à photographier l’Afrique, l’Inde et le Népal il commence à se former au photojournalisme. Installé à Baixas (Catalogne-nord) depuis deux ans, il travaille à différents projets sur la Retirada et les camps de concentration en France. Du 1er octobre à aujourd’hui, il a suivi tous les événements importants qui se sont déroulés à Barcelone. Il présente une série de photos réalisées au cours de quatre journées importantes à Barcelone, du 1er octobre 2017 au 14 juillet 2018. Pendant toute cette période, les médias ont montré beaucoup de photos violentes sur le processus, en particulier sur le 1er octobre. Ces journées ont été pour tout un chacun des jours de grande incertitude. Toutes ces photos ont été prises sans intention préméditée, elles ont pris forme au cours de cette dernière année. Le 1er octobre je suis allé à Barcelone pour voir ce qu‘il se passait et j’ai choisi d’aller à l’Institut Miquel Tarradell. En ce jour de pluie, avec une énorme participation des électeurs, on a pu voter sans problème car la Police n’est pas intervenue dans cet établissement. Avec la déclaration d’indépendance, les jours suivants, le 10 et le 17 octobre, ont été assez intenses et ont démontré beaucoup de sagesse de la part de l’indépendantisme, car j’ai été le témoin de tous ces mouvements et manifestations. Ma sensation la plus forte, ce fut l’énergie des gens et je crois que c’est ce qui donnera du sens à ces photos “aucune violence” de la part de l’indépendantisme, une référence pour tous ceux qui veulent défendre une culture. Le 27 octobre, le pendant a été une manifestation pour “l’unité de l’Espagne” dans tout Barcelone, émaillée d’incidents violents. Neuf mois ont passé depuis le 1er octobre et la sagesse catalane suit toujours le même chemin pour obtenir justice et reste une référence pour d’autres pays ; “pour que les petites cultures ne disparaissent pas”. Le 14 juillet 2018 a eu lieu une manifestation pour la libération des prisonniers politiques et des exilés; plus de 300000 personnes sont allées de la place d’Espagne à la prison “Model” en présence de politiques et des familles des prisonniers et exilés. Les CDR (comités pour la défense de la République) ont occupé la prison “model” en gage de manifeste pacifique contre la justice espagnole.
Dolors Gibert - Carles Gorbs
Dolors Gibert (Figueres), photographe, a un long parcours professionnel qui l’a amenée à collaborer avec plusieurs agences et maisons d’éditions ainsi qu’à exposer dans diverses galeries et dans le cadre de nombreux événements. En 2001, elle a obtenu, entre autres distinctions et reconnaissances, le prix Lux, décerné par l’AFP (Association des Photographes Professionnels d’Espagne) Durant toutes ces années elle a travaillé et expérimenté différentes techniques qui l’ont amenée à individualiser sa façon de comprendre la photographie. Son travail a été publié dans de nombreux livres et revues. Elle a aussi réalisé plus de cinquante expositions dont voici quelques titres : La danse de la mort, Eau, Femmes, Toussaint, Empordà, Templiers, Mélanges, Nature et Territoire, Lenteur, de la Rue à la scène, La révolution des sourires…. Tout en expérimentant diverses manières d’appréhender l’approche de la photo, elle a intensifié depuis quelques années son travail de photojournaliste. Elle est membre du syndicat de l’image UPIFC.   Carles B. Gorbs (Barcelona), journaliste et éditeur, il écrit les textes qui illustrent les photos de Dolors Gibert. Il a collaboré à divers médias (El Periódico, Made in Catalonia, Integral, Ecoxarxa, La Vanguardia, TV3, TV Girona, Interviú, Época,…), ainsi qu’à une vingtaine de revues locales, publications institutionnelles et associatives. Il est également à l’origine de l’implantation de télévisions locales comme GRÀCIA TV, qu’il a fondée, dirigée, et avec laquelle il a collaboré. Avec son agence de communication (Gorbs Comunicació), travaille pour des institutions publiques ou privées et collabore avec d’autres agences de presse et de communication En tant qu’éditeur, il a publié une soixantaine d’ouvrages dans tous les domaines littéraires. Il est membre du Conseil de direction du syndicat de l’Image UPIFC.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualité :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}
{{resultatactualita.contenu.text}}




Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}
{{music.description}}
- {{music.userdescription}}




Photopériodistes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}
{{fotoperiodiste.contenu.text}}




Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre.text}}
{{poetes.contenu.text}}




Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}
{{ajuntamen.contenu.text}}




Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}
{{agenda.description.text}}