115 municipalités participent à la 2ème édition du Livre Blanc de Catalogne Nord


Le « Llibre Blanc de Catalunya Nord » est un outil à destination des municipalités de tous bords politiques, de toutes tailles et de toutes les zones géographiques souhaitant promouvoir une « catalanité » facteur de cohésion sociale. En une année, 115 municipalités ont intégré le projet du livre blanc. Elles étaient 55 à participer à la première édition en juin 2021, déjà réalisée par les Angelets de la Terra.   Ce livre blanc commence par deux éditoriaux de deux personnalités : le député Paul Molac pour sa loi en faveur des langues de France et l'ancien président de la Generalitat de Catalunya Jordi Pujol pour ses projets transfrontaliers. Vous y trouverez aussi 55 propositions concrètes destinées aux élus de Catalogne Nord qui s’engagent à normaliser l’usage du catalan et son apprentissage, tout en valorisant les traditions populaires, ainsi que le développement des liens avec tous les Pays Catalans. Ces propositions aident les municipalités à développer une véritable politique linguistique et culturelle et s’accompagnent d’exemples concrets déjà mis en œuvre dans le département, mais également ailleurs en France. Vous pourrez également y consulter les résultats d'une enquête auprès des mairies, présentant leurs positions vis à vis des 55 propositions des Angelets de la Terra, mais aussi des sujets d'actualité tel que le changement du nom du département et le développement de l'OPLC. De plus, les Angelets y ont intégré les écrits des 115 municipalités participantes, dans lesquels elles précident leurs actions et projets. L'intégralité de ces écrits est consultable, en catalan et en français, sur le site Internet des Angelets (www.angeletsdelaterra.com), où chaque commune a une pagé dédiée. Enfin, de nombreuses informations ressources à destination des élus sont détaillées dans le livre blanc : contacts utiles, liste de groupes chantant en catalan, liste de conférenciers, etc.   Le contenu de cette deuxième édition s'est amplifié car le nombre de municipalités a plus que doublé, mais aussi parce que celles qui participaient déjà ont pu faire un premier bilan après une année. De plus, les Angelets de la Terra ont approfondi leurs 55 propositions grace à l'expérience acquise en collaborant avec les mairies. A l'heure actuelle, 60% des municipalités nord-catalanes affirment dans le Livre Blanc de Catalogne Nord leur engagement en faveur de la « catalanité » dans leurs communes et intercommunalités. Ce projet a dors et déjà généré de nombreux débats et normalisé la question catalane au sein des conseils municipaux, même lorsqu’ils ne participent pas encore au livre blanc. Cela a permis d'approfondir la réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour agir en faveur du catalan et de ses traditions, mais aussi d'affirmer que la préservation et la promotion de la « catalanité » est une problématique transversale qui concerne tous les habitants de Catalogne Nord, catalans d'origine ou d' adoption, parlant le catalan ou pas. C'est la principale richesse de ce territoire et personne n'en a le monopole.   Le Livre Blanc de Catalogne Nord donne un éventail de la situation sociologique, culturelle et linguistique en Catalogne Nord, en s’appuyant aussi sur l'enquête réalisée auprès des municipalités. Cette enquête s’appuie sur les 55 propositions et établie pour la première fois un état des lieux précis des actions, des projets et des besoins de nos municipalités. Les Angelets de la Terra dévoilent les résultats positifs de cette enquête et invitent les institutions supra-municipales (Europe, Etat, Région, Département et Generalitat de Catalunya) à définir les politiques à mettre en place pour soutenir cette volonté municipale. La participation de la majorité des municipalités nord-catalanes et la multiplication des actions en faveur de la catalanité ces derniers mois illustrent à quel point nos élus de proximité sont bel et bien conscient des bénéfices, notamment économiques et sociaux, inhérents à une catalanité moderne, ouverte et vivante.   Durant les trois années à venir, les Angelets de la Terra feront un suivi des actions municipales et de leur évolution. En 2025, en fin de mandats, ils éditeront un troisième Livre Blanc de Catalogne Nord, pour valoriser les actions portées à terme pendant ce mandat par toutes les municipalités nord-catalanes, y compris celle qui n'auront pas souhaité adhérer à ce projet. Le Livre Blanc de Catalogne Nord a pour ambition de participer à l'entrée de la Catalogne Nord, Pays Catalan ou même Pyrénées Catalanes dans le XXIème siècle. - L’association culturelle des Angelets de la Terra : Elle est créée à Perpignan en 2001, est autogérée et autofinancée. Elle fonctionne donc sans subventions, avec des bénévoles passionnés et des mécènes engagés. De 2001 à 2009, les Angelets de la Terra étaient à l'origine un groupe de supporters de l'USAP, puis des Dragons Catalans. Depuis 2010, ils coordonnent un collectif de centaines de musiciens qui chantent à minima un titre en catalan. En 2018, ils organisent quatre festivals, les « Concerts per la Llibertat », pour la liberté et la démocratie, avec la participation de 40 groupes du collectif. - Le Livre Blanc de Catalogne Nord : Il a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous). - L'origine du Livre Blanc de Catalogne Nord : En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ». En 2020, 23 listes aux élections municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. C'est de la réflexion autour des trois axes principaux de cette charte du « Label Cultural des Angelets de la Terra » qu'est né le Livre Blanc de Catalogne Nord : langue, culture et pays. - Pourquoi avons-nous choisi le français pour rédiger le Livre blanc ? Ce livre est écrit majoritairement en français car nous voulons toucher le plus de monde possible en Catalogne Nord où de nombreux élus ne comprennent pas bien le catalan. La Catalogne Nord est un territoire où l’intérêt pour le catalan et son enseignement n’ont jamais été aussi élevés, malgré un usage en baisse constante. Cette situation est le résultat de décennies d’étouffement économique et de discriminations qui ont généré une honte de soi, dans cette zone sinistrée. En 2011, 59% des résidents n’étaient pas nés en Catalogne Nord, selon une étude du Département 66, de la Generalitat de Catalunya et de l’Université de Perpignan. L’enjeu est donc d’intégrer ces «nouveaux catalans», de donner la possibilité à la jeunesse de rester vivre ici et de donner un sens à l’engagement de tous en faveur du catalan. Il faut renforcer la cohésion sociale avec la «catalanité» comme outil. - Qui a participé à la réalisation de la deuxième édition du Livre Blanc de Catalogne Nord ? DANAT Delphine, DOMENECH DE CELLÈS Hug, DONAIRE BARBERA Judith, FARRÉ SALVATELLA Rémy, Richard BANTEGNY, FAURA i LABAT Ramon, GUILLEM Sabrina, LABAT Geneviève, LEIBERICH Michel, MARTY Nicolas, PEYTAVÍ i DEIXONA Joan, PINÈDA Thierry, PLANES Joan, POISSON Olivier, RICORD Thierry, ROUS François, SANCHEZ Alain, SUNYER Bérengère, TARRIUS Thierry i elegits de 115 ajuntaments. Mécènes : BRUNSO Francis, CARBONELL Lluís, FAURA i LABAT Ramon, FONT i CASES Ramon, HAVART FALGUERAS Jean-Claude & Maguy, JUNQUÉ Vanessa, MAINSON Marie-ange, MILHAU-BLAY Juan, MULERO David, PARES José, PIQUER i JORDANA Jaume, PUJOL i FERRUSOLA Oriol, PUJOL Ramon, ROSSINYOL Daniel, ROUS-BOIX François, SUNYER Joan Pere, VANDAMME Frederic, XANCHO Maryline, GRAU Daniela.   Mise-en-page / graphisme / illustrations : COMÈS Sabine (Comes Design) et GUBIANAS Jaume (www.auques.cat).

Il y a 45 photographes qui participent à Angelets de la Terra

Mireia Canicio Ena
Mireia Canicio Ena (Terres de l’Ebre).    "Ma passion pour la couleur et pour la force de la composition, alliée à une recherche constante de nouveaux cadres et jeux de lumière, me font aimer ce monde plein de questionnements qu’est la photographie.   De même qu’un sculpteur ou un céramiste utilise la boue pour réaliser son rêve, les éléments ne sont pas un obstacle pour atteindre mon objectif, c’est pourquoi j’ai souvent dû ignorer des situations extrêmes pour réaliser la meilleure photo possible en recherchant sans relâche ces contrastes, ces ombres et lumières, ces détails et ces expressions, au point que c’est devenu chez moi une véritable addiction. J’aime expérimenter, et dans chacune de mes images, j’aime à créer des plasticités différentes. Le mouvement comme battement de cœur, la lumière comme outil pour faire émerger l’impossible et pour concevoir une imagerie visuelle."
Mireia Comas
Mireia Comas, Andorre-la-Vieille, 1976. En 1999, elle est diplômée de l’Institut d’études photographiques de Catalogne. Depuis 2003, elle travaille comme photographe indépendant dans le domaine de l’actualité institutionnelle et du photojournalisme, depuis 2007, spécialisée dans la photographie pour enfants et famille. Passionné par la photographie documentaire, la vie et les hommes ont toujours été au centre de leurs préoccupations. Un des derniers projets décontractés a été celui de la photographie de castellera, laissant des images emblématiques telles que la photo du baiser du château, connues dans le monde entier.
Patricia Bobillo Rodriguez
Patricia Bobillo Rodriguez est photographe freelance et aide-soignante, née à Barcelone en 1977 et se revendique féministe, inclusive, partisane du “plus on est mieux c’est”. Son travail cherche à construire un langage visuel dans le cadre de la justice sociale et de l’égalité de genre mettant en image des histoires de vie passées sous silence. Des histoires qui ne font pas la une des médias mais qui sont un motif de préoccupation pour les gens engagés en faveur de droits de l’homme et de la Convention sur l‘élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes (CEDAW). Elle a travaillé pour diverses ONG de coopération internationale et est l’auteur de projets photographiques sur le thème du genre comme “Femmes palestiniennes sous l’occupation israélienne, “être femme à Ngandanjika, république démocratique du Congo”, “Accoucher chez soi”, “Maternité” en tshiluba ‘NzubuWa Balele » (1er prix DATECUENTA de photojournalisme 2016) ou “on s’occupe de nous”, entre autres. Elle a publié dans plusieurs médias étatiques et son œuvre a été exposée dans de nombreuses salles du territoire catalan et espagnol.
Patrick Cathala
Patrick Cathala : Je suis né en 1956, je suis à la retraite. Cela fait 42 ans que j'habite la Cerdagne, amateur récent de photographie. En fait c'est le COVID qui m'a amené à la photo, notre distance de ballade était réduite au début du virus. Le plateau Cerdan est un terrain de jeux formidable. Je faisais souvent des petites randonnées et je croisais beaucoup d'animaux qui reconquéraient leur territoire. J'ai voulu en faire profiter sur les réseaux sociaux, les gens m'ont encouragé par leurs commentaires. La photo est devenu une passion. Je fais beaucoup de photos  animalières et de paysages Cerdan.
Pep Escoda
Pep Escoda, né à Tarragone en 1958, travaille comme photographe professionnel depuis 1990. Il est spécialisé dans la photographie d’intérieur et d’architecture et le portrait. Il a gagné 21 prix de photographie nationaux dans diverses catégories comme le portrait, le paysage l’architecture ou les projets personnels. Il a publié ses photos dans plus de 140 livres, a travaillé pour des éditeurs comme Taschen, Daab, Teneues ou Harper Design New York ainsi que pour des revues et magazines comme Condo Living Miami, Espais Mediterranis, Magazine de la Vanguardia, Arquitectura i Diseño, Ocean Drive Miami, Homes&houses  ou le New York Times entre autres. Il a également participé à différentes expositions collectives, dont actuellement, La fondation Forum de Tarragona, le collectif Affinités lieux et non lieux, la dernière ayant eu lieu à la galerie Tagomago à Barcelone et à Paris. Parmi ses autres expositions, signalons Sincerely Yours à la galerie Valid Foto de Barcelone ,Passion et Melody of Mediterranean au Centre d’Art Contemporain de Saint Petersbourg, Genius Loci Tinglado, à Tarragone Ses dernières expositions individuelles sont La force des Plantes, villa d’Ercole, Noto, Sicile; Regards à l’ENART de Lleida, « le Tiroir des songes » à la Fondation Catalunya-La Pedrera, Tarragona; Inside Tarragona à Fineart Igualada, Barcelone; Medfestival  à Catalane, Sicile; Rencontres Internationales de la photo de Sant Geniez d’Olts, France, CotoIncontri à Bibbiena, Italie, et Art Basel, à  Miami.
Pepa Vives
Pepa Vivès est de Miravet (Terres de l’Ebre). C’est une photographe free-lance, spécialisée dans le photoreportage documentaire. Elle participe à de nombreux projets en tant que photographe. Pour elle, la photographie est une façon de comprendre la vie et un puissant instrument de lutte contre les injustices. Elle a exposé dans différentes villes de Catalogne et d’ailleurs. Elle participe à de nombreuses publications. Entrevista a la fotògrafa tarragonina Pepa Vives: “La fotografia és una gran eina de denúncia”
Ramon Costa
Son goût pour la photographie est né à l’âge de 14 ans, quand il prenait le journal de son père et ne regardait que les photographies, voyant en qu’elles racontaient une histoire, et que le plus souvent, le titre et l’image suffisaient pour connaître l’actualité sans lire le texte. Photographe d’événements de reportage social, de cérémonies et d’événements sociaux dans BCN Image, pendant plusieurs années. Il travaille actuellement pour des entreprises et des associations, réalisation de pages Web d’entreprises industrielles, des reportages photojournalistes, des manifestations, de la politique, de la culture, des sports, de la presse rose, des médias sociaux, des événements, des livres. Collaborateur d’agences de presse telles que Getty Images ZUMA Presse quotidienne et presse quotidienne. https://www.afnpress.es/
Richard Bantegny
Richard Bantegny, photographe, OPV (Cadreur), formateur photo et vidéo en Catalogne Nord, j’ai développé parallèlement ces différents domaines de compétences depuis 1995. Je collabore aux actions menées par les Angelets de la Terra depuis la création du collectif de musiciens pour la langue catalane en 2010. Cet intérêt pour l’image est né d’une amitié de lycée. Progressivement, elle est devenue une passion et un métier. Capable d’évoluer seul ou en équipe, de réaliser des prises de vue photo ou vidéo, je m’adapte facilement à toutes formes de projets et de budgets. Je travaille à la fois avec les particuliers (évènements, soirées), les entreprises et les artisans (soirées de lancement, évènementiels, publicités, illustrations Internet) ainsi qu’avec les différentes institutions (fêtes, inaugurations, communication, reportages, banques d’images). Je réalise aussi des reportages pour la presse, les magazines. La Catalogne Nord comme base arrière, je travaille partout où l’image m’appelle, où les rencontres me mènent. Après deux années à L’Ecole Internationale de Création Audiovisuelle et de Reportages (EICAR 1993-1995) à Paris, j’ai commence comme assistant régisseur et enchaine différents long métrages, des publicités et des films institutionnels. J’ai profite de ces tournages pour shooter ces moments et la photographie à pris une plus grande importance dans ma vie. Photographe pour la presse magazine et quotidienne, la communication et le monde du spectacle, j’ai retrouvé mes premiers amours « la vidéo » en 2005 et effectue à cette occasion mon virage vers le numérique. Je suis aussi journaliste reporter d’images, et cadreur (DSLR, multicam) sur différentes productions (institutionnelles, évènementielles, Tv, retransmissions sportives). De 2010 à 2018 en plus de mener de front la photo et la vidéo, j’intervenais à L’IDEM (Institut de Développement et d’Enseignement Multimédia) au Soler (Pyrénées-Orientales) en photographie et vidéo auprès des étudiants préparant un Bachelor en communication, en cinéma d’animation et en audiovisuel. Depuis 2018 je participe au Programme Miro de l’UPVD (Université Perpignan Via Domitia) en tant que cadreur et monteur.
Robert Bonet
Robert Bonet Negrete (11 juillet 1981), Castelló de la Plana) est photoreporter  et travailleur social et mène de front ces deux activités.  En tant que photographe, il collabore actuellement avec Eldiario.es et depuis longtemps avec El Pais. Pendant trois ans, il a été photographe, monteur graphique et coordinateur du département graphisme de La Directa. Il a également publié de nombreux reportages dans Desalambre, Planeta Futuro et la revue 7 k.
Robert Ramos
Robert Ramos, Barcelone 1958, est un photographe professionnel et diplômé en journalisme, avec une vaste expérience des médias et une passion pour la technologie, je me consacre à explorer les possibilités offertes par la photographie 3D, un monde plein de ressources créatives, pour élargir le service que j’offre à mes clients. Ma carrière professionnelle a toujours été étroitement liée aux médias. Photographe de presse, principalement dans le journal Avui, pendant plus de vingt-cinq ans et également comme chef de la photographie dans le même journal, j’ai été témoin des changements et de l’évolution de la société catalane des trente dernières années. Mes archives personnelles avec des photos d’événements et de personnalités, disponibles pour mes clients, sont un reflet fidèle de cette évolution. Ces images ont été utilisées dans des publications et des programmes audiovisuels sur l’histoire récente du pays. Deuxième prix du prix Photo Press en 1983, j’ai exposé à Barcelone, à Madrid et à Bilbao sur la Barcelone pré-olympique, la transition démocratique, le théâtre, les spectacles et les concerts rock. Avec le photographe et ami Ferran Sendra, nous avons publié le livre « Les Catalans des artistes dans les arts du seigneur XX » (Arola Editors 2013). C’est un recueil particulier de portraits de personnages de la culture catalane du XXe siècle que Ferran et moi avons réalisés. La plupart des images sont réalisées entre la fin des années 70 et les années 80. La technologie me passionne et son évolution est devenue un élément essentiel de mon activité. J’ai organisé des cours monographiques sur la photographie numérique, mais aussi sur la photographie en général. J’ai mis à jour mon travail en mesurant les possibilités offertes par les appareils photo numériques et les logiciels de retouche numérique. Je collabore avec des agences de communication en ligne. Ce profil technologique m’a amené à m’intéresser aux possibilités et aux ressources offertes par la photographie tridimensionnelle (3D). Je suis membre de l’Union internationale de la stéréoscopie (ISU).
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}