Livre Blanc de Catalogne Nord : 55 propositions et 55 municipalités pour la catalanité


Les principaux axes du « Livre Blanc de Catalogne Nord » sont la normalisation de la présence du catalan dans l'espace public; l'enseignement en catalan; l'organisation de fêtes populaires et traditionnelles; les liens avec le reste des Pays Catalans; etc...   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous).   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » développe 55 propositions concrètes pour la catalanité qui ont été soumises à toutes les municipalités nord-catalanes.   55 municipalités participent au « Livre Blanc de Catalogne Nord » en y présentant leurs actions et les projets en lien avec la catalanité. De nombreuses autres communes souhaitent aussi participer à ce projet. C'est pourquoi une deuxième édition est déjà prévue, afin de donner une place à toutes les communes de Catalogne Nord et de faire un premier bilan.   L'association culturelle, autogérée et indépendante des Angelets de la Terra était à l'origine un groupe de supporters de l'USAP et des Dragons Catalans, de 2001 à 2009. Elle coordonne depuis 2010 un collectif autogéré et autofinancé de centaines de musiciens. En 2018, elle a organisé 4 festivals « Concerts per la Llibertat » pour la liberté et la démocratie avec la participation de 40 groupes. En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ». En 2020, 23 listes aux municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. Aujourd'hui, le « Livre Blanc de Catalogne Nord » reprend et développe les trois points de la charte de ce « Label Cultural »: langue, culture, pays.   Des exemplaires du « Livre Blanc de la Catalogne Nord » seront offerts à toutes les municipalités, participantes ou pas de cette première édition, à partir de la mi-mai 2021. Ainsi, il sera possible pour tous les élus et les habitants de se procurer ce livre dans les mairies.   Ont participé à la réalisation du « Livre Blanc de Catalogne Nord »: Berenguera Sunyer (psychologue), Christian Troadec (maire de Carhaix), Coleta Planas (conseillère pédagogique de catalan retraitée et poétesse), Daniela Grau (professeur de catalan retraitée), Geneviève Labat (chef d'entreprise), Gildas Girodeau (écrivain), Jaume Gubianas (dessinateur), Joan Peytaví Deixona (professeur d'université spécialiste en toponymie), Joan Planes (co-fondateur des Angelets de la Terra), Michel Leiberich (professeur d'université retraité), Nicolas Marty (professeur d'université spécialiste d'histoire économique et sociale), Olivier Poisson (président de L'ASPHAR), Pierre Lissot (directeur de l'Office Public de la Langue Catalane), Priscilla Beauclair (graphiste et journaliste au Travailleur Catalan), Ramon Faura-Llavari (chef d'entreprise), Rémy Farré (président de l'Associació Catalana d'Estudiants), Richard Bantegny (caméraman, photographe), Rita Peix (docteure en Etudes catalanes et transfrontalières, formatrice pour l'enseignement bilingue)...

Il y a 248 actualités sur Angelets de la Terra

La mairie de Saint-Laurent-de-la-Salanque participe au Livre Blanc de Catalogne Nord
à - Sant Llorenç de la Salanca (17-01-2022)
Madame Barbara BARRERA, conseillère municipal déléguée à la Catalanité et moi-même, avons à cœur de maintenir les traditions et la langue Catalane dans notre commune. A ce titre, nous aimerions qu'elles soient perpétuées et suivies par le plus grand nombre de nos habitants, les Laurentins.   C'est pourquoi, nous nous engageons à la faveur de la promotion du Catalan et de ses traditions dans plusieurs domaines :   > En faveur des associations, des festivités et de la culture • La commune de Saint-Laurent-de-la-Salanque en partenariat avec les associations Laurentines ont à cœur chaque année de promouvoir la Catalanité en organisant des manifestations telles que la SANT JORDI et la SANT JOAN. • La médiathèque Arthur CONTE comporte plusieurs collections de Iivres écrits en Catalan.   > En faveur de l'enseignement de la langue catalane : • La commune de Saint-Laurent-de-la-Salanque a mis en place au sein d'une école élémentaire l'initiation à la langue Catalane en partenariat avec l'association l'APLEC. Cette expérimentation réussie nous encourage à étendre ce projet d'enseignement l'année prochaine au sein d'autres écoles de la commune. • Des lectures en Catalan sont mises en place une fois par mois à la crèche municipale « Le Petit Prince », ainsi qu'au Relais d'Assistante Maternelle grâce à l'action de bénévoles de l'association Parlem Català. • Des cours pour les adultes et les enfants sont proposés par l'association Parlem Català. • La commune adhère au SIOCCAT.   Alain GOT, maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque.
Traditions: "Tió de Nadal", la bûche de noël catalane (décembre)
(24-12-2021)
Pendant tout le mois de désembre, les enfants nourrissent une bûche de bois. Une tradition de Noël très populaire et amusante qui se fait dans toute la Catalogne et qui se fait dans chaque foyers, à l'école ou lors du Mercat de Nadal (Marché de Noël). Cette bûche en bois est magique et s'appelle le « Tió de Nadal » ou « Tió ». Le plus traditionnel est d'aller chercher le Tió dans la forêt. Une fois à la maison, les enfants lui fixent des pattes et lui dessinent un visage souriant, le tout surmonté d'une barretina miniature (ou d'un autre bonnet) et recouvert avec une petite couverture rouge (ou d'une autre couleur) pour qu'il n'ait pas froid. Puis, les enfants sont chargés de lui donner un peu à manger chaque nuit avec des restes d'épuchures, de biscuits ou de pain afin que le Tió leur offre beaucoup de cadeaux à Noël (Nadal). Traditionnellement, on fait « cagar el Tió » la veille ou le jour de Noël, avant ou après le repas de famille. La procédure est très simple, la famille se réunit autour de la bûche magique et ce sont les enfants qui sont chargés de chanter la chanson du « Caga el Tió » en le frappant (pas trop fort) avec un baton pour qu'il « fasse caca » des friandises ou des cadeaux. A la fin de la chanson, les petits enlèvent la couverture et découvrent les cadeaux que leur a fait le Tió qui symbolise la nature. Ce curieux rituel de Noël a une origine païenne très ancienne. Lorsque le chauffage n'existait pas encore, les bûches étaient des pièces de grande valeur en hiver. À l'origine, on gardait les plus grosses bûches pour survivre aux longues nuits froides de l'hiver. Le cadeau que faisait cette bûche était donc la chaleur qu'elle apportait à la maison.
Estagel: présentation du Livre Blanc de Catalunya Nord
à - Estagell (23-12-2021)
Présentation du Livre Blanc de Catalunya Nord à Roger Ferrer, maire d'Estagel.
Lluís Llach: vidéos et paroles en français du concert pour le Débat Constituant (décembre 2021)
à - Barcelona (18-12-2021)
« Il est très important de transmettre mes sentiments ou mes convictions. C'est un monde intérieur avec une communication très forte. Je vais vraiment dans ma vie personnelle", Lluís Llach. J'ai regardé le concert de Lluís Llach au Palau Sant Jordi le 18 décembre 2021, qu'il a fait pour collecter des fonds pour le "Débat constituant", un processus participatif transversal, inclusif et pluriel pour établir les bases constitutionnelles de l'avenir politique de la Catalogne. . J'ai beaucoup aimé ce concert. J'ai pensé d'abord, comment se fait-il que cet homme a arrêté de chanter. Lluís Llach a beaucoup d'énergie et a toujours une bonne voix. Puis il m'a confirmé que Lluís Llach est une personne honnête qui n'a rien à y gagner, ses interprétations sont très honnêtes et il semble qu'il donne tout. Il m'a réconcilié avec ce processus d'autodétermination du peuple de Catalogne qui a été tellement gâché par les politiciens. Vous trouverez ci-dessous des extraits d'une interview qu'il a réalisée et des vidéos du concert. Nous sommes un pays de chapelles « Non seulement nous sommes un petit pays avec un petit marché et aucun État pour nous protéger, mais c'est aussi déjà établi en politique : qui doit toujours recevoir sa culture, quand une grande partie de la survie politique passe par elle. Et il vaut mieux dire : nous sommes un pays de chapelles, dans lequel nous nous mordons car il nous est très difficile de trouver un espace pour vivre et pouvoir faire le travail de chacun. Et c'est vrai que quelqu'un est toujours mieux combattu. » Ça me pèse d'être Lluís Llach « Je suis allé au Sénégal juste pour ça. J'ai arrêté de chanter en espérant que le nom deviendrait de plus en plus petit jusqu'à ce qu'il disparaisse. Et cinq ans plus tard, j'ai vu que ça n'arrivait pas et je suis allé au Sénégal : il n'y avait même pas Lluís, c'était Lís, parce qu'ils ne savent pas comment le prononcer. » Le pieu s'appelait La Colonne. "Maria Aurèlia Capmany ne m'aimait pas du tout, et L'estaca ne savait pas comment le finir, et Espinàs m'a dit d'aller avec Aurèlia pour t'aider. Et mes jambes tremblaient, j'avais dix-neuf ans. J'ai sonné à la porte, je suis descendu et ses yeux sont apparus, "Allez, mon garçon!" Putain, quelle générosité : un gars que tu n'aimes pas, mais un pote te dit de faire attention et tu le ramènes chez toi, et tu perds des heures et deux ou trois jours. Et pas pour rien, parce qu'elle n'a jamais dit qu'elle m'avait aidé, je l'ai dit parce que sinon elle ne l'aurait pas su. Le pieu s'appelait La Colonne. Et elle avait une très belle technique : elle ne t'écrivait pas le mot, elle te faisait deviner : « Mec, tu ne penses pas qu'il y a une autre façon de le dire ? » (Entre guillemets, interview de Gemma Ventura Farré avec Lluis Llach) La Gallineta interprétée par Llamp te Frigui (Catalogne Nord) La gallineta   La gallineta ha dit que prouJa no vull pondre cap més ouA fer punyetes aquest souQue fa tants anys que m'esclavitza I si em vénen ganes de fer-neEm faré venir un restrenyimentNo tindrà cap més ou calentEl que de mi se n'aprofita La gallina ha dit que noVisca la revolució A canvi d'algun gra de blatM'heu tret la força de volarPerò, us ho juro, s'ha acabat!Tinc per davant tota una vidaI no pateixo pel destíQue un cop lliurada del botxíNo ha d'haver-hi cap perillPerquè m'entengui amb les veïnes La gallina ha dit que noVisca la revolució I els galls que amb mi hauran de dormirEls triaré sans i valentsQue n'estic farta d'insolventsQue em fan passar nits avurrides Que quedi clar per sempre mésQue jo de bleda no en tinc resI que, posats a fer, no em veD'un segon restrenyiment La gallina ha dit que noVisca la revolució!La gallina ha dit que noVisca la revolució!   (Compositor: Lluís Llach) La petite poule La petite poule a dit assez je ne veux plus pondre aucun œuf pour faire des crasses à ce paysan qui me réduit en esclavage depuis tant d’années. S’il me vient des envies d’en faire je serai constipée il n’aura plus jamais d’œuf chaud celui qui profite de moi. La petite poule a dit non, Vive la révolution. En échange de quelque grain de blé il m’a enlevé la force de voler mais je vous jure, c’est fini ! J’ai devant moi tout une vie et je n’ai pas peur du destin , car une fois délivrée du bourreau il ne devrait y avoir aucun danger pour que je m’entende avec les voisines. La petite poule a dit non, Vive la révolution. Et les coqs qui avec moi devront dormir je les choisirais sains et vaillants, car je n’ai pas besoin d’impotents qui me fassent passer des nuits ennuyeuses. Qu’il soit clair pour toujours, que je n’ai rien d’une vierge et que gesticulations à faire, il ne me vienne pas une deuxième constipation. La petite poule a dit que non Vive la révolution. AlèAra que els meus ulls entreveuenla serenor del meu capvespreaprenc certesa en la veritatque abans endevinava:Jo només tinc un desig d'amor,un poble i una barca. De tants ahirs que s'esllavissenguardo regals que ni esperavapetxines plenes de bells tresors,dolors que em fan mestratge,que amb avarícia d'infant voraçaplego en l'equipatge,però només tinc un desig d'amor,un poble i una barca.Desig d'amor per no perdre maiel plaer d'enamorar-te,un poble que em deixi compartirla joia d'estimar-sei una barqueta, per si la marla mort volgués donar-me. Que amb això em bastasi amb mi tinc els astres,astres càlids que em són lleials,que de nit veig en el celi de dia en tots vosaltres. I tot passant les primaveresla vida haurà de despullar-med'inútils túniques per al camí queduu cap a l'essènciaon només cal un desig d'amor,un poble i una barca... Arribar nu de formes vanesal gest adust que tot ho acaba,havent entès que per tant d'amorla fi vols amagar-me.Llavors potser si el cos m'ho permet,et deixaré enganyar-me.Me n'aniré amb un desig d'amor,un poble i una barca.Desig d'amor per no perdre maiel plaer d'enamorar-te,un poble que em deixi compartirla joia d'estimar-sei una barqueta, per si la marla mort volgués donar-me. Digueu-els-hi estrelles!Mátia, Mátia einai t'astéria!Chiamateli astri!Llamadles luceros!Kacvkib! Etoiles! Ko àbim! Digueu-els-hi estrelles! (Compositor: Lluís Llach) Souffle Maintenant que mes yeux entrevoientla sérénité de mon couchantj’apprends la certitude dans la véritéqu’avant je devinais :J’ai seulement un désir d’amour,un village et une barque.De tant d’hier qui s’évanouissentJe garde des cadeaux que je n’attendais pas :Des coquillages pleins de beaux trésors,des douleurs qui m'enseigne,qu'avec l’avarice d’enfant voraceje rassemble dans le bagage.Mais j’ai seulement un désir d’amour,un village et une barque :Désir d’amour pour ne jamais perdrele plaisir de te rendre amoureuse;un village qui me laisse partagerla joie de s’aimeret une petite barque, au cas où la merveuille me donner la mort.Car avec cela, cela me suffitsi avec moi j’ai les astres.Des astres aimants qui me sont loyauxque la nuit je vois dans le cielet le jour dans vous tous.Et tout en passant les Printemps,la vie devra me dévêtird’inutiles tuniques le long du cheminqui mène jusqu’à l’essentieloù seul est nécessaire un désir d’amour,un village et une barque...Arriver nu de manières vainesau geste sombre qui achève toutayant compris que par tant d’amourla fin, tu veuilles me cacher.Alors peut-être si le corps me le permetje te laisserai me décevoirJe m’en irai avec un désir d’amourun village et une barqueDésir d’amour pour ne jamais perdrele plaisir de te rendre amoureuse,un village qui me laisse partagerla joie de s’aimeret une petite barque, au cas où la merveuille me donner la mortCar avec cela, cela me suffitsi avec moi j’ai les astres.Des astres aimants qui me sont loyauxque la nuit je vois dans le cielet le jour dans vous tous.Car avec cela, cela me suffit....Appelez les étoiles !Étoiles! Étoiles! Étoiles! Companys, no és això   No era això, companys, no era aixòPel que varen morir tantes florsPel que vàrem plorar tants anhelsPotser cal ser valents altre copI dir no, amics meus, no és això No és això, companys, no és aixòNi paraules de pau amb garrotsNi el comerç que es fa amb els nostres dretsDrets que són, que no fan ni desfanNous barrots sota forma de lleis No és això, companys, no és aixòEns diran que ara cal esperarI esperem, ben segur que esperemÉs l'espera dels que no ens aturaremFins que no calgui dir: no és això No és això, companys, no és aixòEns diran que ara cal esperarI esperem, ben segur que esperemÉs l'espera dels que no ens aturaremFins que no calgui dir: no és això No és això, companys, no és aixòPel que varen morir tantes florsPel que vàrem plorar tants anhelsPotser cal ser valents altre copI dir no, amics meus, no és això No és això, no, companys, no és això (Compositor: Lluís Llach) Compagnons, c'est pas ça Ce n'était pas ça, camarades, ce n'était pas çaCe pourquoi tant de fleurs sont mortesCe pourquoi nous avons pleuré tant d'espoirPeut-être que nous devons être courageux à nouveauEt dire non, mes amis, n'est-ce pasCe n'est pas ça, camarades, ce n'est pas çaPas des mots de paix avec des bâtonsNi le commerce qui se fait avec nos droitsDes droits qui sont, qui ne se font pas ou ne se défont pasDe nouveaux coups de bâtons sous forme de loisCe n'est pas ça, camarades, ce n'est pas çaOn nous dira d'attendre maintenantEt nous l'attendons avec impatienceC'est l'attente de ceux qui ne s'arrêteront pasJusqu'à ce qu'il ne faille plus dire: ce n'est pas çaCe n'est pas ça, camarades, ce n'est pas çaOn nous dira d'attendre maintenantEt nous l'attendons avec impatienceC'est l'attente de ceux qui ne s'arrêteront pasJusqu'à ce qu'il ne faille plus dire: ce n'est pas çaCe pourquoi tant de fleurs sont mortesCe pourquoi nous avons pleuré tant d'espoirPeut-être que nous devons être courageux à nouveauEt dire non, mes amis, c'est pas çaC'est pas ça, non, camarades, c'est pas ça Un himne per no guanyar Un himne per no guanyarPer no vèncer mai fent la guerraQue malmena tota raó que ens pugui fer lluitar...Deixa'm doncs cantarAquest himne per no guanyar.Només som si vosaltres sou vida,Sols tenim si podem compartir-la.Que de res no ens valLa vida en la mort,La pau en la por...Deixeu-me així doncs cantar...Un himne que sigui un precPels infants que han de perdonar-nosI salvar-nos. Per les dones que ens han d'infantarUn futur de pauUn demà on no calgui guanyar.No som res si no som amb vosaltres, ...Que no som si no sou amb nosaltresHem d'aprendre l'espaiDifícil i fràgil de l nostre conviureOn puguem tots cantarUn himne per no guanyar...Un himne que sigui un cantOn es mesclin totes les llengüesQue ens permeten el so màgic del mot estimar.Deixa'm doncs cantarAquest himne per no guanyar.Diferents en la pell i en la parla,Ens feu rics quan no sou com nosaltres.Ens donem lo diversCompartim lo distintI volem l'univers per conviure un destí.No ens cal ni volem guanyar...Un himne per no... (Compositor: Lluís Llach) Hymne pour ne pas gagner Un hymne pour ne pas gagner,Pour ne pas vaincre en faisant la guerre,Qu'il détruiseToutes les raisons que nous avons de nous battre.Permettez-moi, donc, de chanterCet hymne pour ne pas gagner !Nous ne sommes que si vous êtes en vie,Nous ne vivons que si nous pouvons partager !Car pour nous, la vie dans la mortNe vaut rien ;La paix dans la peur...Permettez-moi, donc, de chanterCet hymne pour ne pas gagner !Un hymne qui soit une prièrePour les enfants qui doivent nous pardonnerEt nous sauver.Pour les femmes qui doivent faire naîtreUn avenir de paix,Un lendemain où gagner n'est pas nécessaire.Nous ne sommes rien sans vous...Car nous ne sommes que si vous êtes avec nous !Nous devons apprendre l'espaceDifficile et fragile où nous coexistons,Où nous pouvons tous chanterUn hymne pour ne pas gagner !Un hymne qui soit un chantOù toutes les langues se fondront,Pour nous permettre de prononcer le son magiqueDu verbe « aimer » :Permettez-moi, donc, de chanterCet hymne pour ne pas gagner !Nous sommes différents de couleur et de langage,Votre différence nous enrichit...Nous donnons dans la diversité,Nous partageons les différencesEt nous voulons l'univers pour partager notre destinée :Nous ne voulons pas gagner et n'en avons pas besoin Un hymne pour ne pas gagner... Silenci Si m'heu de fer callarQue sigui ara,Ara que puc dir no,I res teniu per a comprar-me.Que no vull esperar.Que sigui ara!Ara que puc sentirEl pes de tanta basarda.Que no em sap cap greuDur la boca tancada,Sou vosaltres qui heu fetDel silenci paraules.Que no vull esperarQue el temps rovelli l'arma,Que no vull que la porTingui més temps per a guanyar-me.Si m'heu de fet callarQue sigui ara,Ara que tinc les mansPer a canviar de guitarra. (Compositor: Lluís Llach) Silence Si vous devez me faire taireQue ce soit maintenantMaintenant que je peux dire nonEt que vous n'avez rien pour m'acheter.Car je ne veux pas attendre.Que ce soit maintenant !Maintenant que je peux sentirLe poids de tant d'effroi.Car je sais que ce n'est pas graveDe garder la bouche ferméeC'est vous qui avez faitDu silence des paroles.Car je ne veux pas attendreQue le temps rouille l'armeCar je ne veux pas que la peurAit plus de temps pour me gagner.Si vous devez me faire taireQue ce soit maintenantMaintenant que j'ai des mainsPour changer de guitare. Cant de l'enyor Ni que només fosPer veure't la claror dels ulls mirant el marNi que només fosPer sentir el frec d'una presènciaNi que només fosPoder-nos dir un altre adéu serenamentNi que només fosPel suau lliscar d'un temps perdut al teu costatNi que només fosRecórrer junts el bell jardí del teu passatNi que només fosPerquè sentissis com t'enyoroNi que només fosPer riure junts la mortNi que només fosPoder-nos dir un altre adéu serenamentNi que només fosPerquè sentissis com t'enyoroNi que només fosPer riure junts la mort (Compositor: Lluís Llach) Chant de nostalgie Et seulement…pour voir la clarté de tes yeux regardant la mer Et seulement…pour sentir le frôlement d’une présence Et seulement…pour à nouveau nous dire adieu sereinement. Et seulement…pour le doux glissement du temps à tes côtés Et seulement…pour ensemble flâner au jardin de ton passé Et seulement…pour que tu saches combien je regrette Et seulement…pour ensemble rire de la mort Et seulement…pour à nouveau nous dire adieu sereinement Et seulement…pour que tu saches combien je regrette Et seulement…pour ensemble rire de la mort Tinc un clavell per a tu Tinc un clavell per tuQue m'han dit que tens pena al corI tristesa als ullsJo només passava, ni sé on anava, però penso que...Tinc un clavell per tuSi és que tens el cor malalt d'amorO el cap malalt de mónO et sembla tan difícil veure una finestra. I tanmateixAu! Vinga, amunt, amuntObre els teus ulls i amuntPuja a la barca amb el teu bagatgeI recorda que la vida és tevaTinc un clavell per tuSé que potser em poso on no pucPerò un somriure teuEm faria un sant amb la feina acabada. I és així que...Tinc un clavell per tuApa! Pren-lo, doncsPer què esperar mésMira que el temps passa. I tanmateix...Au! Vinga, amunt, amuntObre els teus ulls i amuntPuja a la barca amb el teu bagatgeI recorda que la vida és tevaTens un clavell per miQue a voltes tinc la pena al corI tristesa als ullsI em sembla tan difícil un poc de llumAu! Vinga, amunt, amuntObre els teus ulls i amuntPuja a la barca amb el teu bagatgeI recorda que la vida és tevaAu! Vinga, amunt, amuntObre els teus ulls i amuntPuja a la barca amb el teu bagatgeI recorda fer la vida tevaI recorda fer la vida teva (Compositor: Lluís Llach) J’ai un oeillet pour toi Pour toi, j’ai un oeilletJ’ai un oeillet pour toi,On m’a dit que ton coeur a de la peine,et que tes yeux sont plein de tristesse.Je ne faisais que passer, vers où ?Je ne le sais plus, mais je pense que… J’ai un oeillet pour toi,Si ton coeur est malade d’amour,Si ta tête est malade du MondeEt s’il t’est difficile d’entrevoirune brèche et pourtant… Allons, allons, courage, courage !Ouvre les yeux, courage !Monte en bateau avec ton fardeauet n’oublie pas que la vie t’appartient… J’ai un oeillet pour toi,peut-être cela ne me regarde pas,je le sais,mais un sourire de toi,me rendrait heureux comme un saint !Mission accomplie, alors donc… J’ai un oeillet pour toi,Allez, prends-le donc !Pourquoi attendre davantage ?Le temps presse, vois-tu, et cependant… Allons, allons… Vida Potser em deixin les paraulesO potser em deixeu vosaltresO només els anys em posinA mercè d'alguna onadaA mercè d'alguna onadaMentre tot això m'arribaQue a la força ha d'arribar-mePotser tingui temps encara de robar-li a la vidaI així omplir el meu bagatgeMentre tot això m'arriba... vida, vida!Encara veig a vegadesDe vegades veig encaraEls meus ulls d'infant que busquenMés enllà del glaç del vidreUn color a la tramuntanaM'han dit les veus assenyadesQue era inútil cansar-mePerò a mi un somni mai no em cansaI malgrat la meva barbaSóc infant en la miradaA vegades veig encara... vida, vida!Si em faig vell en les paraulesSi em faig vell en les paraulesPer favor tanqueu la portaI fugiu de l'enyorançaD'una veu que ja s'apagaQue a mi no m'ha de fer penaQue a mi no em farà cap penaI aniré de branca en brancaPer sentir allò que cantenNous ocells al meu paisatgeQue a mi no em farà cap pena... és vida, vida!Si la mort ve a buscar-meSi la mort ve a buscar-meTé permís per entrar a casaPerò que sàpiga des d'araQue mai no podré estimar-laI si amb ella he d'anar-me'nI si amb ella he d'anar-me'nTot allò que de mi quediSiguin cucs o sigui cendraO un acord del meu paisatgeVull que cantin aquest signe... vida, vida!Potser em deixin les paraulesO potser em deixeu vosaltresO només els anys em posinA mercè d'alguna onadaA mercè d'alguna onadaMentre tot això m'arriba... vida, vida!Mentre tot això m'arriba... vida, vida! (Compositor: Lluís Llach) La Vie Peut-être les mots vont-ils m’abandonner,ou peut-être est-ce vous qui m’abandonnerezou seulement les années finiront par me laisserà la merci de quelque vagueà la merci de quelque vague…En attendant que tout cela m’arrive,Car tout cela m’arrivera forcément,Peut-être ai-je encore le temps de voler un peuencore à la vieet de remplir mon bagageEn attendant que tout cela m’arrive…vie, ô vie !Je vois encore parfois,parfois, je vois encoremes yeux d’enfant qui cherchentau-delà de la vitre de la fenêtreune couleur à la Tramontane.Des voix sensées m’ont déjà ditqu’il était inutile de me fatiguer,mais moi, un rêve ne me fatigue jamaiset malgré ma barbe, j’ai toujours le regard d’un enfant…Par moment, je vois encore …vie, ô vie ! Si mes mots ont pris un coup de vieux,Si mes mots ont pris un coup de vieux,Je vous en prie, fermez la porteet fuyez la nostalgie d’une voix qui s’éteint.Sachez que cela ne me fera pas de peine,Sachez que cela ne me fera pas de peine,et j’irai de branche en branchepour écouter ce que chantentles nouveaux oiseaux de mon paysage.Non, ça ne me fera pas de peine,car c’est la vie, la vie ! Si la mort vient me chercher,Si la mort vient me chercher,Elle peut entrer dans ma maisonmais qu’elle sache, dès maintenant,que jamais je ne pourrai l’aimer.Et si avec elle je dois partir,Et si avec elle je dois partir,Je veux qu’il ne reste de moi que des vers,des vers ou de la cendre nueun accord de mon voyage,je veux qu’ils chantent ce signe,vie, ô vie ! Peut-être les mots vont-ils m’abandonner,ou peut-être est-ce vous qui m’abandonnerezou seulement les années finiront par me laisserà la merci de quelque vagueà la merci de quelque vague…vie, ô vie !En attendant que tout cela m’arrive…vie, ô vie … El jorn dels miserables Que poques paraules tincI les que us dic són tan gastadesCaldrà buscar nous caminsOn no calguin les paraulesQue poca força que tinc;Tants de cops l’he malmenadaLa vull tota per demàQuan la gesta portí l’albaQuanta ràbia que tincPotser cal ser gos des d’ara;Quanta ràbia que tincI no vull pas oblidar-laQue poca esperança tincI potser caldrà deixar-laQue no sigui que esperarEns allunyi més dels actesQuanta misèria que tincSota els peus damunt l’espatllaI la vull guardar amb miFins al jorn dels miserables (Compositor: Lluís Llach) Le jour des Misérables Comme j’ai peu de mots !…et ceux que je vous dis sont tellement usésqu’il faudrait trouver des moyens nouveauxoù les mots ne sont plus nécessaires pour se parler La force me manque tellement…je me suis trop souvent épuisé en vain,Il va falloir en trouver pourtantquand nos exploits nous mèneront vers un nouveaumatin J’ai tant de rage au fond de moique je voudrais pouvoir mordre comme un chienJ’ai tant de rage au fond de moimais je veux la garder J’ai en moi tellement peu d’espoir…Peut-être faut-il l’abandonner après toutcar il ne faudrait pas qu’il nous empêche de voirqu’il reste une longue route devant nous Et toute cette misère en moi,sous mes pas et sur mes épaules,je veux aussi la garder en moi,jusqu’au jour des misérables. I si canto trist interprétée par Balbino Medellin (Catalogne Nord) I si canto trist Jo no estimo la por, ni la vull per a demà,no la vull per a avui, ni tampoc com a record;que m’agrada els somrísd’un infant vora el mari els seus ulls com un ram d’il·lusions esclatant.I si canto tristés perquè no pucesborrar la pordels meus pobres ulls. Jo no estimo la mortni el seu pas tan glaçat,no la vull per a avui, ni tampoc com a record;que m’agrada el batec d’aquell cor que, lluitant,dóna vida a la morta què l’han condemnat. I si canto tristés perquè no pucoblidar la mortd’ignorats companys. Jo no estimo el meu cant, perquè sé que han callattantes boques, tants clams, dient la veritat;que jo m’estimo el cantde la gent del carreramb la força dels motsarrelats en la raó. I si canto tristés per recordarque no és aixídes de fa tants anys. (Compositor: Lluís Llach) Et si mon chant est triste Je n’aime pas la peur, je n’en veux pas ni demain,ni aujourd’hui, ni même m’en souvenirmais j’aime le sourire d’un enfant près de la meret ses yeux, bouquet éclatant d’illusions. Et si mon chant est tristec’est que je ne peuxeffacer la peurde mes pauvres yeux. Je n’aime pas la mortni son pas glacéje ne la veux ni pour aujourd’hui,ni pour m’en souvenirmais j’aime le battement de ce coeur qui, en luttant,donne la vie à la mort à laquelle on l’avait condamné. Et si mon chant est tristec’est que je ne peux oublierla mort des camarades inconnus. Je n’aime pas mon chantparce que se sont tuestant de bouches, qui clamaient la vérité.Mais j’aime le chantdes gens dans la rueavec la force des motsenracinés dans la raison. Et si mon chant est tristec’est pour rappelerqu’il n’en est pas ainsidepuis si longtemps… Cançó d’amor Si avui parlo d’amorés per dir-vos, potsersense força ni traça,que he fet tantes cançonsamagant veritatssota un joc de paraules.És potser per aixòque me cal dir-ho ara. Parlaré de les lleisque fan del nostre costan grollera mentida,que potser caldrà dirque les lleis han confósplusvàlua amb família.Potser no tinc raó,potser tu, potser jo. I parlaré d’aquellsper als qui el cos és presóde passions condemnades,i en un llit clandestí,quan per fi ve la nit,amagats s’amanyaguen.No sé si tinc raó,potser tu, potser jo. L’amor és el plaergratuït i sincerd’un joc ple de frisances,un poema de pellson el sexe és l’accentd’un senzill llenguatge.No sé si tinc raó,potser tu, potser jo. Si avui parlo d’amorés per dir-vos, potsersense força ni traça,que faré mil cançonsamagant veritatssota un joc de paraules.És només per aixòque me cal dir-ho ara. (Compositor: Lluís Llach) Chanson d’amour Si aujourd’hui je parle d’amourC’est peut-être pour vous dire,Sans force et sans habiletéQue j’ai fait tant de chansonsOù je cachais les véritésSous le jeu de paroles.Peut-être ai-je eu tort,Mais je dois maintenant vous le dire. Je parlerai des loisQui ont fait de notre corpsUn si grossier mensongeQu’il faudra peut-être direQue les lois ont confonduFamille et plus-value.Je ne sais si j’ai raisonPeut-être est-ce toi, peut-être est-ce moi. Et je parlerai de ceuxDont le corps est en prisonLes passions condamnées,Qui dans un lit clandestinQuand enfin arrive la nuitSe caressent en cachette.Je ne sais si j’ai raisonPeut-être est-ce toi, peut-être est-ce moi. L’amour est le plaisirGratuit et sincèreD’un jeu plein de frissons,Un poème d’épidermesOù le sexe est l’accentD’un très simple langage.Je ne sais si j’ai raisonPeut-être est-ce toi, peut-être est-ce moi. Si je parle aujourd’hui d’amourPeut-être est-ce pour vous direSans force ni habiletéQue je ferai mille chansonsCachant des véritésSous des jeux de paroles.C’est seulement pour celaQu’il me faut le dire maintenant. Venim del Nord, venim del Sud interprétée par Muriel Perpigna (Catalogne Nord) Venim del Nord, venim del Sud Venim del nord,venim del sud,de terra endins,de mar enllà,i no creiem en les fronteressi darrera hi ha un companyamb les seves mans estesesa un pervindre alliberat.I caminem per poder seri volem ser per caminar.Venim del nord,venim del sud,de terra endins,de mar enllà,i no ens mena cap banderaque no es digui llibertat,la llibertat de vida plenaque és llibertat dels meus companys.I volem ser per caminari caminar per poder ser. Venim del nord,venim del sud,de terra endins,de mar enllà,i no sabem himnes triomfalsni marcar el pas del vencedor,que si la lluita és sagnantserà amb vergonya de la sang.I caminem per poder seri volem ser per caminar. Venim del nord,venim del sud,de terra endins,de mar enllà,seran inútils les cadenesd’un poder sempre esclavitzant,quan és la vida mateixaque ens obliga a cada pas.I caminem per poder seri volem ser per caminar. (Compositor: Lluís Llach) Nous venons du Nord, nous venons du Sud Nous venons du Nord, nous venons du Sudde l’intérieur du pays, d’au-delà des merset nous ne croyons pas aux frontières si derrièreil y a un amila main tendue vers un avenir de liberté.Et nous marchons pour existeret nous voulons exister pour marcher. Nous venons du Nord, nous venons du Sudde l’intérieur du pays, d’au-delà des merset aucun drapeau ne nous guidequi ne proclame la libertéla liberté de la vie toute entière qui est la liberté demes compagnons.Et nous voulons exister pour marcher et marcherpour exister. Nous venons du Nord, nous venons du Sudde l’intérieur du pays, d’au-delà des merset nous ne connaissons aucun hymne triomphantà la gloire du pas du vainqueurparce que si la lutte est sanglante ce sera avec lahonte du sang.Et nous voulons exister pour marcher et marcherpour exister. Nous venons du Nord, nous venons du Sudde l’intérieur du pays, d’au-delà des mersinutiles seront les chaînes d’un pouvoir toujoursprêt à rendre esclavequand c’est la vie elle-même qui nous pousse àaccomplir chaque pas.Et nous marchons pour exister et nous voulonsexister pour marcher. Que tinguem sort Si em dius adéu,vull que el dia sigui net i clar,que cap ocelltrenqui l’harmonia del seu cant.Que tinguis sorti que trobis el que t’ha mancaten mi. Si em dius « et vull »,que el sol faci el dia molt més llarg,i així, robartemps al temps d’un rellotge aturat. Que tinguem sort,que trobem tot el que ens va mancarahir. I així pren tot el fruit que et pugui donarel camí que, a poc a poc, escrius per a demà.Què demà mancarà el fruit de cada pas;per això, malgrat la boira, cal caminar. Si véns amb mi,no demanis un camí planer,ni estels d’argent,ni un demà ple de promeses, solsun poc de sort,i que la vida ens doni un camíben llarg. (Compositor: Lluís Llach) Bonne chance … Si tu me dis adieu,Que ce soit par un jour radieuxEt qu’aucun chant d’oiseaune vienne ne briser l’harmonieBonne chance à toi,Puisses-tu trouver ce qui t’as manqué en moi Si tu me dis « je te veux »Que le soleil prolonge sa journée,Pour pouvoir ainsi volerDu temps au temps de l’horloge arrêtée Bonne chance à nousPuissions-nous trouver ce qui nous a manqué hier Cueille tous les fruits que t’offrele chemin qui, petit à petit, trace ton lendemain.Demain, peut être qu’à chaque pas, ce fruit te manquera,Qu’importe le brouillard, il nous faut avancer Si tu viens avec moi,N’attend pas une route facile,Ni étoiles d’argent,Ni des lendemains plein de promesses…Un peu de chance seulement,Et que la vie nous accordeUne longue, longue route … Abril 74 interprété par Muriel Perpigna (Catalogne Nord) Abril 74 Companys, si sabeu on dorm la lluna blanca,digueu-li que la vullperò no puc anar a estimar-la,que encara hi ha combat. Companys, si coneixeu el cau de la sirena,allà enmig de la mar,jo l’aniria a veure,però encara hi ha combat. I si un trist atzar m’atura i caic a terra,porteu tots els meus cantsi un ram de flors vermellesa qui tant he estimat,si guanyem el combat. Companys, si enyoreu les primaveres lliures,amb vosaltres vull anar,que per poder-les viurejo me n’he fet soldat. I si un trist atzar m’atura i caic a terra,porteu tots els meus cantsi un ram de flors vermellesa qui tant he estimat,quan guanyem el combat. (Compositor: Lluís Llach) Avril 74 Camarades si vous savez où dort la lune blanchedites-lui combien je la désire,mais que je ne peux encore venir la rejoindrecar il faut encore livrer combat. Camarades si vous savez où se cache la sirène,là-bas par-delà les mers, un jour j’irai la voirmais il faut encore livrer combat. Et si un triste sort m’arrête et que je tombe à terreportez tous mes chants et un bouquetde fleurs vermeillesà l’être que j’ai tant aimé,si nous gagnons le combat. Camarades si vous cherchez les printemps libresAlors j’irai avec vous,Car c’est pour pouvoir les vivreque je me suis fait soldat. Et si un triste sort m’arrête et que je tombe à terreportez tous mes chants et un bouquetde fleurs vermeillessi nous gagnons le combat. Camarades si vous cherchez les printemps libresalors j’irai avec vous,car c’est pour pouvoir les vivreque je me suis fait soldat. Et si un triste sort m’arrête et que je tombe à terreportez tous mes chants et un bouquetde fleurs vermeillesà l’être que j’ai tant aiméquand nous gagnerons le combat. L'Estaca interprétée par Llamp te Frigui (Catalogne Nord) L'Estaca interprétée par Balbino Medellin (Catalogne Nord) L’estaca L’avi Siset em parlavade bon matí al portalmentre el sol esperàvemi els carros vèiem passar.Siset, que no veus l’estacaon estem tots lligats?Si no podem desfer-nos-enmai no podrem caminar! Si estirem tots, ella caurài molt de temps no pot durar,segur que tomba, tomba, tombaben corcada deu ser ja. Si jo l’estiro fort per aquíi tu l’estires fort per allà,segur que tomba, tomba, tomba,i ens podrem alliberar. Però, Siset, fa molt temps ja,les mans se’m van escorxant,i quan la força se me’n vaella és més ampla i més gran. Ben cert sé que està podridaperò és que, Siset, pesa tant,que a cops la força m’oblida.Torna’m a dir el teu cant: L’avi Siset ja no diu res,mal vent que se l’emportà,ell qui sap cap a quin indreti jo a sota el portal. I mentre passen els nous vailetsestiro el coll per cantarel darrer cant d’en Siset,el darrer que em va ensenyar. (Compositor: Lluís Llach) Le pieu Le grand-père Siset me parlait ainsiTôt le matin au portailtandis qu’attendant le soleil,nous regardions passer les charettesSiset, ne voit tu pas le pieuOn nous sommes tous attachés,Si nous ne nous détachons pasJamais nous ne pourrons nous libérer…Si nous tirons tous il tomberaEt il ne peut plus tenir trés longtempsSûr qu’il tombera , tombera, tombera,Bien vermoulu comme il doît être déjà. Si je tire fort de mon côté,Et que tu tires fort du tien,Sûr qu’il tombera, tombera, tombera,Et nous pourrons nous délivrer.Mais, Siset, il y a longtemps déjàque l’on s’ écorche les mainsEt quand la force m’abandonneIl semble bien plus large et plus grand qu’avant. Certainement qu’il est tout pourri,Pourtant, Siset, il pèse tant!Et parfois la force me manque.Alors, chante moi encore ta chanson!Si je tire fort de mon côté,Et que tu tires fort du tien,Sûr qu’il tombera, tombera, tombera,Et nous pourrons nous délivrer.On n’entend plus le vieux SisetUn mauvais vent l’a emporté.Qui sait où il est passé?Et je reste seul au portail.Et quand passent des jeunes,Je tends le cou pour chanterLe dernier chant de SisetLe dernier qu’il m’ait appris.Si je tire fort de mon côté,Et que tu tires fort du tien,Sûr qu’il tombera, tombera, tombera,Et nous pourrons nous délivrer. Corrandes d'exili interprétée par Llamp te Frigui (Catalogne Nord) Corrandes d'exili Una nit de lluna plenaTramuntàrem la carena,Lentament, sense dir res...Si la lluna feia el pleTambé el féu la nostra pena.L'estimada m'acompanyaDe pell bruna i aire greu(Com una Mare de DéuQue han trobat a la muntanya).Perquè ens perdoni la guerra,Que l'ensagna, que l'esguerra.Abans de passar la ratlla,M'ajec i beso la terraI l'acarona amb l'espatlla.A Catalunya deixíEl dia de ma partidaMitja vida condormida;L'altra meitat vingué amb miPer no deixar-me sens vida.Avui en terres de FrançaI demà més lluny potser,No em moriré d'enyorançaAns d'enyorança viuré.En ma terra del VallèsTres turons fan una serra,Quatre pins un bosc espès,Cinc quarteres massa terra.Com el Vallés no hi ha res.Que els pins cenyeixin la cala,L'ermita dalt del pujol;I a la plana un tenderolQue batega com una ala.Una esperança desfeta,Una recança infinita,I una pàtria tan petitaQue la somio completa. (Compositor: Lluís Llach) Chanson d'exil Une nuit de lune pleinenous traversions la crêtelentement, sans rien direSi la lune se faisait pleinenotre peine l’était aussi.La bien aimée m’accompagneà la peau brune et l’air grave(comme une mère de Dieu) (1)qu’ils ont trouvée dans la montagne.Pour que nous pardonne la guerrequi l’ensanglante, qui la mutileAvant de passer la ligneje m’agenouille et embrasse la terreet je la caresse avec l’épauleEn Catalogne j’ai laisséle jour de mon départune moitié de vie endormie,l’autre moitié est venu e avec moipour ne pas me laisser sans vie.Aujourd’hui en terre de Franceet demain peut-être plus loinje ne mourrai pas de nostalgieJe vivrai plutôt de nostalgie.Dans ma terre du Vallès (2)trois collines font une chaine de montagnesquatre pins un bois épaiscinq quarterons plus de terre“Comme le Vallès il n’y a rien”Que les pins entourent la calanquel’ermite en haut de la collineet sur la plage un storequi bat comme une aile.Un espoir défait,un regret infini.et une patrie si petiteque je la rêve complète.
Adrienne Cazeilles (1923-2021)
(17-12-2021)
Né(e) à Camélas en 1923. Adrienne Cazeilles était une ancienne institutrice. Elle a publié aux éditions Trabucaire un ouvrage intitulé "Quand on avait tant de racines".Écrit en 1977 en réaction face à un gigantesque incendie dans la région des Aspres dans le Roussillon, elle évoque son enfance et le monde et ses traditions qui ont disparu après le passage du feu. Elle a exprimé très tôt une sensibilité écologiste.Elle fut également une active herboriste invétérée. Parce qu’elle a arpenté des décennies ses chères Aspres, du côté de Camélas, aucune plante n’avait de secret pour elle."Voyage autour de mon jardin", d'Adrienne Cazeilles a obtenu le prix Vendémiaire des Vendanges littéraires 2012. « Voyage autour de mon jardin », d'Adrienne Cazeilles a obtenu le prix Vendémiaire des Vendanges littéraires 2012. Adrienne Cazeilles est née à Camélas dans les Aspres (Pyrénées-Orientales) en 1923. Elle est l'auteur de "Quand on avait tant de racines" paru en 1977 et réédité en 2003. (Editions Trabucaire, 111 pages) Le jardin d’Adrienne n’est qu’un petit bout de terre que le grand-père de son grand-père avait défriché bien avant la Révolution, « autour de quelques sources parcimonieuses », mais il est grand comme le monde. Ses murettes n’ont jamais empêché l’inlassable veilleuse d’atteindre à l’universel. « Voilà donc presque un siècle, dit-elle, que je vois défiler le monde autour de mon jardin ». D’ici, rien ne lui échappe. Elle constate, accuse, juge, dérange, regrette, sans jamais abandonner pourtant « la vertu de tolérance » qui, à ses yeux, dépasse « toutes les indignations, les colères et les refus ». En témoigne son «Voyage autour de mon jardin » qui, 35 ans après l’incendie qui ravagea les Aspres, montre que la source ayant jailli « quand on avait tant de racines » n’est toujours pas tarie. C’est dire l’émotion qui a saisi l’auditoire de la Médiathèque, à Thuir, lorsque, de sa belle voix d’institutrice catalane, Adrienne Cazeilles a prononcé ces simples paroles : « Ce livre est pour moi la fin du voyage. » Fidèle à ses ancêtres mais loin de tout folklore et de tout passéisme, ayant trouvé des raisons d’espérer malgré tout dans les actions de Pierre Rabhi, pionnier de l’agriculture biologique, et Gilles Clément, créateur du « jardin planétaire », elle peut parcourir d’un pas tranquille le « bout de chemin » qui lui reste. Elle revendique modestement la part du colibri, l’oiseau de la légende africaine qui sans jamais se décourager puisait quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur un feu de forêt. « Je crois avoir fait ma part», dit-elle, en évoquant sa longue vie « au ras des pâquerettes, la tête dans les étoiles et les pieds dans la glaise, pour ne pas dire le fumier qui est devenu un gros mot. » Dans le tintamarre médiatique des adorateurs de l’euro, orchestré par des dirigeants qui jouent les pompiers-pyromanes pour mieux conserver le pouvoir, la « conjugaison existentielle » d’Adrienne est plus que jamais d’actualité : « Avoir ou être, il faut choisir. » Elle, depuis toujours elle a choisi. C’est le fond de son livre et c’est la part qu’elle nous lègue. Un livre qui, tient-elle à préciser, « n’est pas une marchandise ». Elle l’a conçu comme un recueil de tous les cris d’alarme qu’elle pousse depuis des années. Tout part du jardin, mais pas n’importe lequel, « un jardin pour se nourrir », c'est-à-dire, «un jardin du rien à jeter, tout à recycler. C’est aussi, souvent, le jardin du tout à partager, le jardin du cœur. » Et « c’est dans ce jardin, écrit-elle, que je me sens le mieux en accord avec la nature dans sa vérité millénaire ». Le contraire de ce que devient de plus en plus l’agriculture dont « le but n’est plus de nourrir les hommes mais de produire », si bien qu’Adrienne peut imaginer, « à la limite de l’absurde, une production en vase clos de la plantation à la destruction, en passant par le stockage sans que la consommation intervienne jamais. » A côté de cela, les cultures reculent devant les broussailles propices aux incendies et l’urbanisation qui assèche les nappes phréatiques. L’eau est sa grande préoccupation. Elle dénonce son gaspillage et sa confiscation par des groupes d’intérêt. «Mondialement, accuse-t-elle, la privatisation de l’eau au bénéfice d’une minorité est un crime contre l’humanité. » Il y a là de quoi désespérer lorsqu’on songe aussi que l’homme moderne s’est employé à changer jusqu’au sens de la mort. « En traitant la mort comme une rupture, on déshumanise encore plus une vie qui transforme l’homme en objet que l’on déplace, ou que l’on casse et que l’on jette au gré de la conjoncture. » Ces pensées viennent à Adrienne devant la tombe de sa grand-mère qui lui a, « à sa façon, appris à placer la bonté et l’indulgence bien au-dessus de toute réussite sociale ou intellectuelle ». Dans ce petit cimetière, « la mort apparaît comme l’aboutissement dernier et nécessaire de la vie, le passage du « témoin » dans la course de relais qui se poursuit de génération en génération, donnant une cohérence à notre existence. » Malgré les multiples dérives qu’elle relève, Adrienne qui, née en 1923, a connu le temps où « la valeur marchande n’était pas la valeur absolue », ne veut pas baisser les bras. Elle trouve sa force dans les échos qu’elle suscite. Elle croit à la vertu du grain de sable, au geste isolé du consommateur lucide pour bloquer l’énorme machine. La course effrénée vers le « toujours plus » n’est pas une fatalité si chacun de nous apporte sa part du colibri. Tel est le message d’une vieille dame indignée qui, en faisant l’éloge de la cruche et du panier, en célébrant le vin et l’olivier, en s’inquiétant de la disparition du thym et des papillons, nous transmet de surcroît avec simplicité, bon sens et quelques pincées de poésie son amour d’une terre « féconde qui a toujours récompensé ceux qui ont su la cultiver sans lui nuire, et continuera aussi longtemps que vivront en ce monde des jardiniers de l’esprit et du cœur. » L’autre jour à Thuir, de simples mots portant le poids d’une vie, se sont gravés dans nos esprits : « Je n’ai jamais voulu mal faire ni faire mal. Ai-je réussi ? » La réponse tombe comme une évidence dans les pages de son livre. Merci Adrienne, de nous inviter à faire avec vous ce voyage. Bernard Revel
Histoire: Le premier évêque vraiment « français » à Perpignan s’est intégré?
(17-12-2021)
Jeu du VRAI ou FAUX par Joan Villanove Quand on évoque l’Histoire du Roussillon, on entend et on lit beaucoup d’approximations et d’erreurs, soit par pure ignorance, soit par intention nuisible. Alors, quelle était la place du Roussillon, du Conflent, de la Cerdagne, du Capcir et du Vallespir dans l’Histoire de la Catalogne ? Jouons, si j’ose dire, au jeu du VRAI ou FAUX.   Le premier évêque vraiment « français » s’est intégré à Perpignan? FAUX Tombeau de Louis Habert de Montmor, qui trône tout près de cœur de la cathédrale Saint-Jean. Que faut-il penser d’un évêque « français-parisien » (comme il le dit lui-même) qui refuse de reposer à côté de ses « confrères », les autres évêques catalans ?   Le texte de la plaque: Fils d’une famille de noblesse de robe très riche et cultivée, en pleine ascension sociale. Il fut de 1680 à 1695 le premier évêque français d’Elne, siège épiscopal transféré à Perpignan. Il se glorifie de sa filiation et de sa nationalité : « parisien » comme le proclame l’inscription sur le mausolée : hic jacet Ludovicus Habert de Montmor, ecclesia princeps, Elnensis episcopus, …., parisinus, mortuus… C’est-à-dire : Ci git Louis Habert de Montmor, prince de l’Eglise….parisien, mort en sa cinquante et unième année… 1695…. Les évêques de son temps étaient habituellement inhumés dans le sol du chœur ; le somptueux tombeau, resté unique en son genre à Perpignan, exprime bien une volonté d’affirmation du nouveau pouvoir…   Joan Villanove, conférencier et auteur de "Raconte-moi les Catalans" et "Raconte-moi les rois de Mallorca" (et de bien d'autres ouvrages)
La mairie de Villeneuve-la-Rivière participe au Livre Blanc de Catalogne Nord
à - Vilanova de la Ribera - Villeneuve-la-Rivière (17-01-2022)
La municipalité de Villeneuve la Rivière est soucieuse de préserver et de valoriser la catalanité. Cet engagement se traduit par plusieurs actions mises en oeuvre en faveur de la langue et de la culture catalane :   - La fête de la Sant Joan est célébrée chaque année avec le partage du pain, du vin et la remise des traditionnels bouquets grâce à la participation des associations du village et des enfants de l’école communale. Ce moment de convivialité très attendu par la population villeneuvoise est l’occasion de réunir sur la place villeneuvois de souche et nouveaux habitants.   - Une signalétique en catalan et en français a été mise en place sur les trois panneaux d’entrées de village avec le nom de la commune.   - Une association propose tous les vendredis après-midi des cours de catalan pour adultes. Repas, voyages et sorties culturelles permettent aux adhérents de découvrir le patrimoine et la culture catalane.   - Depuis la rentrée 2021, une initiation à la langue catalane est proposée bénévolement par une mère d'élèves au sein de l’école du village aux enfants du primaire.   - Grâce à un partenarait avec les “Angelets de la Terra”, tous les mois nous publions sur la page Facebook de la commune un article en catalan (traduit en français) présentant un aspect de la culture et des traditions catalanes. La première parution a été consacrée à la tradition du "Tió de Nadal".   L’équipe municipale s’engage à poursuivre les actions engagées et réfléchit à la mise en place de nouvelles actions.   Patrick PASCAL (maire), Pierre-Henri DAURIACH (adjoint)
La mairie de Corneilla-la-Rivière participe au Livre Blanc de Catalogne Nord
à - Cornellà de la Ribera - Corneilla-la-Rivière (03-12-2021)
La commune de Corneilla-la-Rivière n’a jamais rompu le lien avec ses racines qui passent par le catalan, sa culture et ses traditions. La volonté perdure de ne pas voir disparaître cette langue romane issue du latin, d’origine antique, qui a bercé notre enfance et celle de nos parents ou grands-parents, sous la bienveillance du Canigou et de Força Real. Nous œuvrons pour que cette transmission se fasse également avec tous les catalans d’adoption installés ou qui arrivent dans notre village. C’est avec cette philosophie que l’adhésion au Livre Blanc de Catalogne Nord des Angelets de la Terra a été finalisée. Les panneaux d’entrée et sortie du village ont une double signalétique. L’enseignement du catalan à l’école s’effectue de la grande section de maternelle au CM2 grâce à l’intervenante de l’APLEC. « L’association de tous les villages de Catalogne de nom Cornellà » existant depuis de nombreuses années est jumelée avec les communes de Cornellà del Terri, près de Girona (Gérone) et Cornellà del Llobregat près de Barcelona. En période de festivités les sardanes, menées par la cobla « Tres Vents », ont toujours été présentes au village. La tradition des feux de la « Sant-Joan » qui remonte à la nuit des temps a toujours été maintenue. Les « Goigs dels ous » se perpétuent, sous la forme très appréciée, de la traditionnelle omelette pascale confectionnée avec les œufs et les différents ingrédients donnés par les villageois. Le tout se déguste à l’espace Força Real le dimanche de Pâques. Tout bulletin municipal paru ou à paraître réserve sa dernière page à Émile Péronne qui, par ces écrits, nous raconte l’authentique histoire de ces hommes et femmes fiers de leur identité et amoureux de leur village. Le prochain projet en cours d’élaboration au sein de la mairie est la mise en place d’une « Diada Catalana » au 1er mai.   René Laville, alcalde (maire) de Cornellà de la Ribera i Fabienne Rédo, regidora (conseillère municipale).
Angelets de la Terra et SIOCCAT, une complémentarité en faveur du catalan
(17-01-2022)
La situation précaire de la langue et des traditions catalanesnécessitent une implication de tous les acteurs associatifs et institutionnels. Les Angelets de la Terra et bien d'autres (APLEC, Omnium, Aire Nou, Fédération Sardaniste, Fédération Gegantera...) apportent leur énergie aux organisations institutionelles comme le SIOCCAT créé par l'ancien maire de Sant Andreu (Saint-André), Francis Manent en photo lors du salon des maires 2021 avec Ramon Faura, président des Angelets de la Terra. Ci-dessous vous pouvez consulter la liste des 67 communes catalanes du SIOCCAT (Syndicat intercommunal pour la promotion des langues occitane et catalane) qui participent aussi au « Llibre Blanc de Catalunya Nord ».   En sachant que de nombreuses communes doivent voter leur adhésion au Livre Blanc dans les prochains jours, que d'autres n'ont pas encore été contactées et que 85 municipalités ont déjà validé leur participation. Il y a donc 18 municipalités qui participent au Livre Blanc des Angelets de la Terra mais qui ne participent pas au SIOCCAT.   Aiguatèbia - Talau (envisage de participer)Albera (L’)Alenyà « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Angles (Els) (envisage de participer)Angostrina - Vilanova de les Escaldes « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Arbuçols [Marcèvol]Argelers de la Marenda « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Arles de Tec [Can Parera] (envisage de participer)Bages « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Baixàs (envisage de participer)Banyuls dels Aspres (envisage de participer)Banyuls de la Marenda « Llibre Blanc de Catalunya Nord »BaoBanys (Els) - Palaldà « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Barcarès (El) « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Bastida (La)Bolquera « Llibre Blanc de Catalunya Nord »BompàsBrullà « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Bula d’AmuntBulaternera (envisage de participer)Cabanassa (La)Cabestany (envisage de participer)Caixàs (envisage de participer)CalceCàldeguesCalmellaCamelesCampome (envisage de participer)Canavelles - LlarCanet de RossellóCànoes « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Casafabre (envisage de participer)Cases de PenaCastellCastellnou (envisage de participer)CatllàCaudiers de ConflentCeret (envisage de participer)Cervera de la Marenda « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Clarà - Villerac (envisage de participer)Clairà « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Cluses (Les)Codalet « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Cotlliure « Llibre Blanc de Catalunya Nord »ConatCorbera « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Corbera les Cabanes « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Cornellà del Bercol (envisage de participer)Cornellà de ConflentCornellà de la Ribera « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Cortsaví (envisage de participer)CustojaDorresÉgat « Llibre Blanc de Catalunya Nord »ElnaEinaEnveigEr (envisage de participer)EscaróEspirà de l’Aglí « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Espirà de Conflent Estagell (envisage de participer)Estavar « Llibre Blanc de Catalunya Nord »EstoerEus « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Fillols (envisage de participer)Finestret (envisage de participer)Font Romeu - Odelló - Vià « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Fontpedrosa [Prats Balaguer] « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Fontrabiosa « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Formiguera « Llibre Blanc de Catalunya Nord »ForquesFullà [d’Avall, del Mig, d’Amunt]GlorianesGuingueta d’Ix (La)Illa (de Tet) « Llibre Blanc de Catalunya Nord »JocJújolsLa Menera « Llibre Blanc de Catalunya Nord »La Roca d’Alberes (envisage de participer)La Torre del Bisbe « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Llaguna (La) (envisage de participer)Lauró (envisage de participer)LloLlupiàMarqueixanesMasos (Els) « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Matamala « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Maurellàs - Les Illes - Riunoguers « Llibre Blanc de Catalunya Nord »MentetMillars « Llibre Blanc de Catalunya Nord »MoligMontoriol (envisage de participer)MontbolóMontescot « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Montesquiu MontferrerMontlluísMontner (envisage de participer)MossetNaüjaNefiac « Llibre Blanc de Catalunya Nord »NoedesNyerOleta - Èvol « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Oms « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Ópol - Perellós « Llibre Blanc de Catalunya Nord »OrellàOrtafà (envisage de participer)OssejaPalau de CerdanyaPalau del Vidre PassàPeirestortes Pertús (El)Pesilhan de ConflentPesillà de la Ribera « Llibre Blanc de Catalunya Nord »PiPià « Llibre Blanc de Catalunya Nord »PlanèsPollestresPontellà - Nyils « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Port Vendres « Llibre Blanc de Catalunya Nord »PortaPortè PimorentPrada Prats de Molló - La PrestaPrunet i BellpuigPuigvalador - RiutortRalleuRealReiners « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Rià - Cirac « Llibre Blanc de Catalunya Nord »RibesaltesRigardàRodès « Llibre Blanc de Catalunya Nord »SaorraSalelles « Llibre Blanc de Catalunya Nord »SallagosaSalses (envisage de participer)SansàSant Andreu « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Cebrià « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Esteve (envisage de participer)Sant Feliu d’Amunt « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Feliu d’Avall « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Genís de Fontanes « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Hipòlit « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Joan la Cella « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Joan Pla de Corts « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sant Llorenç de Cerdans [Farga del Mig (La)]Sant Llorenç de la Salanca (envisage de participer)Sant Marçal Sant Miquel de Llotes Sant Nazari (envisage de participer)Sant Pere dels Forcats (envisage de participer)Santa Coloma de la ComandaSanta LlocaiaSanta Maria la MarSautó - FetgesSerdinyàSerrallonga (envisage de participer)Soler (El) « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Sureda « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Tallet (envisage de participer)Talteüll « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Tarerac « Llibre Blanc de Catalunya Nord »TaurinyàTec (El)Terrats (envisage de participer)Teulís TesàToès entre Valls (envisage de participer)Toluges « Llibre Blanc de Catalunya Nord »TorderesTorrelles « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Tresserra Trullars « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Tuïr « Llibre Blanc de Catalunya Nord »UrUrbanyàVallcebollera (envisage de participer)Vallestàvia VallmanyaVernet dels Banys « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Vilafranca de Conflent « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Vilallonga de la Salanca (envisage de participer)Vilallonga dels Monts (envisage de participer)Vilamulaca « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Vilanova de Raó « Llibre Blanc de Catalunya Nord »Vilanova de la Ribera « Llibre Blanc de Catalunya Nord »VinçàVingrau « Llibre Blanc de Catalunya Nord »ViversVoló (El) (Source : http://www.sioccat.com/fr/l-emploi-du-catalan-dans-nos-mairies/signaletique-en-catalan/noms-des-communes.html)
La mairie de Rodès participe au Livre Blanc de Catalogne Nord
à - Rodès (02-12-2021)
La participation de la municipalité de Rodès au "Llibre Blanc de Catalunya Nord" souligne son engagement à cette noble cause qu'est la catalanité à travers :   - Les manifestations culturelles réalisées en 2021: Focs de Sant Joan avec le groupe "Llamp te Friguit", concert de Ramon Gual;   - La participation financière de la commune aux cours de catalan pour les élèves du primaires en partenariat avec l'APLEC et le Sioccat;   - La restauration du Maître Autel de l'église Nostre Senyora d'Agost;   - Les travaux sur l'Ermitage de Domanova et l'église de Les Cases (ou église de Sant Feliu de Ropidera), dédiée à Saint Felix. Marc BIANCHINI, maire.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}