Succès de la première rencontre des municipalités catalanes sans frontières


Les élus catalans ont signé une lettre pour resserrer les liens et continuer à participer aux rencontres. Des dizaines de maires du nord et du sud de la Catalogne se sont réunis le samedi 9 décembre 2023 à Sant Cebrià de Rosselló lors de la première réunion sans frontières des municipalités catalanes, dont le but était de construire des ponts et de développer des projets communs. L'événement était organisé par les Angelets de la Terra. Une centaine d'élus étaient présents. Tisser des ponts entre les villes du nord et du sud de la Catalogne et développer des projets communs. Tels sont les principaux objectifs de la première rencontre sans frontières des municipalités catalanes qui s'est déroulée à Sant Cebrià de Rosselló, avec la participation de représentants d'une cinquantaine de communes de Catalogne Nord et de Catalogne. La journée était organisée par les Angelets de la Terra, une association culturelle du Roussillon née en 2001 qui œuvre pour la défense de la langue et de la culture catalanes dans le nord de la Catalogne. Le coordinateur, Ramon Faura, explique que cela permet de créer des réseaux: "Que les municipalités d'un côté et de l'autre discutent, créent des amitiés et puissent développer des projets dans le domaine de l'éducation, de la culture ou de l'économie." À l’heure actuelle, il existe déjà quelques mairies qui travaillent ensemble sur des projets, mais Faura en appelle à faire bien plus. Ce jour-là, il y avait près d'une centaine de représentants, parmi lesquels des maires, des adjoints, des conseillers municipaux. L'idée est née il y a deux ans, après avoir réalisé une enquête pour le Livre Blanc de la Catalogne Nord (édité par les Angelets) qui souligne que la majorité des villes de la Catalogne du Nord (75%) sont favorables à renforcement des liens avec les communes du Sud. "Les communes qui viennent ont l'intention et l'envie de faire des choses ensemble", explique Faura. La réunion a commencé à 10h00 et s'est terminée à 15h00. Une charte commune a été signée par les élus. Le document propose aux mairies de désigner une personne qui sera chargée de développer les échanges entre le nord et le sud; participer aux réunions qui ont lieu; inviter les élus des municipalités amies et les faire intervenir lors des célébrations officielles; organiser des sorties pour renforcer les liens entre voisins et promouvoir la langue, la culture, l'histoire et l'identité commune avec des projets partagés visant à effacer la frontière mentale. Ramon Faura affirme que la Catalogne Nord a participé activement au soutien des sud-catalans après le référendum d'autodétermination. "Après le 1er octobre 2017, les Angelets ont organisé avec succès cinq manifestations, quatre festivals de musique et 50 expositions de photos dans toute la France sur le processus d'autodétermination en Catalogne. Nous avons vu qu'il y avait une très forte solidarité du nord vers le sud. Les politiques eux aussi l'ont vu. Et on s'est dit que ce serait dommage que ça en reste là. Autrement dit, s'il y a une envie de soutien, il peut y avoir aussi une envie de se retrouver, non ? Pour continuer à faire les choses et "renforcer la solidarité", explique Faura. Il dit que depuis 2017, il y a eu quelques activités visant à améliorer le lien avec le sud, mais qu'il y a encore beaucoup d'ignorance entre catalans du Nord et du Sud. "Il y a une frontière mentale très marquée", déplore Faura. "Lorsque des rencontres transfrontalières se tiennent à Perpignan, c'est de relations franco-espagnole dont on parle. Cela ne facilite pas la fluidité des relations. Nous sommes catalans, pas franco-espagnols. Si nous partons du principe que nous sommes franco-espagnols, nous perdons la dynamique de ce qui a surgi depuis 2017. Parce que s'il y a eu un tel soutien du nord au sud, c'est parce que nous sommes aussi catalans", dit-il. Ces rencontres de municipalités servent également à sortir du cadre institutionnel et à en établir un nouveau: «Nous voulons développer une rencontre catalane pour panser les cicatrices de l'histoire, les blessures. Et je parle du Traité des Pyrénées de 1659, de la séparation entre le nord et le sud.» Les Angelets de la Terra, conscients du problème, ont rédigé le Livre Blanc de la Catalogne Nord, avec cinquante-cinq propositions destinées aux élus municipaux qui s'engagent à normaliser l'usage du catalan et à l'apprendre. C'est aussi un outil pour promouvoir les traditions populaires et établir des liens avec le reste des Pays Catalans.

Il y a 1032 actualités sur Angelets de la Terra

Rencontre entre les Angelets de la Terra et les familles des prisonniers et exilés politiques (discours)
(13-05-2018)
Article de l'Indépendant (mai 2018): Les familles de prisonniers et exilés politiques catalans reçues à St-Estève.Les représentants de l’association catalane des Droits Civils étaient invités pour la première fois en France. Sept personnalités étaient très attendues hier midi à Saint-Estève, dans une résidence privée aux portes grandes ouvertes. Des femmes pour la plupart, épouses de ministres catalans aux noms désormais familiers : Lluis Puig, Jordi Turrull, Joaquim Forn, Raül Romeva, Jordi Cuixart... Plusieurs d’entre eux sont emprisonnés à Madrid depuis que l’État espagnol a « dégainé » en octobre dernier l’article 155 de la Constitution, plaçant de facto la Région sous tutelle à l’issue d’un référendum d’indépendance déclaré illégal. Les autres se sont exilés.Dimanche, Maria, Diana, Laura, Txell et Blanca ont été accueillies par une soixantaine de militants du nord, acquis à la cause de la défense des droits civils. Ces droits que les membres des familles et proches des élus entravés dans leur action démocratique par le gouvernement espagnol défendent depuis des mois au sein de l’Associació Catalana de Drets Civils. Dans les Pyrénées-Orientales, ils étaient les invités de Ramon Faura, à la tête des Angels de la Terra, association culturelle qui a lancé les Concerts per la Llibertat. Le premier, donné le 1er avril à Alénya, a permis de récolter 4 000 euros (entre les dons, la buvette et la vente de tee-shirts) qui ont été remis hier aux hôtes de Catalogne sud. Le prochain concert aura lieu le 19 mai à Villefranche-de-Conflent. Deux autres sont d’ores et déjà programmés. Quelques élus locaux étaient chez Ramon Faura hier pour soutenir ses invités, le vice-président du conseil départemental Nicolas Garcia ainsi que des maires et représentants des communes de Pézilla-la-Rivière, Alénya, Le Soler etc. Le mot d’ordre : « Ici, on ne revendique pas l’indépendance, on soutient la liberté ! »  
Le maire de Costoja solidaire avec les Catalans du Sud
à - Costoja VALLESPIR (11-05-2018)
En ce matin du 8 mai, les nombreux participants au défilé ont pu découvrir, bien en vue sur une des portes de la mairie-maison transfrontalière de Coustouges, un de ces grands rubans jaunes (llaços grocs) que l’Assemblea nacional catalana a instauré comme symbole du soutien aux prisonniers politiques catalans en Espagne. Le maire, Michel Anrigo, a accepté de s’exprimer à ce sujet : « Je suis inquiet en voyant ce qui se passe en Catalogne : des élus et des associatifs incarcérés depuis des mois et considérés comme des terroristes du simple fait qu’ils auraient participé à l’organisation pacifique de l’expression populaire sur son devenir. Je suis très attaché au respect des libertés, de la justice et de la démocratie. En tant que maire d’une commune frontalière je me sens profondément solidaire des élus du sud. » (L'Indépendant du 11 mai 2018)
Premier « Concert per la Llibertat » à Alénya, le 1er avril 2018
à - Alenyà - ROSSELLÓ (01-04-2018)
Les artistes catalans et occitans se sont mobilisés à travers le Col·lectiu Angelets de la Terra pour défendre la démocratie et demander la libération des prisonniers politiques catalans. Le dimanche 1er avril a eu lieu à Alenyà, le premier concert d’une série de quatre « Concerts per la llibertat ». Le Col.lectiu Angelets de la Terra et son président Ramon Faura, organisateurs et à l’initiative du projet, tiennent à remercier les artistes, les bénévoles, les associations amies, les politiques et les plus de 800 participants. Tous ont fait de cette soirée un moment exceptionnel et ont prouvé que les catalans du Nord savaient se mobiliser pour aider les catalans du Sud dans ces moments difficiles. Sur scène, on a pu entendre des discours de soutien, en catalan et en français, des maires d’Alenyà, Jean-André Magdalou, de la Torre del Bisbe (Latour-Bas-Elne) Pierre Roge, et d’Argelers de la Marenda (Argelès-sur-Mer), Antoine Parra, ainsi que deux vice-présidents du Conseil Départemental, Nicolas Garcia et Françoise Fiter. Alenyà était la première date du cycle de quatre Concerts per la Llibertat et ce fut un franc succès avec la participation d’environ 800 personnes qui ont rempli les anciennes caves Ecoiffier. La soirée a commencé avec l’auteure compositeur et interprète Delphine Bassols sur la scène de la Rotonde où ont aussi joué José de los Rios, Jean-Baptiste Sparr Trescases, Elise Mateu et Nayah qui a représenté la France à l’Eurovision en 1999. Sur la scène principale, salle Oms, c’est Gaëlle Balat qui a débuté avec des chansons écrites par sa mère, puis Dídac Rocher et Montse Castellà qui avaient participé en 2013 à l’hommage à Joan Pau Giné organisé par le Col·lectiu, étaient les invités de Catalogne du Sud. Il y a eu aussi une intervention vidéo du ministre catalan de la culture, Lluís Puig, en exil à Bruxelles qui a félicité les catalans du Nord pour cette initiative. Ce moment solennel s’est terminé par l’hymne catalan repris par le public comme cela avait été le cas lors de la manifestation du mercredi 28 mars devant le consulat d’Espagne à Perpignan convoquée par de nombreuses associations et ambiancée par des groupes du Col.lectiu. La soirée s’est terminée en effervescence avec les rumberos de Buenasuerte venus de Saint Jacques et le ska occitans de Goulamas’k qui ont aussi chanté en catalan, comme ils l’avaient fait pour la 8ème compilation du Col·lectiu Angelets de la Terra. La réussite de ce premier concert auprès d’un large public intergénérationnel était prévisible au vu de l’engouement sur les réseaux sociaux mais c’est aussi auprès des élus qu’il a eu un impact. Deux jours plus tard, les 129 maires du SIOCCAT présentaient une motion en faveur des prisonniers politiques. Un collectif de maires pour demander la libération des prisonniers et le respect de la démocratie en Espagne a aussi été créé après avoir été annoncé lors de la conférence de presse des Angelets à Alenyà.
Discours de Lluís Puig, ministre de la culture catalan exilé, lors du premier Concert per la Llibertat
à - Alenyà - ROSSELLÓ (01-04-2018)
Débat avec le maire de Saleilles, François Rallo
à - Salelles ROSSELLÓ (22-02-2018)
Débat pour l'inauguration de Visca per la Llibertat à Saleilles, village de Catalunya Nord solidaire avec les prisonniers politiques, après la projection du documentaire "Catalunya: 1-O", en présence du maire de la commune, François Rallo et du directeur de la Casa de la Generalitat, Josep Puigvert.    
Concert Angelets de la Terra à La Fabrica en mars 2017
à - Illa ROSSELLÓ (25-03-2017)
Concert historique pour la musique en catalan en Catalogne Nord avec Muriel Perpigna, Joan Ortiz Gerard Jacquet, Buenasuerte, Rumba Coumo, Llamp te Frigui, AJT, Ghetto Studio... Vous avez probablement vu apparaître début 2017, en Catalogne Nord, des affiches avec le drapeau catalan orné d’une étoile, l’estelada, qui se voulait un soutien au processus d’indépendance, alors que peu de voix se faisaient entendre dans ce sens par chez nous. Cette affiche annonçait aussi le concert du Col.lectiu Angelets de la Terra, à La Fabrica d’Ille-sur-Tet, le 25 mars 2017. Un véritable succès avec une salle pleine à craquer. Vidéo avec un résumé du concert et les coulisses:   Les groupes qui ont joueait ce soir là:       Un public comblé qui, comme Christiane Louville, est "très contente du succès du concert et de l'élan du public qui certainement est en train de se rendre compte de l'importance de la musique pour la bonne santé de la langue catalane", pour elle "c'est une nouvelle très bonne et réconfortante". Un public intergénérationnel, n’appartenant pas au microcosme sectaire, des citoyens conscients et concernés par le projet du Col.lectiu Angelets de la Terra. Francine de Martorel déclare à la sortie du concert que "c'était vraiment fabuleux" et qu’elle a apprécié toutes les propositions artistiques de la dizaine de groupes (AJT, Buenasuerte, Delf, Gerard Jacquet, Ghetto Studio, Joan Ortiz, Llamp te Frigui, Muriel Falzon Trio, Pascaline i Rumba Coumo) allant du jazz au punk, en passant par la rumba catalana et le reggae.Jeanne Levy Voisin pour sa part dira qu’elle s’est "éclatée avec toute cette diversité et surtout avec la qualité artistique de chacun". Pour Cécile, "c'était une soirée magique et inoubliable, un vrai régal".Les artistes ont aussi pu recharger les piles pour quelques temps. Gerard Jacquet, pionnier du rock électronique en roussillonnais, a salué l’accueil chaleureux des hôtes, les rencontres entre artistes, ainsi qu’un public attentif et bienveillant. Il lance un appel aux programmateurs au nord comme au sud de l'Albère, en soulignant que "devant l’excellence et la diversité des propositions musicales, un tel plateau est parfaitement reproductible, n’importe quand, n’importe où. A bon entendeurs." Effacer les frontières mentales et normaliser le catalan par le biais de la culture et de la fête était l’objectif de Ramon Faura quand il a donné cette nouvelle orientation vers la musique en catalan à l’association des Angelets de la Terra.A l’origine, les Angelets étaient un groupe de supporters de l’USAP et des Dragons Catalans. L’objectif principal n’a pas changé : "recatalaniser la Catalogne Nord". La musique comme le sport sont des bons outils pour arriver à toucher un large public, de façon ludique et festive mais la musique inclus d'avantage la valorisation langue catalane. C'est pour cette raison que le Col.lectiu Angelets de la Terra a été créé en 2010, dans un territoire où le catalan est devenu minoritaire en une cinquantaine d'années. Il n’aurait jamais imaginé que ce projet connaîtrait un tel succès.   Ce samedi 25 mars 2017, à partir de 20 heures, le Col•lectiu de musiciens de Catalunya Nord pour la langue catalane donnera un concert exceptionnel à La Fabrica, à Illa de Tet (possibilité de restauration sur place).   Le Col•lectiu présentera dix formations musicales parmi les plus impliquées dans ce magnifique projet qui a donné un renouveau à la création de musiques actuelles en catalan depuis sa création en 2010.   A l’affiche du concert à Illa de Tet, nous retrouverons Gerard Jacquet, l’animateur vedette de France Bleu Roussillon, qui est aussi le premier chanteur de rock alternatif en catalan roussillonnais dans le département. Il y aura aussi Llamp te Frigui, le fameux groupe electro-rock du Riberal, qui vient de mettre en musique « Angelets de la Terra » écrit par Ramon Faura, fondateur du Col•lectiu. Le reggae fusion de Ghetto Studio, valeur montante de la scène catalane qui vient d’enregistrer son premier LP, fera se déhancher les plus septiques. Rappelons que le chanteur de ce groupe banyulenc a enregistré son premier titre avec le Col•lectiu alors qu’il était au lycée Arago. Pourtant, les plus jeunes de cette soirée seront les AJT, punk-rock, qui ont commencé à jouer ensemble au collège de la Bressola. Buenasuerte, de retour de Cuba où les cuivres de leur prochain album ont été enregistrés, mettront à l’honneur la rumba catalane avec le groupe d’Illa de Tet, Rumba Coumo qui sera aussi présent. Joan Ortiz chantera les magnifiques textes de son dernier album « Un poc de llum ». Delf Bassols accompagnée de ses musiciens présentera le répertoire de huit titres en catalan qu’elle a créé suite a sa participation dans le Col•lectiu. C’est aussi le cas de Muriel Falzon Trio qui vient d’enregistrer un album entièrement en catalan et qui proposera à La Fabrica des classiques et chansons populaires catalanes en version jazzy. Pascaline portera aussi la llengua d’aquí avec sa voix chaude et envoutante.   Les 18 et 19 février 2011, trois jours après la disparition du regretté Jordi Barre, le Col•lectiu avait déjà organisé ses deux premiers concerts de présentation à La Fabrica, dans ce moulin superbement restauré, situé rue de la Neige, dans les remparts d’Illa de Tet. A l’époque, le Col•lectiu venait d’être créé et Samir, Lili Baba, Zompa, Béa, Tom Darnal (ex Mano Negra), AOC, Blues de Picolat, Chris the Cat, etc. avaient déjà ravis un public qui voyait pour la première fois autant de musiciens de Catalunya Nord chanter en catalan avec des styles actuels et si différents.   Six ans après, le Col•lectiu a incorporé une centaine de groupes nord-catalans et proposera un répertoire de grande qualité pour une soirée inoubliable. Ce sera aussi l’occasion de fêter le prix décerné à son fondateur et mécène, Ramon Faura, par la présidente du Parlement de Catalogne et par la Fondation Carulla pour l’ensemble de son travail pour la diffusion de la langue et de la culture catalanes mais surtout pour le succès rencontré par le Col•lectiu Angelets de la Terra.
Les Angelets de la Terra au Casal Català de Toulouse
à - Tolosa - Toulouse OCCITÀNIA (12-03-2016)
Le 12 mars 2016, Ramon Faura-Llavari a présenté l'association Angelets de la Terra et la 6ème compilation du collectif de musiciens de Catalogne Nord pour la langue catalane au Casal Català de Tolosa. Une conférence-débat à 17 heures au 7 Rue des Novars.  
Joaquim Vilarnau parle de l'hommage des Angelets de la Terra à Joan Pau Giné (Enderrock, juin 2014)
(12-06-2014)
Le magazine Enderrock consacre quatre pages à "Canten Giné", l'hommage à l'auteur-compositeur-interprète nord-catalan, imaginé et coordonné par les Angelets de la Terra. "C'est la première fois qu'un chanteur catalan est honoré avec une œuvre de cette envergure", Joaquim Vilarnau pour le magazine Enderrock.Dans le cadre du vingtième anniversaire de la mort dans un accident de voiture de l'auteur-compositeur-interprète nord-catalan Joan Pau Giné, sa légende est aujourd'hui rappelée par une centaine d'artistes dans un projet unique et extraordinaire de 4CD et un livre, Canten Giné, promu par Adiu Ça Va et Angelets de la Terra. Enderrock se joint à l'hommage avec une collection de morceaux originaux de Giné, qui sont inclus sur un CD distribué avec le magazine de juin 2014. L'auteur-compositeur-interprète roussillonnais Joan Pau Giné était très populaire dans le nord de la Catalogne et une grande inconnue dans le reste du pays. Bien qu'il ait été actif pendant quelques décennies, il n'a enregistré que quelques disques, Adiu, ça va? (Verseau, 1978) et Good Night, Snail (Verseau, 1984), et une cassette intitulée The Question of Love. Cependant, il a laissé des dizaines de pièces inédites. En raison de sa disparition prématurée à l'âge de 45 ans et en raison d'un accident de voiture, des chanteurs importants de son environnement incorporaient des chansons à son répertoire.Cette année marque les 20 ans de sa mort, c'est pourquoi un hommage national à sa figure est publié avec un quadruple CD et un livre intitulé Canten Giné (Adiu Ça Va), que nous avons avancé il y a quelques semaines à EDR. Pour ajouter à cet hommage, Enderrock publie La veu del Nord (Adiu Ça Va / Enderrock), une compilation de chansons de Joan Pau Giné que nous distribuons ce mois-ci avec le magazine June.Le magazine de juin regroupe un recueil de chansons de l'auteur-compositeur-interprète du Roussillon. (Article d'en JOAQUIM VILARNAU, 01-04-2014) Une centaine de groupes et chanteur solo de tous les Pays Catalans interprètent les chansons de Joan Pau Giné sur le quadruple album hommage Canten Giné (Adiu Ça Va ?, 2014), entièrement dédié à l'auteur-compositeur-interprète nord-catalan. Le samedi 26 avril 2014 à Bages del Rosselló, sa ville natale, deux jeunes groupes de Catalogne Nord et quatre artistes du sud participeront à la présentation officielle d'un grand et historique album que nous avançons à EDR. Très populaire en Roussillon et encore méconnue dans le sud des Albères, Joan Pau Giné était une chanteuse qui a su nouer des liens avec les gens du village. Ses chansons étaient pleines de musique galicienne mais reflétaient un modèle de langue beaucoup plus proche de celui utilisé par de nombreux citoyens du nord de la Catalogne, et plus que tout autre chanteur du territoire. Giné est mort prématurément dans un accident de voiture en 1993. Depuis, la plupart des chanteurs du nord de la Catalogne lui ont rendu hommage en interprétant certaines de ses chansons. Ils l'ont fait sur leurs propres disques, entre autres, Gerard Jacquet, Jordi Barre, Pere Figueres, Blues de Picolat et Pascal Comelade & Gerard Jacquet. Aujourd'hui, l'association Adiu Ça Va?, dédiée à la diffusion des chansons de Joan Pau Giné, et l'association Angelets de la Terra, qui promeut l'usage du catalan parmi les musiciens du nord de la Catalogne, ont publié un grand ouvrage avec plus de quatre-vingt-dix versions des auteur-compositeur-interprète né à Bages de Rosselló en 1947, par des musiciens de tous les Pays Catalans. L'ouvrage est présenté sur un quadruple CD accompagné d'un livret biographique d'une centaine de pages, et également dans une édition sonore plus abordable. C'est la première fois qu'un chanteur catalan est honoré avec une œuvre de cette envergure. Parmi les participants aux disques figurent des chanteurs et des groupes de tous horizons, de différentes générations et de différents styles. EDR présente des versions interprétées par deux artistes du nord de la Catalogne, Norha ("La gent puta") et Ghetto Studio ("Camins"), et quatre du reste du pays, Meritxell Gené de Lleida ("Espieu"), de Hostalric Sr. Mit ("Les velles barques"), les Valenciens VerdCel ("La marinada") et les rumbers barcelonais Els Delai ("Els homes de la por").
Pourquoi enferment-ils la chanson en catalan dans un tiroir?
(09-06-2014)
Pourquoi personne n'avait rendu l'hommage qu'il mérite à Joan Pau Giné alors qu'il est décédé il y a déjà 20 ans ? Pourquoi avait-on mis son œuvre dans un tiroir sans en saisir l'ampleur qui est aujourd'hui reconnue par les musiciens de tous les Pays Catalans ? Pourquoi la chanson en catalan en Catalogne Nord était quasiment inexistante avant la création du Col.lectiu Joan Pau Giné, l'été 2010, par l'association des Angelets de la Terra ? Pourquoi plusieurs « historiques » de la chanson catalane ont refusé de participer au projet du Col.lectiu alors que 80 formations du département en font partie ? Pourquoi ne profite-on pas de la dynamique générée par les Angelets de la Terra pour mettre en avant de nouveaux chanteurs de Catalogne Nord qui chantent pourtant en catalan ? Pourquoi voit-on le copinage et les réseaux prendre le dessus dans les concerts en catalan, alors que la chanson en catalan est par essence un chant militant qui devrait réunir ? Pourquoi le dernier CD des écoles de Catalogne Nord de la Bressola n'a incorporé que des musiciens de Catalogne Sud alors qu'ils avaient entre leurs mains les enregistrements en catalan d'environ 60 formations de Catalogne Nord édités par le Col.lectiu Joan Pau Giné ? Finalement, c'est en écoutant les chansons de Giné que vous pourrez peut-être trouver des réponses à ces questions et à d'autres interrogations. Vous pourrez constater que ses textes n'ont (malheureusement) pas pris une ride. Ramon FAURA (juin 2014)
Emission de TV3 sur le collectif Angelets de la Terra -JP Giné-
à - Salses ROSSELLÓ (11-01-2013)
Les journalistes de La Sonora, émission musicale de TV3, ont suivi les Angelets de la Terra pendant toute une journée à Salses. Tout d'abord, nous avons fait une grillade à côté de la dernière baraque traditionnelle traditionnelle de pêcheurs de l'étang de Salses, puis nous sommes allé à la Porte des Pays Catalans et au château de Salses aves Llorenç Planes. La soirée s'est terminée au Portail à Roulettes avec plusieurs groupes du collectif de musiciens pour la langue catalane des Angelets de la Terra.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}