Livre Blanc de Catalogne Nord : 55 propositions et 55 municipalités pour la catalanité


Les principaux axes du « Livre Blanc de Catalogne Nord » sont la normalisation de la présence du catalan dans l'espace public; l'enseignement en catalan; l'organisation de fêtes populaires et traditionnelles; les liens avec le reste des Pays Catalans; etc...   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous).   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » développe 55 propositions concrètes pour la catalanité qui ont été soumises à toutes les municipalités nord-catalanes.   55 municipalités participent au « Livre Blanc de Catalogne Nord » en y présentant leurs actions et les projets en lien avec la catalanité. De nombreuses autres communes souhaitent aussi participer à ce projet. C'est pourquoi une deuxième édition est déjà prévue, afin de donner une place à toutes les communes de Catalogne Nord et de faire un premier bilan.   L'association culturelle, autogérée et indépendante des Angelets de la Terra était à l'origine un groupe de supporters de l'USAP et des Dragons Catalans, de 2001 à 2009. Elle coordonne depuis 2010 un collectif autogéré et autofinancé de centaines de musiciens. En 2018, elle a organisé 4 festivals « Concerts per la Llibertat » pour la liberté et la démocratie avec la participation de 40 groupes. En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ». En 2020, 23 listes aux municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. Aujourd'hui, le « Livre Blanc de Catalogne Nord » reprend et développe les trois points de la charte de ce « Label Cultural »: langue, culture, pays.   Des exemplaires du « Livre Blanc de la Catalogne Nord » seront offerts à toutes les municipalités, participantes ou pas de cette première édition, à partir de la mi-mai 2021. Ainsi, il sera possible pour tous les élus et les habitants de se procurer ce livre dans les mairies.   Ont participé à la réalisation du « Livre Blanc de Catalogne Nord »: Berenguera Sunyer (psychologue), Christian Troadec (maire de Carhaix), Coleta Planas (conseillère pédagogique de catalan retraitée et poétesse), Daniela Grau (professeur de catalan retraitée), Geneviève Labat (chef d'entreprise), Gildas Girodeau (écrivain), Jaume Gubianas (dessinateur), Joan Peytaví Deixona (professeur d'université spécialiste en toponymie), Joan Planes (co-fondateur des Angelets de la Terra), Michel Leiberich (professeur d'université retraité), Nicolas Marty (professeur d'université spécialiste d'histoire économique et sociale), Olivier Poisson (président de L'ASPHAR), Pierre Lissot (directeur de l'Office Public de la Langue Catalane), Priscilla Beauclair (graphiste et journaliste au Travailleur Catalan), Ramon Faura-Llavari (chef d'entreprise), Rémy Farré (président de l'Associació Catalana d'Estudiants), Richard Bantegny (caméraman, photographe), Rita Peix (docteure en Etudes catalanes et transfrontalières, formatrice pour l'enseignement bilingue)...
Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :

Les Angelets de la Terra ont mené des actions dans 99 communes depuis 2001

Par ordre alphabetique:
A  | B  | C  | D  | E  | F  | G  | H  | I  | J  | K  | L  | M  | N  | 0  | P  | Q  | R  | S  | T  | U  | V  | W  | X  | Y  |
Granollers
Granollers
62.475 habitants en 2021. Les plus vieux vestiges humains trouvés à Granollers ont plus de 4 000 ans, bien que le site archéologique le plus important soit celui de la nécropole dite Can Trullàs, de l'époque romaine. La première référence de Granollers n'apparaîtra que jusqu'à 944, appelé Granularios Subteriore. Depuis l'année 1040 est déjà mentionné le marché hebdomadaire tenu à Granollers. Durant les xiiie, xive et xve siècles, l'Église, le seigneur féodal de La Roca et le Roi rivalisent pour le territoire de Granollers. Cette situation d'instabilité incita les habitants de Granollers à recueillir 10 000 florins qui furent mis dans les mains du roi Alphonse IV d'Aragon pour incorporer finalement la ville à la Couronne. Depuis lors, Alphonse IV déclara la ville "rue de Barcelone" (1418). Les murailles ont d'abord été construites en 1291 et ont été rebâties entre 1366 et 1380 pendant le règne de Pierre III d'Aragon. Elles ont été démolies vers la fin du xixe siècle ; il n'en reste aujourd'hui que quelques morceaux du xvie siècle. Elles avaient une disposition hexagonale avec onze tours et un boulevard. Les noms des cinq portes correspondaient avec les routes existantes menant à des villes et endroits divers : Barcelone, Caldes, Corró, Bell-lloc et La Roca, et elles avaient une chapelle au sommet: Saint-Christophe, Sainte-Anne, Saint-Antoine, Saint-Roch et Sainte-Espérance. Quand les remparts ont été démolis les chapelles ont été déplacées d'un côté de la rue. Pendant dix ans, entre 1462-1472, il y a eu une guerre civile qui a opposé la monarchie de Jean II et la Généralité. La ville de Granollers, sous le pouvoir des seigneurs de Pinos, a pris le parti de la Généralité. Durant ce conflit (1466) est décédé à Granollers le connétable de Portugal, un candidat à la couronne d'Aragon. Bien que Granollers ait pris position contre Jean II, après la guerre le monarque octroya les privilèges qui avaient été donnés par le roi Alphonse IV en 1418. Le xve siècle devait encore apporter plus de conflits à Granollers, à cause de la Guerre des Remences. La stabilité du xvie siècle, l'augmentation de la population et la prospérité du marché de Granollers consolidèrent le développement de Granollers, illustré par la construction de bâtiments importants comme la nouvelle église gothique de Saint-Étienne, bâtie sur l'église romane du xie siècle, le couvent des Capucins, aujourd'hui disparu, l'église de Saint-François ou de La Porxada (Le Porche). D'autres aspects de cet âge d'or sont l'importante activité du Conseil ou Université ou la construction de nouvelles chapelles sur les murs. Cette prospérité a été coupée par la Guerre des Moissonneurs dans laquelle intervint le Médiateur de Granollers Joan Domènech. Pendant la Guerre d'indépendance espagnole (1808-1814), Granollers a été contre l'occupation napoléonienne et fut le siège de la Junte Militaire du Vallès. Le conflit de la troisième Guerre Carliste (1875) a été celui qui a touché la ville le plus. 3 000 carlistes ont attaqué Granollers et enlevé le maire et 33 autres, qui ont été libérés après avoir payé une rançon. Au milieu du xixe siècle l'économie de la capitale du Vallès Oriental a évolué depuis le développement des routes et devient progressivement plus industrielle et commerciale qu'agricole. L'ouverture de la nouvelle route de Barcelone à Vic (1848) et l'arrivée des deux lignes de train (1854 et 1876) ont été les principales causes de cet essor. Au début du xxe siècle, Le Lledoner (1922), séparé de la municipalité de Les Franqueses del Vallès, rejoint la commune de Granollers. Également pour la municipalité de Palou en son entier (1928). Ainsi, la ville consolide la configuration longitudinale axée sur la route actuelle. Pendant la Deuxième République, la ville subit un processus de changement social et politique général, avec quelques événements spéciaux comme ceux d'octobre 1934. La Guerre d'Espagne (1936-1939) a également été très dure pour la ville : s'y produisirent quatre bombardements de l'aviation italo-allemande, dont le premier, le mardi 31 mai 1938. L'objectif principal était les usines de munitions d'artillerie et d'avions, et la centrale électrique. Des avions Savoia 5-S 79 ont lâché 30 bombes explosives et environ 10 bombes incendiaires qui ont causé des centaines de blessés, de morts et de nombreux ravages dans les bâtiments. L'après-guerre fut une période de pénurie et de récession économique et ce ne fut qu'en 1952 que le rationnement des biens essentiels fut supprimé. Entre 1956 et 1975 se produisit une croissance démographique très importante, principalement en raison de l'immigration et de taux de natalité plus élevés, ce qui conduisit à une augmentation significative dans le logement et le développement urbain. Par ailleurs, la crise du textile du milieu des années 1960 a fait place à une industrie plus diversifiée, l'un des points forts de l'économie de la ville. La mort du général Franco, en novembre 1975, impliqua la légalisation des partis politiques qui se sont présentés dans les premières élections générales de 1977, d'abord, et municipales en 1979, remportées par Rafael Ballús, du PSC (Parti des Socialistes de Catalogne), qui sera le maire jusqu'en 1986, quand il sera remplacé par Josep Pujadas. En 1988, le conseil départemental est à Granollers, dont le premier président était Josep Serratusell de CiU (Convergence et Union). En 1991, deux remarquables installations sportives ont vu le jour : le circuit de vitesse de Catalunya et le Palais des Sports, le siège de la compétition de handball des Jeux olympiques de Barcelone de 1992.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}