Livre Blanc de Catalogne Nord : 55 propositions et 55 municipalités pour la catalanité


Les principaux axes du « Livre Blanc de Catalogne Nord » sont la normalisation de la présence du catalan dans l'espace public; l'enseignement en catalan; l'organisation de fêtes populaires et traditionnelles; les liens avec le reste des Pays Catalans; etc...   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous).   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » développe 55 propositions concrètes pour la catalanité qui ont été soumises à toutes les municipalités nord-catalanes.   55 municipalités participent au « Livre Blanc de Catalogne Nord » en y présentant leurs actions et les projets en lien avec la catalanité. De nombreuses autres communes souhaitent aussi participer à ce projet. C'est pourquoi une deuxième édition est déjà prévue, afin de donner une place à toutes les communes de Catalogne Nord et de faire un premier bilan.   L'association culturelle, autogérée et indépendante des Angelets de la Terra était à l'origine un groupe de supporters de l'USAP et des Dragons Catalans, de 2001 à 2009. Elle coordonne depuis 2010 un collectif autogéré et autofinancé de centaines de musiciens. En 2018, elle a organisé 4 festivals « Concerts per la Llibertat » pour la liberté et la démocratie avec la participation de 40 groupes. En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ». En 2020, 23 listes aux municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. Aujourd'hui, le « Livre Blanc de Catalogne Nord » reprend et développe les trois points de la charte de ce « Label Cultural »: langue, culture, pays.   Des exemplaires du « Livre Blanc de la Catalogne Nord » seront offerts à toutes les municipalités, participantes ou pas de cette première édition, à partir de la mi-mai 2021. Ainsi, il sera possible pour tous les élus et les habitants de se procurer ce livre dans les mairies.   Ont participé à la réalisation du « Livre Blanc de Catalogne Nord »: Berenguera Sunyer (psychologue), Christian Troadec (maire de Carhaix), Coleta Planas (conseillère pédagogique de catalan retraitée et poétesse), Daniela Grau (professeur de catalan retraitée), Geneviève Labat (chef d'entreprise), Gildas Girodeau (écrivain), Jaume Gubianas (dessinateur), Joan Peytaví Deixona (professeur d'université spécialiste en toponymie), Joan Planes (co-fondateur des Angelets de la Terra), Michel Leiberich (professeur d'université retraité), Nicolas Marty (professeur d'université spécialiste d'histoire économique et sociale), Olivier Poisson (président de L'ASPHAR), Pierre Lissot (directeur de l'Office Public de la Langue Catalane), Priscilla Beauclair (graphiste et journaliste au Travailleur Catalan), Ramon Faura-Llavari (chef d'entreprise), Rémy Farré (président de l'Associació Catalana d'Estudiants), Richard Bantegny (caméraman, photographe), Rita Peix (docteure en Etudes catalanes et transfrontalières, formatrice pour l'enseignement bilingue)...
Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :

Les Angelets de la Terra ont mené des actions dans 99 communes depuis 2001

Par ordre alphabetique:
A  | B  | C  | D  | E  | F  | G  | H  | I  | J  | K  | L  | M  | N  | 0  | P  | Q  | R  | S  | T  | U  | V  | W  | X  | Y  |
La Torre d'Elna - Latour-Bas-Elne
Latour-Bas-Elne
En catalan, le nom de la commune est La Torre del Bisbe ou La Torre d'Elna. Les mentions les plus anciennes citent au xe siècle un autre nom sans rapport avec Latour-Bas-Elne. C'était Atiliago et Aziliaco, parfois francisé plus tard en Aziliac. Peu à peu, à partir du xe siècle le nom Turre le supplante. Le terme Turre (du latin turris : tour) servant à décrire l'ouvrage défensif élevé là. Cette tour, ou château fut la propriété de l’évêque d’Elne et est alors dénommée, en catalan La Torre del Bisbe (La Tour de l'évêque). Après l'annexion du Roussillon par la France, le village est désigné sous les noms catalans La Torre d'Elna ou La Torre prop d'Elna (près d'Elne). Le nom francisé Latour-Bas-Elne a été retenue au XVIIIe siècle, sur la carte de Cassini notamment, et adoptée par l'Administration. Une interprétation de « Atiliaco » est « le domaine d"Atilius » selon une étymologie gallo-romaine. Une autre étymologie ibère du nom ancien est donnée dans l'article sur Collioure.   Monuments et lieux touristiques L'église paroissiale.L'église Saint-Jacques est l'église paroissiale de Latour-Bas-Elne. C'était initialement une petite église romane du XIIe siècle, agrandie par étapes successives jusqu'au XXe siècle. Au XIVe siècle, son abside est remplacée par une tour de guet et de défense semi-circulaire, ensuite convertie en clocher, et surélevée de six mètres en 1901 pour y ajouter une horloge et d"un clocheton en fer forgé au sommet.   Personnalités liées à la commune Fernand Vaquer, dit le Maréchal, joueur de rugby à XV, né en 1889 à Latour-Bas-Elne.Gaston Rous, joueur de rugby à XV, né en 1929 à Latour-Bas-Elne. Champion de France de rugby à XV en 1955 avec l'USAP.
Llíria
Llíria
Llíria est une ville et une municipalité du Pays Valencien, capitale de la région du Camp de Turia. La ville actuelle de Llíria a ses racines dans l'âge du bronze, dans le Tossal de Sant Miquel vers le milieu du deuxième millénaire avant JC. Un village ibérique de grande importance s'est développé sur cette même colline. Elle s'appelait Edeta et était la capitale de son territoire, Edetania. Peu de temps après la conquête romaine, vers 175 av. C'était une nouvelle ville, celle-ci déjà entièrement romaine, et bien qu'elle ait gardé le nom de la ville ibérique, Edeta, un nom alternatif est documenté, qui serait ce qui allait donner son nom à la ville médiévale : Leiría, maintenant Llíria. L'importance d'Edeta était primordiale au cours des deux premiers siècles de notre ère. Avec la crise du troisième siècle, Edeta tomba en déclin, en partie éclipsée par la croissance de Valentia, et au cinquième siècle, sous le règne de l'Empire, était devenue un centre monastique. A l'époque islamique eut lieu le siège de la ville par le Cid, provoqué par le refus d'Al-Mustain de payer le tribut de 2000 dinars correspondant aux parias de 1090. Pendant le siège, le Cid alla recevoir une lettre de la reine Constance de Bourgogne, épouse d'Alphonse VI, l'assurant du pardon de son mari si elle se joignait à l'expédition du roi castillan préparée contre les Almoravides en Andalousie. Par conséquent, le Champion a quitté la place de Llíria alors qu'il était sur le point de la prendre. Pendant la période musulmane, les fossés et le système d'irrigation du verger de Llíria ont été perfectionnés. Dans l'aspect politique était le siège résidentiel du Cadí, espèce de juge ou magistrat de la loi musulmane, désigné directement par le calife. Vers les années 1248 et 1249, une répartition des terres a eu lieu et le repeuplement ultérieur avec de vieux chrétiens. En avril 1252, le roi Jacques Ier accorda à Llíria la charte de colonisation ainsi qu'une série de privilèges. Bien que Llíria ait toujours été ville royale, elle a eu plusieurs señoríos comme ceux de Maria Fernández en 1293, celui de l'infant Juan de 1337 et celui de l'infant Raimundo Berenguer de 1339. Le dernier monsieur serait l'infant Martin. Pendant les guerres de l'Union, Llíria prit parti pour le roi. En 1363, elle fut prise par Pere el Cruel pendant la guerre de Dos Peres. En juin 1364, Pierre le Cérémonial se rendit à Llíria avec l'intention de la récupérer. L'expulsion des Maures en 1609 ne l'affecta guère, puisque sa population se composait presque exclusivement de vieux chrétiens. Après la guerre de Succession d'Espagne, le roi Philippe V d'Espagne récompense les services de James Fitz-James Stuart, duc de Berwick, vainqueur de la bataille d'Almansa en lui accordant le nouveau duché de Lyrie et de Jéricho. James Fitz-James Stuart était le fils de Jacques II d'Angleterre et l'avait nommé duc de Berwick et vice-roi d'Irlande, et était maréchal de France et capitaine général d'Espagne pendant la guerre de Succession d'Espagne. Le troisième duc de Llíria et Jérica, Jacobo Fitz-James Stuart et Colomb de Portugal, épousa María Teresa de Silva y Álvarez de Toledo, fille de la duchesse d'Albe. Aujourd'hui, elle est en possession de Cayetana Fitz-James Stuart, qui est également maire honoraire de Llíria. Au cours du XVIIIe siècle, la politique physiocratique des Bourbons conduisit à une avancée spectaculaire de l'agriculture lyrienne. Plus tard, pendant la guerre de France, la population quitta la ville et se réfugia dans les forêts. Les troupes françaises occupent la ville de 1810 à 1813 et se renforcent dans le sanctuaire de Saint-Michel. Llíria a été limogée pendant la première guerre carliste par les troupes carlistes de Ramon Cabrera i Grinyó à de nombreuses reprises. En 1887, par décret royal, Llíria obtint le titre de ville.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}