Ultim communicat
Les Angelets de la Terra on fait le tour de la Corse pour présenter leur exposition de photojournalisme sur le processus d'indépendance en Catalogne. Arrivée en bateau à Ajaccio où ils ont découvert la Corse sous la pluie, après une nuit de tempête. Ils se sont rendus à Porto-Vecchio chez Jean-Luc Mondoloni qui les a avait aidé à organiser ce voyage. Le lendemain, les Angelets se sont rendus à Lugo Di Nazza où ils ont été accueillis par le maire François Benedetti, son épouse et l’équipe municipale. Ils se sont rendu à l’intérieur des terres, à U Poghju di Venacu, où le maire de la commune, Ghjuvan'Marcu Rodriguez, nous a accueilli avec son épouse et l’équipe municipale. Après avoir visité la ville universitaire de Corte, les Angelets se sont rendus à Bastia, pour cette quatrième journée en Corse. Nous avons installé l’exposition pour la troisième fois en trois jours et nous avons projeté le documentaire sur le référendum avant un débat avec la salle, dans une salle située sur la place du Marché. Pierre Savelli, maire de Bastia ayant succédé à Gilles Simeoni, aujourd’hui président du conseil exécutif de Corse, et Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, étaient présents, ainsi que d’autres membres des partis autonomiste et indépendantiste, Femu a Corsica et U Partitu di a Nazione Corsa. Nous retiendrons un accueil très chaleureux et fraternel lors de chaque étape de ce voyage militant pour informer sur les derniers évènements en Catalogne et créer des liens avec le peuple corse.

Mairies solidaires

Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :
Par ordre alphabetique :
A | B | C | D | E |  ...
F | G | H | I | J |  ...
K | L | M | N | 0 |  ...
P | Q | R | S | T |  ...
 ... U | V | W | X | Y |
Bastìa (Bastia)
Bastia
Bastia est une ville corse, capitale de la Haute Corse. La ville est située au nord-est de l'île, sur la côte de la mer Tyrrhénienne. Sa population est de 44 829 habitants en 2016. Avec l'étalement urbain, il dépasse les 50 000 habitants. Le nom de la ville est dérivé de la bastiglia italienne, c'est-à-dire 'citadelle', en raison de la fortification construite par les Génois au 14ème siècle. Bastia est la deuxième ville de Corse en nombre d'habitants et le premier port de l'île. Le secteur tertiaire occupe plus de 80% de la population active. Il a été fondé par les Génois au 14ème siècle (1313) et était depuis 1453 le siège du gouverneur génois. En 1764, avec le reste de l'île, il se rendit dans les domaines français. En 1811, à l'époque de Napoléon, j'ai perdu la capitale, qui a été transférée à Aiacciu (Ajaccio en français). On distingue les églises baroques des XVIIe et XVIIIe siècles: San Giju Battista, la plus grande de Corse; l'oratorio de San Roccu, l'église de Santa Maria et la chapelle de Santa Croce.
Banyuls de la Marenda (Banyuls-sur-Mer)
Banyuls-sur-Mer
Banyuls-sur-Mer est un village de 4 766 habitants en 2016 de la comarque du Rosselló, en Catalogne Nord. La Marenda est le nom traditionnel de cette partie de la côte, qui porte maintenant le nom touristique de Côte Vermeille. Le dicton parle de l'année du banyulenc [= année des malheurs]. Puisqu'il s'agit d'un nom composé, il est nécessaire d'expliquer séparément ses deux éléments principaux. Joan Coromines explique que Banyuls provient de la forme Balneolis, liée étymologiquement à Banyoles et au mot commun bain. Ce nom de lieu est dû à la proximité de la ville avec les étangs qui se trouvaient autrefois à cet endroit. Marenda, parce que c'est dans une région où abondaient autrefois les zones humides côtières: marenda est un terme équivalent à maresme. Banyuls de la Marenda est née comme une ville sans noyau groupé, en dehors de son église paroissiale de San Juan Evangelista, également appelée San Juan de Amunt, dans le petit noyau actuellement dénommé Rectory. Il est situé au sud-ouest du centre de la ville actuelle, à l'extrémité de la vallée de la Ribera de Vallàuria, à gauche de ce cours d'eau. La ville actuelle était organisée depuis l'ancien port de la Ferreria, ou Banyuls, au nord-ouest du presbytère et à l'embouchure de la Ribera de Vallàuria. Autour de lui, le village s'est formé, à partir des quartiers d'origine de Casetes, Matifoc ou Campo de Marte, Paseo, Pla de Banyuls, Rectoria ou Sant Joan d'Amunt, anciennement La Ribera, Sant Joan ou Sant Joan de la Bassa et le Voramar. Plus tard, une deuxième phase de croissance a été réalisée avec les quartiers de La Bassa, Cap d’Ona, Culers, Coll d’En Quirc, El Olmes, Era de Batlles, Four Teuler, White Rocks et le Puig del Mas. Dans le quartier de Sant Joan de la Bassa se trouvait l'ancienne église paroissiale de Santa Maria, disparue en 1950, qui a été remplacée par la nouvelle église de Santa Maria. Dans le même quartier se trouve également la chapelle de Sant Joan de la Bassa, actuellement transformée en maison privée. Dans les quartiers modernes du village se trouvent certains des bâtiments exceptionnels de la vie économique, sociale et culturelle de la ville. Ainsi, à l'ouest, il y a la coopérative cava des vinyaters de Banyuls, le cementiri nou très proche de l'ancien et le gara; Au sud-est du noyau urbain se trouvent l'aquarium et le laboratoire d'Aragon; au nord, le centre Heliomarí de Sanà pour la protection de l'enfance. Il y a aussi dans les environs le camping de la Pineda et celui du Stade. La vieille ville de Banyuls de la Marenda a encore grandi grâce aux aménagements urbains tels que Miramar, Pardal, La Roda, La Solana, etc. Le quartier de Puig del Mas est proche du sud du presbytère, sur la rive droite de la Ribera de Vallàuria, au sud-est de la ville de Banyuls de la Marenda. C’est l’origine de la ville de Banyuls de la Marenda: à cet endroit se trouvait le port défensif du port de Banyuls, qui jusqu’au XIIIe siècle était le centre de la ville. C'est à partir de cette date que le village a couru de la mer à la mer. Le laboratoire Aragó a été fondé en 1882 par Henri de Lacaze Duthiers en tant que centre de biologie marine lié à la Sorbonne de Paris. Il a rapidement acquis un prestige mondial dans la communauté scientifique du sujet, qu'il conserve toujours. Actuellement, cela dépend de la Faculté des sciences de l'Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) et du prestigieux Centre national de la recherche scientifique. Plus de 60 personnes travaillent aujourd'hui et accueillent entre 400 et 500 étudiants issus d'universités européennes et américaines. À partir des années 1950, il publie les magazines "Vie et Milieu" et "Faune des Pyrénées-Orientales". En plus de posséder la deuxième bibliothèque en sciences naturelles de l'État français, il possède un aquarium ouvert au public avec toutes sortes d'échantillons de faune marine et de flore locale. Créée à la fin des années 1950 par le laboratoire Aragon, la réserve naturelle de Cervera-Banyuls s'étend entre l'Illa Grossa et le Cap de Perafita, sur une largeur de 3 km à l'intérieur des terres, et crée deux zones protégées spéciales, arrêter le progrès des urbanisations, entre Cap de la Vella et Cap de Rederís, et la région du Cap d'Ullastrell, à la limite de Banyuls de la Marenda avec Portvendres. La principale activité économique de Banyuls de la Marenda est la culture du vignoble et la production de vin de qualité. La quasi-totalité des terres cultivées est consacrée à la vigne, où le cépage est récolté, essentiellement le Grenache, qui donne naissance à l'appellation d'origine Banyuls, un vin doux de grande qualité. En fait, c'est le seul qui est resté après l'unification du bonbon Rioja dans le vin de Ribesaltes.   PréhistoireDans la municipalité de Banyuls de la Marenda, plusieurs monuments mégalithiques, mentionnés ci-dessus: Dol de Coll de la Farella, Dol de Coll des Portes, Dol de Coll del Brau, la soi-disant Cova de l'Alarb, Dolmen de Gratallops, à plus du Menhir de Perafita. Moyen AgeIl n'y a pas beaucoup de documentation de Banyuls de la Marenda. On sait qu'en 981, le roi Lotari II signa un précepte dans lequel Banyuls et Cosprons accordèrent au comte d'Empúries et à Rosselló Gausfred, qui conservèrent cette seigneurie entre les mains des comtes de Rosselló jusqu'en 1172; Cette année-là, il se rend chez les comtes de Barcelone et les rois d'Aragon. En 1248, Jaume I vendit le señorío au comte d’Empúries Ponç Hug IV, qui le garda comme son seigneur même lorsque Rosselló passa au royaume de Majorque. Il existe également à plusieurs endroits du terme deux séries de roches enregistrées, l'une à Peirafita et l'autre à 800 mètres du premier, dans le Coll de la Creu, toutes deux faisant face à la mer et comportant plusieurs roches. avec des dessins incisos, dont beaucoup représentent des dessins de navires, tous correspondant à l'époque médiévale. Epoque moderneEn 1659, Banyuls de la Marenda passa de la banlieue de Besalú au Vallespir, lorsque Rosselló fut incorporé au royaume de France. Comme c'était une ville frontalière, à partir de ce moment-là, la contrebande était devenue la principale activité économique de la population. En 1789, à la suite de la Révolution française, le señorío de Banyuls était aux mains de Pedro de Alcántara et Fernández de Córdoba, duc de Medinaceli et comte d’Empúries. Epoque contemporaineJuste au début de l'ère contemporaine, en 1793 a eu lieu le combat du Coll de Banyuls, au cours duquel a été remportée l'attaque des troupes du général espagnol Ricardos, remportée par les Espagnols, commandés par le Suisse. Les maillots de bain se sont réfugiés à Puig de la Calma, qui n’a abandonné qu’au dernier moment, dans un remarquable acte d’héroïsme.
Baiona (Bayonne)
Bayonne
Bayonne est une ville du nord du Pays Basque située au confluent de la Niva et de l’Ador, dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Sa population en 2009 était de 50.589 habitants en 2016. Le nom Bayonne pourrait provenir de Bay - Bay en latin - avec l’ajout du suffixe "-on". Une étymologie basque a également été proposée: une bonne rivière, mais elle est probablement fausse, car le nom de Bayonne se trouve également en Galice, où le basque n’a jamais été parlé. Dans la vieillesse, le nom basque de Baiona était Lapurdi (Lapurdum des Romains), qui a survécu sous le nom de la province. A partir du XIIe siècle, c'est le fief du roi d'Angleterre et, en juin 1374, à la demande de Louis Ier de Provence, l'armée espagnole et française assiège siège à Bayonne, point de communication essentiel entre le royaume de Navarre et le royaume d'Espagne. Angleterre Les Castillans mettent le siège par mer et par terre, mais la résistance de la ville et le manque de collaboration française obligent à lever le siège. Les négociations menées entre 1375 et 1377 n'aboutissent à rien et finissent par tomber aux mains des Français en 1451 , peu de temps avant la défaite anglaise à la bataille de Castillon et la chute de Burdeos qui mit fin à la guerre de cent ans. Le Château-Neuf fut érigé à Bayonne.
Bilhère (Billère)
Billère
Billère (en béarnais Vilhèra ou Bilhère) est une occitane, située en Béarn, dans les Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine. Le toponyme Billère est mentionné au XIIe siècle (Pierre de Marca) et apparaît sous les formes Vilhere (1385, censier de Béarn), Bilhere (1457, cartulaire d'Ossau), Vilhera (1539, réformation de Béarn), Billere (179 et Bulletin des lois en 1901). Billère accueille le siège de l'Institut occitan, au château d'Este. La ville organise depuis août 2019 le festival "Théâtre en liberté", un festival de théâtre d'une durée de 3 jours (29, 30 et 31 août) qui se déroule sur les berges du gave.   Au Moyen-Âge Paul Raymond note qu'en 1385, Billère comptait onze feux et dépendait du bailliage de Pau. Le passé anglais A Billère, le Pau Golf Club, créé en 1856, fut le premier parcours de golf de l'Europe continentale, et demeura le seul en France pendant trente ans ; cela s'explique par la présence de l'armée de Wellington dans la ville après la bataille d'Orthez du 27 février 1814. 
Baixàs (Baixas)
Baixas
Baixàs est un village de 2 546 habitants en 2016, situé dans la comarca du Roussillon, en Catalogne Nor. C'est cher comme le retable de Baixàs (dit de quelque chose de très cher. Alusion au grand retable de Baixàs de Louis Generès qui a coûté cher au village entre 1671 et 1676).   Comme l'a établi Joan Coromines dans son Onomasticon Cataloniae, Baixàs est l'un des toponymes dérivés d'un nom romain, Bassius ou Bassus, converti en un adjectif in -anum *, Basssianos (bien que dans ce cas au pluriel: -anos), Indicateur d'un plus fruit de la colonisation romaine. De plus, dans le cas de Baixàs, le déclin du final -n- (le résultat de l'évolution serait Baixans) se manifeste, comme le caractérisent de tels mots en Rossellonese. Bexas est écrit dans un document 988, mais il y a Bexans dans un autre de 988 et Bexans (deux exemples) et Baixans en 1146, Bessans en 1151, Bexans en 1154 et Baixas eel 1313 (OnomCat II: 313a, et Repertory toponymie de Pere Ponsich, 1980, 27), qui suggère que Bejas de 988 serait dû à l’oubli du pôle nasal par le scribe. Baixàs est situé à un point stratégique au pied de la Sierra de Pena et au milieu de la plaine qui divise l'eau entre le Têt et l'Aglí. En raison de son emplacement privilégié, il n’est pas étonnant que l’enceinte fortifiée protège la ville du XIIIe siècle. La ville est née d'une cave, qui s'appelle maintenant les Envans, autour de l'église de Sant Esteve, plus tard dédiée à Santa Maria, et de son cimetière, parfaitement reconnaissables dans le tissu urbain de la ville. Il avait une forme approximativement circulaire. Depuis la cave d'origine, la ville a grandi et au XIIIe siècle, un mur plus grand a été construit. Il comprend l'extension complète d'une ville qui a connu une croissance remarquable, avec l'émergence de quartiers déjà formés dans la ville. Moyen-âge, tels que Baixada, Camí de la Mar, Carrer de Cebes et Carrer del Molí de l'Oli. La ville médiévale à six portes entoure la porte: la porte Narbona, celle de Notre-Dame, celle de Pamiers, celle de San José, Portal de l'Era et la Porta Roja. À l’époque contemporaine, Baixàs a continué de s’épanouir dans la plaine environnante. C’est donc aujourd’hui une ville au terrain urbain assez étendu. L'urbanisation des Templiers se démarque.   Près du nord-ouest de Santa Caterina se trouve la Sima de la Dona, où se trouvaient beaucoup de matériaux calcolithiques, avec des silex, des cloches, des céramiques en forme de cloche, etc. dans un ossari datable contre 1800 ans avant notre ère. Le district de Baixàs est documenté depuis le IXe siècle (843), sous différentes formes: Baxianum, Baxianos, Bexas ou Bexans (ces deux des 988). Il s'agit de la possession de Lindoí, vicomte de Narbona, et de son épouse Arsenda. De ces deux-là, il passa à leurs enfants Adelinda et Ramon, jusqu'en 925 Arsenda, déjà veuve de Lindoí, et ses enfants Ramon et Benció, ils vendirent des Baixàs à l'église d'Elna, en la personne de Mgr Guadall. Jusqu'à la Révolution française, les Baixàs ont continué d'être liés au chapitre des chanoines de Santa Eulàlia d'Elna. Au 10ème siècle, il existe des preuves d'une villa gallo-romaine (une ferme fortifiée à côté d'une église) appelée Baissare. En 925, la ville était entourée d'une petite fortification et possédait une église romane dédiée à Sant Esteve. Au XIIe siècle, la première église fut remplacée par une autre, de style roman, sous le patronage de Santa Maria. Il a été reconstruit au XIVe siècle puis étendu aux siècles suivants. En 1672, le retable du plus haut autel, de 17 mètres de haut, a été complètement incorporé, puis complètement doré à l'or en 1698. Il est considéré comme la plus grande œuvre baroque de l'art de Rosselló. Baixàs était le siège de l'un des cinq dignitaires du chapitre d'Elna, qui possédait Palau i casa (château et maison). Les quatre autres vivaient à Bages de Rosselló, Elna, Salelles et Trullars.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualité :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}
{{resultatactualita.contenu.text}}




Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}
{{music.description}}
- {{music.userdescription}}




Photopériodistes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}
{{fotoperiodiste.contenu.text}}




Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre.text}}
{{poetes.contenu.text}}




Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}
{{ajuntamen.contenu.text}}




Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}
{{agenda.description.text}}