2ème Rencontre Sans Frontières: les projets des municipalités catalanes


Les élus présentent leurs projets lors de la 2ème Rencontre Sans Frontières à Bàscara: Enregistrement avec un son de meilleure qualité: - Nathalie Regond Planas, maire de Sant Genís de Fontanes, et les membres de l'association porteuse du projet présentent Camí de Mar, un projet qui relie Argelers à Malgrat. - Christian Grau, maire de Cervera de la Marenda, participe au Camí de Mar et explique un projet avec Portbou. - Jordi Castellà, conseiller municipal de Canet de Mar, souhaite participer au Camí de Mar et propose de faire la route carolingienne. - Yves Escape, conseiller municipal de Pesillà de la Ribera: projet de centre d'interprétation des caves des villages catalans. - Ramon Padrós, maire de Sant Martí d'Albars: route du bétail de la Haute Cerdagne à Vilanova de la Geltrú. - Joan Llauró, conseiller municipal de Darnius: créer un outil pour rassembler et promouvoir tous les projets. - Jordi Rotllant, maire de Sant Hilari Sacalm: regrouper tout le réseau routier. - Josep Maria Tegido, conseiller municipal d'Espolla: agenda culturel Nord-Sud, promotion des musiciens de la Catalogne Nord. - Josep Agustí Faiges, conseiller municipal de La Guingueta d'Ix présente deux projets avec Baixa Cerdanya. Quarante communes du nord et du sud de la Catalogne se sont réunies à Bàscara, le 18 mai 2024. Le but est « d’effacer la frontière mentale et de travailler sur des projets communs » pour établir une relation fluide. Maires et conseillers d'une quarantaine de communes catalanes des deux côtés des Pyrénées se sont réunis à Bàscara (Alt Empordà) pour la deuxième rencontre des communes sans frontières. Organisé par l'association culturelle Angelets de la Terra, il vise à tisser des liens entre le nord et le sud de la Catalogne et à maintenir sur le long terme la relation, "renforcée par le processus indépendantiste". Le président des Angelets de la Terra, Ramon Faura, a expliqué : « Il y a un problème d'ignorance entre le nord et le sud ». Et il a ajouté que ces réunions visent à remédier à cette situation. "Nous devons effacer la frontière mentale et travailler sur des projets communs", a-t-il déclaré. L'événement a débuté avec l'inauguration de l'exposition photographique itinérante sur le processus d'autodétermination de la Catalogne. En même temps, les représentants de chaque mairie ont signé la lettre commune des municipalités catalanes, dans laquelle dix points sont convenus en faveur de l'augmentation des relations des deux côtés des Pyrénées, en plus de promouvoir la langue et la culture catalanes. "Nous avons un problème d'ignorance entre le nord et le sud et entre le sud et le nord", a déclaré Faura. "Malgré trente ans de subventions européennes pour développer les relations transfrontalières, peu de choses ont été faites", a-t-il critiqué. "Les rencontres doivent être catalanes-catalanes et non franco-espagnoles et les frontières mentales, physiques et linguistiques imposées par les Etats doivent être effacées." "L'objectif est de créer un espace commun et nous pensons qu'il faut commencer par les communes, qui sont les plus proches des gens", a-t-il ajouté. A cet effet, dans les réunions de communes sans frontières, des rencontres rapides sont organisées entre maires ou conseillers de communes ayant des aspects communs, que ce soit par volume de population ou par objectifs similaires, afin qu'ils apprennent à se connaître. "Il est important de commencer à créer une amitié, puis de penser à des projets contractuels", a expliqué Faura. « Nous avons tous beaucoup à gagner ; du nord, nous apportons des choses positives au sud et vice versa.
Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :

Les Angelets de la Terra ont mené des actions dans 185 communes depuis 2001

Par ordre alphabetique:
A  | B  | C  | D  | E  | F  | G  | H  | I  | J  | K  | L  | M  | N  | 0  | P  | Q  | R  | S  | T  | U  | V  | W  | X  | Y  |
Banyuls de la Marenda - ROSSELLÓ
Banyuls-sur-Mer (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Banyuls-sur-Mer est un village de 4 766 habitants en 2016 de la comarque du Rosselló, en Catalogne Nord. La Marenda est le nom traditionnel de cette partie de la côte, qui porte maintenant le nom touristique de Côte Vermeille. Puisqu'il s'agit d'un nom composé, il est nécessaire d'expliquer séparément ses deux éléments principaux. Joan Coromines explique que Banyuls provient de la forme Balneolis, liée étymologiquement à Banyoles et au mot commun bain. Ce nom de lieu est dû à la proximité de la ville avec les étangs qui se trouvaient autrefois à cet endroit. Marenda, parce que c'est dans une région où abondaient autrefois les zones humides côtières: marenda est un terme équivalent à maresme. La ville actuelle était organisée depuis l'ancien port de la Ferreria, au nord-ouest du presbytère et à l'embouchure de la Ribera de Vallàuria. Autour de lui, le village s'est formé, à partir des quartiers d'origine de Casetes, Matifoc ou Campo de Marte, Paseo, Pla de Banyuls, Rectoria ou Sant Joan d'Amunt, anciennement La Ribera, Sant Joan ou Sant Joan de la Bassa et le Voramar. Plus tard, une deuxième phase de croissance a été réalisée avec les quartiers de La Bassa, Cap d’Ona, Culers, Coll d’En Quirc, El Olmes, Era de Batlles, Four Teuler, White Rocks et le Puig del Mas. Dans le quartier de Sant Joan de la Bassa se trouvait l'ancienne église paroissiale de Santa Maria, disparue en 1950, qui a été remplacée par la nouvelle église de Santa Maria. Dans le même quartier se trouve également la chapelle de Sant Joan de la Bassa, actuellement transformée en maison privée. Le quartier du Puig del Mas est proche du presbytère, sur la rive droite de la Ribera de Vallàuria, au sud-est de la ville de Banyuls de la Marenda. C’est l’origine de la ville de Banyuls de la Marenda: à cet endroit se trouvait le port défensif du port de Banyuls, qui jusqu’au XIIIe siècle était le centre de la ville. C'est à partir de cette date que le village a couru de la mer à la mer. Le laboratoire Aragó a été fondé en 1882 par Henri de Lacaze Duthiers en tant que centre de biologie marine lié à la Sorbonne de Paris. Il a rapidement acquis un prestige mondial dans la communauté scientifique du sujet, qu'il conserve toujours. Actuellement, cela dépend de la Faculté des sciences de l'Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) et du prestigieux Centre national de la recherche scientifique. Plus de 60 personnes travaillent aujourd'hui et accueillent entre 400 et 500 étudiants issus d'universités européennes et américaines. En plus de posséder la deuxième bibliothèque en sciences naturelles de l'État français, il possède un aquarium ouvert au public avec toutes sortes d'échantillons de faune marine et de flore locale. Créée à la fin des années 1950 par le laboratoire Arago, la réserve naturelle de Cervera-Banyuls s'étend entre l'Illa Grossa et le Cap de Perafita, sur une largeur de 3 km à l'intérieur des terres, et crée deux zones protégées spéciales, entre Cap de la Vella et Cap de Rederís, et la région du Cap d'Ullastrell, à la limite de Banyuls de la Marenda avec Portvendres. La principale activité économique de Banyuls de la Marenda est la culture du vignoble et la production de vin de qualité. La quasi-totalité des terres cultivées est consacrée à la vigne, où le cépage récolté est essentiellement du Grenache, qui donne naissance à l'appellation d'origine Banyuls, un vin doux de grande qualité.
Banyuls dels Aspres - ROSSELLÓ
Banyuls dels Aspres (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
1 271 habitants en 2019. Toponymie En catalan, le nom de la commune est Banyuls dels Aspres.La première mention du lieu date de 819, sous la forme Villa Balnelonis : Villam Balnelonis cum ipso stagno32. La forme latine balneolum renvoie à balneum (les bains) et stagno à étang, en l’occurrence ici, une référence à l’étang auprès duquel était situé le village primitif (comme pour Banyuls-sur-Mer et comme Banyoles, près de Gérone). Cet étang est aujourd'hui asséché.Les mentions suivantes donnent Bagnules en 934 et Banuls en 1028.La forme composée avec l'ajout de Aspres est relevée dès le xiie siècle (Banyuls de Asperis, 1186) et s'est généralisée à partir du xive siècle. Il s'agissait de différencier le village de la commune relativement proche de Banyuls de la Marenda (Banyuls-sur-Mer).La commune est connue en 1793 sous le nom de Banyuls dels Aspres et en 1801 également sous celui de Banyuls dit des Aspres. Histoire Église Saint-André de Banyuls-dels-Aspres.Pendant la période gallo-romaine, le site de Banyuls-dels-Aspres était sur la Via Domitia.À l’origine du village de Banyuls-dels-Aspres, il faut attendre la conquête des territoires de l'actuelle France par Charlemagne en 811. Dès que Charlemagne récupère le Roussillon, il l'intègre dans son système féodal et le divise en comtés et marches. Le sud de la plaine est intégré au comté de Besalú.Auparavant dominée par une aristocratie locale d’origine tribale ou wisigothique, l’indépendance que manifeste la région oblige rapidement les Carolingiens à mettre en place des comtes d’origine franque, dominés par Guifred le Velu, comte de Barcelone, à l’origine de la Catalogne. De cette aristocratie franque est originaire la famille de Banyuls que l’on retrouve comme seigneurs de Banyuls depuis l’origine.Rien ne subsiste du village initial. Les vestiges des remparts encore visibles sont plus récents (xiie et xiiie siècles). Des fouilles pratiquées en 1873 ont mis en évidence que le village primitif ne se trouvait pas au même emplacement que le village actuel, mais au lieu-dit la Vila Vella, mentionné dans un document datant de 1411, qui se situe au nord, entre Banyuls et Saint-Jean-Lasseille. Les lieux se présentaient vraisemblablement ainsi : d'abord l'étang (sans doute asséché vers la fin du Moyen Âge), puis une butte, motte castrale, sur laquelle était bâtie le château de la famille de Banyuls34. Au pied de la butte, le village avec son église et son cimetière (mis au jour lors des fouilles de 1873). La seigneurie de BanyulsLes plus anciens écrits mentionnant la seigneurie de Banyuls datent du XIIe siècle. Deux frères, Bernard Ier de Banyuls et Pierre Ier de Banyuls sont cités dans divers documents datés de 1132, 1134 et 1164. Le cinq des nones d'octobre 1132, ils apposent leur signature, au bas de l'acte de donation d'un manse (petit domaine féodal) adjacent à la localité de Banyuls-dels-Aspres, qui fut consenti aux templiers du Mas Deu. On sait que leur père était déjà seigneur de Banyuls-dels-Aspres. Le 10 juillet 1150 à la mort de ce dernier, Pierre Ier et Bernard Ier signent une convention afin de délimiter les propriétés de chacun, issues d’un honor que leurs parents viennent de leur transmettre en héritage, de part et d’autre du « chemin franc » reliant La Cusa à Perpignan.Le village a une grande importance durant le haut Moyen Âge, la famille de Banyuls devenant de plus en plus importante au fil du temps. Il suit l’histoire du Roussillon, passant du royaume de Majorque au xive siècle, puis revenant dans le giron du royaume d'Aragon. Les seigneurs de Banyuls-dels-Aspres sont ensuite dans l’ordre :Pons de Banyuls (mort avant 1172) ;Ramon de Banyuls (Raymond II de Banyuls), cavaller, commissaire du roi de Majorque Jacques Ier, chargé du ressort judiciaire sur les vallées de Ribes.Dalmau de Banyuls (Dalmace Ier de Banyuls), décédé en 1345, gouverneur et capitaine-général de Ferrare de 1309 à 1313, condottiere au service de la République de Venise, conseiller du roi Sanche de Majorque, lieutenant du roi à Majorque, chancelier du royaume, il obtient, en plus de Banyuls, de Jacques II de Majorque, 12 janvier 1339 ainsi qu’à ses descendants, la haute justice sur Saint-Jean-Lasseille. Une cérémonie de prise de possession a lieu appliquant la charte royale durant laquelle il fait planter des fourches patibulaires pour marquer cette prise de droit ;Dalmau de Banyuls (Dalmace II de Banyuls), également seigneur de Nyer, lieutenant du royaume de Majorque ;Dalmau de Banyuls (Dalmace III de Banyuls), également seigneur de Nyer, de Porcinyans et de La Rocha en Conflent, mort en juin 1408 ;Joan de Banyuls (Jehan II de Banyuls) marié en 1419, mort en Italie ;Francesch de Banyuls (François Ier de Banyuls), seigneur de Banyuls-dels-Aspres et de Saint-Jean-Lasseille, propriétaire des scribaniasNote 10 de Céret (marié en 1455).Les Banyuls avaient des liens étroits avec un petit monastère qui se trouvait au sud du territoire, près du Tech. Il s'agissait de Fontclara, dont les bâtiments furent détruits par le tremblement de terre de Catalogne le 2 février 1428 puis emportés par une crue du Tech au xve siècle. En compensation, les religieux obtinrent le droit de s'installer dans la nouvelle église du village, construite entre 1424 et 1427.La famille de Banyuls garde le fief de Banyuls-dels-Aspres jusqu’en 1461, date à laquelle Francesch de Banyuls alors seigneur de Banyuls-dels-Aspres et de Saint-Jean-Lasseille, se fait confisquer tous ses biens par le roi de France Louis XI qui profite de la crise de succession du royaume d’Aragon pour annexer (temporairement) la Catalogne et la Cerdagne.La seigneurie passe alors aux mains d’Auger de La Coste. Elle est ensuite vendue et achetée par Llorens Paulet (Laurent Paulet), bourgeois et consul de Perpignan.Au XVIIe siècle, elle devient possession du monastère de Montserrat. Fin de l'Ancien RégimeÀ la Révolution, de seigneurie, Banyuls-dels-Aspres est transformée en municipalité. Monuments Église Saint-André de Banyuls-dels-Aspres ;Église Sainte-Marie de Fontclara ;Chapelle Sainte-Anne de Banyuls-dels-Aspres ;Gare de Banyuls-dels-Aspres fermée au service des voyageurs elle dispose toujours du bâtiment construit par la Compagnie du Midi en 1889.
Barcarès (El) ROSSELLÓ
Le Barcarès (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
En roussillonnais (dialecte catalan), le nom de la commune est El Barcarès. Il désigne en langue catalane, le lieu de mouillage d'une flotte de barques. À noter qu'en occitan, langue voisine, le mot barcarés connaît exactement la même définition. « Port Barcarès » (ou Port-Barcarès) est l'appellation touristique de la station balnéaire. Au début simplement nommé comme plage de Sanct Lorens en 1481, on trouve l'appellation Port de Barques dès 1750 puis el Barcarés en 1866. Histoire Cette étroite bande de terre située entre l’étang et la mer est longtemps restée insalubre et quasi déserte. Alors qu’aux alentours du xive siècle, les Templiers font assécher une partie de la Salanque, le Lido barcarésien est laissé de côté, faute de moyens techniques. L’intérêt pour le site prend naissance au xviie siècle. En 1659 le traité des Pyrénées est signé, déplaçant la frontière sur les Pyrénées. À cette époque, l’économie de la vallée de l’Agly se développe, et avec elle les moyens de transport. Un port est aménagé au Barcarès. Sous la dépendance naturelle de Saint-Laurent-de-la-Salanque, ce port voit transiter de nombreuses marchandises : vin, huile, fruits, poissons... et le sel, denrée réglementée. Se développant peu à peu, Le Barcarès devient dans la seconde moitié du xixe siècle un port de pêche important, ayant même ses propres installations de constructions navales où l’on fabrique les fameuses barques catalanes. De plus, à cette époque, la mode est aux bains de mer. Des nombreuses familles viennent passer du temps sur ses plages improvisant d’éphémères villages de fortune le temps d’un été. La commune du Barcarès est créée le 22 mars 1929 à partir de territoires distraits de la commune de Saint-Laurent-de-la-Salanque et rattachée au canton de Rivesaltes, puis en 1935 au canton de Saint-Laurent-de-la-Salanque. L'histoire contemporaine du Barcarès est marquée par l’arrivée en 1939, à la fin de la guerre d'Espagne, de dizaines de milliers de républicains franchissant la frontière et enfermés par les autorités françaises dans un camp d’internement, qui devint ensuite, sous le régime de Vichy, un Centre de rassemblement des étrangers. D'autres réfugiés sont aussi recrutés dans les trois Régiments de marche de volontaires étrangers formés au Barcarès entre 1939 et 1940. À partir de 1953, la nouvelle municipalité entame une série de travaux de développements : assainissement, eau potable, électrification, voirie urbaine, ainsi que la construction des premiers lotissements en front de mer et les premiers travaux de réaménagement du port, notamment au Grau Saint-Ange, pour y améliorer l'accueil des bateaux de pêche et de plaisance. Mais c'est surtout avec la mission interministérielle d'aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon (mission Racine), lancée en 1963 que se développe vraiment la station balnéaire. Sont engagées à la fois une vaste opération de lutte anti-moustiques, le reboisement du littoral, la construction de routes, de nouveaux aménagements du port et le lancement d'importantes opérations immobilières. Symbole de la station, le navire le Lydia est ensablé en juin 1967.
Biure - CATALUNYA SUD - Alt Empordà
Biure (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
240 habitants   Biure est une municipalité dans le comté de Alt Empordà, dans la région de Gérone. Le village se trouve au confluent des rivières Llobregat d'Empordà et Ricardell. A la fin du XVIIe siècle comme un lieu réel, il se compose de maire de Figueres.   Avec l'orthographe traditionnelle Viure d'Emporda, le nom de lieu peut être dérivé d'un ur racine basque, "eau", ou uri, "ville", ou de l'os vivere latine, "bien vivre".   La première mention est Biure apparaît dans un document contenant la volonté de 1,107 Etha. Les bénéficiaires comprennent l'église de Sancti Stephani de Benevivere.   L'année 1219 dans un document d'archives du diocèse de Gérone Biure apparaît dans une liste des dîmes appartenant à Ampurdanés tycoon Guillem de Cervià.   En 1294, le roi Jacques II confirmer et étendre les privilèges de la Lettre de Figueras. Ce document est inclus en tant Biure place réelle, sans être soumis à aucun seigneur féodal appartenant directement au maire de Figueres. Bien que les dîmes de la paroisse de San Esteban de Biure changé à plusieurs reprises bénéficiaire, y compris le Rocabertí inclus.   1375 une confrontation entre les habitants de Biure avec la ville de Figueres est enregistrée. Le conflit a surgi lorsque la ville de Figueras a réclamé une contribution pour réparer ses murs faisant appel à un privilège accordé par Jaume II et les habitants de Biure refusé. D'après le document produit par ce litige, il est connu que l'Avignon possède le château de Biure faire. 1407 Guillaume d'Avignon a fait face à la famille Rocabertí à plusieurs reprises pour le contrôle de la paroisse et le château de Biure. En 1450, enfin, la seigneurie d'Avignon est confirmé comme seigneur de Biure. Déjà dans les droits du XVIIIe siècle Château Biure étaient le comte de Torralba. En 1787, le recensement Biure d'Empordà affecte une population de 185 habitants.   La vieille ville de Biure est un ensemble inclus dans l'inventaire du patrimoine architectural de la Catalogne. Il est situé sur le côté du midi le tissu urbain de la population. La partie la plus remarquable midi articulée église de Saint-Etienne. Le village se compose de rues disposées en pente raide, car la zone est élevée. La plupart des maisons peuvent être attribuées aux XVIIIe et XIXe siècles. En général, les bâtiments sont rectangulaires, avec deux pentes couvertes de tuiles et distribués en rez-de-chaussée et plusieurs étages supérieurs. Ils ont des ouvertures rectangulaires, avec des cadres simples ou en briques, et certains portails arc. Beaucoup de ces bâtiments sont surmontées de toits décorés de triangles peints à l'imitation de l'avant-toits en dents de scie. Une des maisons dans le nord-ouest de l'église a l'avant-toit en date du 1776.   Les bâtiments sont construits en pierre sans travailler de différentes tailles disposées irrégulièrement et attachés avec beaucoup de mortier de chaux. D'autres constructions présentent les murs plâtrés et peints. Il est probable que quelques-unes des pierres utilisées pour construire ces maisons viennent de l'ancien château de Biure, situé à environ trois cents mètres de la villa, qui ne datait que quelques murs restent entre le XIVe et XVe siècles.
Bolquera - ALTA CERDANYA
Bolquère (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Apparition du village Il apparaît donc pour la première fois dans un document daté de 885 sous la forme "Bolcharia". On en a une autre trace en 948 sous le nom de Bolcaria, puis en 1198 (ou en 1199) eut lieu un évènement tragique, le rançonnage du curé de Bolquère par Arnaud de Castellbo à hauteur de 100 sous. Cet évènement nous apprend surtout que Bolquère était toujours une paroisse prospère puisqu'elle accueillait un curé disposant d'une telle somme. Ce lieu possédait un château appartenant au comte de Foix, château qu'il avait fait construire lui-même semble t-il. Sa première trace date de 1233 et était à la place de l'actuelle église puisque cette dernière a son clocher bâti sur les fondations de la tour du château. En 1355 eut lieu un fogatge (recensement) de la population de Cerdagne et du Roussillon. Il fit appraître un total de 9 feux, soit approximativement 70 personnes. A partir du XVe siècle, le village passa sous le contrôle de la famille Mercader-Porcell originaire de Puigcerda. Les deux évènements suivants datent de 1659 et 1666. en 1659 fut signé le traité des Pyrénées, c'est cet accord entre la France et l'Espagne qui permit à 33 villes de Cerdagne d'entrer dans le giron de la France, fixant une frontière le long des plus hauts pics pyrénéens et envoyant le village en France (A noter l'anecdote de Llivia, actuelle enclave espagnole qui ne fut pas pris dans les 33 villes, à l'époque). Puis en 1666, soit seulement 7 ans plus tard, la famille Mercader-Porcell cédèrent Bolquère à la communauté religieuse de leur ville qui en restera propriétaire jusqu'à la Révolution. Depuis la révolution française Puis arriva la guerre de 1793. Cette guerre, bien connue dans la région mais peu au niveau national, confronta les armées françaises et espagnoles. Ce sont les espagnols qui attaquèrent une république nouvellement déclarée et encore peu structurée. Ils prirent tout le versant Sud des Pyrénées mais restèrent au Sud de la plaine du Roussillon, perdant une bataille décisive à Peyrestortes, ce qui engagea la contre-attaque. En Cerdagne eut lieu une autre bataille, celle du col de la Perche. Face à l'avancée espagnole les habitants de Bolquère cédèrent deux des trois cloche de l'église du village afin qu'elles soient fondues et transformées en canons, ce qui fut fait. Depuis ces deux cloches ne furent jamais refondues. En 1866 fut signé un autre traité entre la France et l'Espagne, un traité amical cette fois. Il visait à préciser la frontière et les usages entre les deux pays, en indiquant des spécificités propres à l'enclave de Llivia. Ainsi voit-on qu'à cette époque les habitants de Llivia disposait d'une propriété à Bolquère, mais ne pouvait pas s'y rendre facilement. Ce traité aborda le sujet du transport des billes de bois, dans l'article XXIV :   "Article XXIV. Les habitants de Llivia auront le passage par le chemin de la Mola qui aboutit à l'étang de Pradeille, pour l'exploitation, dans leur propriété du Bac de Bolquère, du bois qui peut être porté au moyen de bêtes de somme; mais comme ce chemin n'est pas propre au transport du bois de forte dimension, Llivia conservera, à cet effet, l'usage du chemin dit du Coll Pau, lequel passe à Estavar, à Egal et à travers la forêt domaniale de la Calme pour arriver audit Bac de Bolquère. Dans le cas où, pour des motifs quelconques, l'Administration française aurait besoin d'intercepter ce chemin, elle se concerterait avec l'Administration espagnole pour fournir à Llivia un passage convenable."   Le 28 mai 1911 eut lieu l'inauguration de la ligne de chemin de fer Bolquère-Eyne, désenclavant significativement la Cerdagne et, dans le cas de Bolquère, ses habitants. Si de nos jours l'intérêt du train s'est amoindri, il faut bien avoir à l'esprit qu'au début du XXe siècle c'est ce moyen de locomotion qui permettait les déplacements, et quasiment uniquement ce moyen, d'où son importance. Développement de la station de ski C'est en 1969 qui fut créée la station de sports d'hiver de Bolquère. Appelée Pyrénées 2000 (A une époque où une telle appellation était porteur d'une vision futuriste...) elle ne contenait qu'un télésiège, celui du Belvédère. En 1971 fut installé le premier téléski, complété par d'autres l'année suivante. En 1976 ce sont les canons à neige qui font leurs apparitions à Pyrénées 2000, ils furent automatisés en 1990. Enfin en 1992, puis 1993 eut lieu la fameuse fusion entre Pyrénées 2000 et Font-Romeu. Une telle fusion eut lieu aussi dans le Cambre d'Aze, plus au Sud, entre les stations de St Pierre dels Forcats et Eyne. Ca n'a rien à voir, mais c'est histoire de dire qu'il n'était pas exceptionnel de fusionner deux stations de ski par ici.   Etymologie Il semble de le nom de Bolquère vienne de l'expression "Rivière rocheuse", le suffixe "Ker" signifiant "Rocher". C'est un suffixe qui se retrouve dans d'autres noms de villes ou villages catalans.  
Breda - CATALUNYA SUD - La Selva
Breda (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
Habitants: 3.771 Breda est une petite municipalité située dans la partie orientale du Montseny, dans la région de La Selva. Il existe des preuves de la fin du IXe siècle, quand c'était une ville rurale, mais elle ne peut être considérée comme une population complètement sédentaire que 200 ans plus tard. En 1038, les vicomtes de Gérone, Guerau de Cabrera et Ermesenda, décidèrent de fonder un monastère dans la ville, ce qui améliora définitivement sa situation. Il a été entretenu par des moines bénédictins et une église a également été construite. C'est alors que fut construite l' église de Santa María de Breda, qui n'est pas conservée, mais dont les fondations ont servi à différents bâtiments jusqu'à aujourd'hui, ce qui donne de l'espace à la mairie et au musée municipal "Josep Aragay". Néanmoins, une abside avec des fresques romanes et un clocher du XVIIIe siècle sont conservés. L'église que nous trouvons aujourd'hui est connue sous le nom de " Cathédrale de la Jungle ", en raison de la longueur de sa nef et de la grandeur de son clocher. Ceci est considéré comme le plus ancien bâtiment de la ville. Elle est accompagnée de l'une des quatre jouxtant le cloître, la seule conservée à ce jour. Dans l'enceinte du monastère, nous trouvons également la cour de l'abbaye, qui est un exemple clair de cour médiévale. Il convient également de mentionner le château de Montsoriu, qui bien qu'il ne soit pas situé dans la municipalité de Breda, la préside et est un observateur fidèle de sa position privilégiée Dans les limites de Breda, on trouve également un ermitage, celui de Santa Ana, datant du XVIIe siècle et situé au sommet d'une colline. D'autres lieux d'intérêt sont l' église de Santa Maria, une ancienne église paroissiale, le centre culturel Els Forns, un ancien atelier d'argile et le musée Josep Aragay, dédié à la diffusion de l'œuvre de cet artiste noucentiste. L'emplacement de la ville a fait de Breda une population souvent touchée par les guerres, notamment les Français, les carlistes ou la guerre civile. Aujourd'hui, Breda est connue dans toute la Catalogne pour la série télévisée "Ventdeplà" qui a utilisé ses espaces pour créer une ville fictive et une star dans tous ses épisodes. Depuis, le tourisme a augmenté.
Brullà - ROSSELLÓ
Brouilla (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Brouilla est une commune d’origine agricole de 1 452 habitants au 1er janvier 2020, ancré au bout du canton des Aspres, au pied de la rivière Le Tech et du massif des Albères. Village qui garde encore son caractère agricole et surtout viticole et, je dirai heureusement : nos agriculteurs sont en première ligne dans l’entretien de l’espace et la participation à l’évolution de nos riches paysages. Patrimoine naturel Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « le Tech », d'une superficie de 1 467 ha, héberge le Barbeau méridional qui présente une très grande variabilité génétique dans tout le bassin versant du Tech. Le haut du bassin est en outre colonisé par le Desman des Pyrénées. Toponymie En catalan, le nom de la commune est Brullà. Les premières mentions du nom sont Brulianum en 944, Ebrullianum en 981, Brulliano en 1271. Manifestations culturelles et festivités Fête patronale : 15 août ; Fête communale : 3e dimanche de mai48. Monuments et lieux historiques Église Sainte-Marie de Brouilla : église du xiie siècle, avec son portail roman en marbre blanc de Céret. L'édifice a été classé au titre des monuments historiques en 1972. Église Saint-Jean de Brouilla. Chapelle de Darnac. Il ne reste rien de l'ancien château, mentionné en 1271 (castrum de Brulliano). Gare de Brouilla, fermée au service ferroviaire elle dispose toujours du bâtiment construit par la Compagnie du Midi en 1889.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}