Livre Blanc de Catalogne Nord : 55 propositions et 55 municipalités pour la catalanité


Les principaux axes du « Livre Blanc de Catalogne Nord » sont la normalisation de la présence du catalan dans l'espace public; l'enseignement en catalan; l'organisation de fêtes populaires et traditionnelles; les liens avec le reste des Pays Catalans; etc...   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous).   Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » développe 55 propositions concrètes pour la catalanité qui ont été soumises à toutes les municipalités nord-catalanes.   55 municipalités participent au « Livre Blanc de Catalogne Nord » en y présentant leurs actions et les projets en lien avec la catalanité. De nombreuses autres communes souhaitent aussi participer à ce projet. C'est pourquoi une deuxième édition est déjà prévue, afin de donner une place à toutes les communes de Catalogne Nord et de faire un premier bilan.   L'association culturelle, autogérée et indépendante des Angelets de la Terra était à l'origine un groupe de supporters de l'USAP et des Dragons Catalans, de 2001 à 2009. Elle coordonne depuis 2010 un collectif autogéré et autofinancé de centaines de musiciens. En 2018, elle a organisé 4 festivals « Concerts per la Llibertat » pour la liberté et la démocratie avec la participation de 40 groupes. En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ». En 2020, 23 listes aux municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. Aujourd'hui, le « Livre Blanc de Catalogne Nord » reprend et développe les trois points de la charte de ce « Label Cultural »: langue, culture, pays.   Des exemplaires du « Livre Blanc de la Catalogne Nord » seront offerts à toutes les municipalités, participantes ou pas de cette première édition, à partir de la mi-mai 2021. Ainsi, il sera possible pour tous les élus et les habitants de se procurer ce livre dans les mairies.   Ont participé à la réalisation du « Livre Blanc de Catalogne Nord »: Berenguera Sunyer (psychologue), Christian Troadec (maire de Carhaix), Coleta Planas (conseillère pédagogique de catalan retraitée et poétesse), Daniela Grau (professeur de catalan retraitée), Geneviève Labat (chef d'entreprise), Gildas Girodeau (écrivain), Jaume Gubianas (dessinateur), Joan Peytaví Deixona (professeur d'université spécialiste en toponymie), Joan Planes (co-fondateur des Angelets de la Terra), Michel Leiberich (professeur d'université retraité), Nicolas Marty (professeur d'université spécialiste d'histoire économique et sociale), Olivier Poisson (président de L'ASPHAR), Pierre Lissot (directeur de l'Office Public de la Langue Catalane), Priscilla Beauclair (graphiste et journaliste au Travailleur Catalan), Ramon Faura-Llavari (chef d'entreprise), Rémy Farré (président de l'Associació Catalana d'Estudiants), Richard Bantegny (caméraman, photographe), Rita Peix (docteure en Etudes catalanes et transfrontalières, formatrice pour l'enseignement bilingue)...
Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :

Les Angelets de la Terra ont mené des actions dans 87 communes depuis 2001

Par ordre alphabetique:
A  | B  | C  | D  | E  | F  | G  | H  | I  | J  | K  | L  | M  | N  | 0  | P  | Q  | R  | S  | T  | U  | V  | W  | X  | Y  |
Banyuls de la Marenda - Banyuls-sur-Mer
Banyuls-sur-Mer
Banyuls-sur-Mer est un village de 4 766 habitants en 2016 de la comarque du Rosselló, en Catalogne Nord. La Marenda est le nom traditionnel de cette partie de la côte, qui porte maintenant le nom touristique de Côte Vermeille. Puisqu'il s'agit d'un nom composé, il est nécessaire d'expliquer séparément ses deux éléments principaux. Joan Coromines explique que Banyuls provient de la forme Balneolis, liée étymologiquement à Banyoles et au mot commun bain. Ce nom de lieu est dû à la proximité de la ville avec les étangs qui se trouvaient autrefois à cet endroit. Marenda, parce que c'est dans une région où abondaient autrefois les zones humides côtières: marenda est un terme équivalent à maresme. La ville actuelle était organisée depuis l'ancien port de la Ferreria, au nord-ouest du presbytère et à l'embouchure de la Ribera de Vallàuria. Autour de lui, le village s'est formé, à partir des quartiers d'origine de Casetes, Matifoc ou Campo de Marte, Paseo, Pla de Banyuls, Rectoria ou Sant Joan d'Amunt, anciennement La Ribera, Sant Joan ou Sant Joan de la Bassa et le Voramar. Plus tard, une deuxième phase de croissance a été réalisée avec les quartiers de La Bassa, Cap d’Ona, Culers, Coll d’En Quirc, El Olmes, Era de Batlles, Four Teuler, White Rocks et le Puig del Mas. Dans le quartier de Sant Joan de la Bassa se trouvait l'ancienne église paroissiale de Santa Maria, disparue en 1950, qui a été remplacée par la nouvelle église de Santa Maria. Dans le même quartier se trouve également la chapelle de Sant Joan de la Bassa, actuellement transformée en maison privée. Le quartier du Puig del Mas est proche du presbytère, sur la rive droite de la Ribera de Vallàuria, au sud-est de la ville de Banyuls de la Marenda. C’est l’origine de la ville de Banyuls de la Marenda: à cet endroit se trouvait le port défensif du port de Banyuls, qui jusqu’au XIIIe siècle était le centre de la ville. C'est à partir de cette date que le village a couru de la mer à la mer. Le laboratoire Aragó a été fondé en 1882 par Henri de Lacaze Duthiers en tant que centre de biologie marine lié à la Sorbonne de Paris. Il a rapidement acquis un prestige mondial dans la communauté scientifique du sujet, qu'il conserve toujours. Actuellement, cela dépend de la Faculté des sciences de l'Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) et du prestigieux Centre national de la recherche scientifique. Plus de 60 personnes travaillent aujourd'hui et accueillent entre 400 et 500 étudiants issus d'universités européennes et américaines. En plus de posséder la deuxième bibliothèque en sciences naturelles de l'État français, il possède un aquarium ouvert au public avec toutes sortes d'échantillons de faune marine et de flore locale. Créée à la fin des années 1950 par le laboratoire Arago, la réserve naturelle de Cervera-Banyuls s'étend entre l'Illa Grossa et le Cap de Perafita, sur une largeur de 3 km à l'intérieur des terres, et crée deux zones protégées spéciales, entre Cap de la Vella et Cap de Rederís, et la région du Cap d'Ullastrell, à la limite de Banyuls de la Marenda avec Portvendres. La principale activité économique de Banyuls de la Marenda est la culture du vignoble et la production de vin de qualité. La quasi-totalité des terres cultivées est consacrée à la vigne, où le cépage récolté est essentiellement du Grenache, qui donne naissance à l'appellation d'origine Banyuls, un vin doux de grande qualité.
Bolquera
Bolquère
Apparition du village Il apparaît donc pour la première fois dans un document daté de 885 sous la forme "Bolcharia". On en a une autre trace en 948 sous le nom de Bolcaria, puis en 1198 (ou en 1199) eut lieu un évènement tragique, le rançonnage du curé de Bolquère par Arnaud de Castellbo à hauteur de 100 sous. Cet évènement nous apprend surtout que Bolquère était toujours une paroisse prospère puisqu'elle accueillait un curé disposant d'une telle somme. Ce lieu possédait un château appartenant au comte de Foix, château qu'il avait fait construire lui-même semble t-il. Sa première trace date de 1233 et était à la place de l'actuelle église puisque cette dernière a son clocher bâti sur les fondations de la tour du château. En 1355 eut lieu un fogatge (recensement) de la population de Cerdagne et du Roussillon. Il fit appraître un total de 9 feux, soit approximativement 70 personnes. A partir du XVe siècle, le village passa sous le contrôle de la famille Mercader-Porcell originaire de Puigcerda. Les deux évènements suivants datent de 1659 et 1666. en 1659 fut signé le traité des Pyrénées, c'est cet accord entre la France et l'Espagne qui permit à 33 villes de Cerdagne d'entrer dans le giron de la France, fixant une frontière le long des plus hauts pics pyrénéens et envoyant le village en France (A noter l'anecdote de Llivia, actuelle enclave espagnole qui ne fut pas pris dans les 33 villes, à l'époque). Puis en 1666, soit seulement 7 ans plus tard, la famille Mercader-Porcell cédèrent Bolquère à la communauté religieuse de leur ville qui en restera propriétaire jusqu'à la Révolution. Depuis la révolution française Puis arriva la guerre de 1793. Cette guerre, bien connue dans la région mais peu au niveau national, confronta les armées françaises et espagnoles. Ce sont les espagnols qui attaquèrent une république nouvellement déclarée et encore peu structurée. Ils prirent tout le versant Sud des Pyrénées mais restèrent au Sud de la plaine du Roussillon, perdant une bataille décisive à Peyrestortes, ce qui engagea la contre-attaque. En Cerdagne eut lieu une autre bataille, celle du col de la Perche. Face à l'avancée espagnole les habitants de Bolquère cédèrent deux des trois cloche de l'église du village afin qu'elles soient fondues et transformées en canons, ce qui fut fait. Depuis ces deux cloches ne furent jamais refondues. En 1866 fut signé un autre traité entre la France et l'Espagne, un traité amical cette fois. Il visait à préciser la frontière et les usages entre les deux pays, en indiquant des spécificités propres à l'enclave de Llivia. Ainsi voit-on qu'à cette époque les habitants de Llivia disposait d'une propriété à Bolquère, mais ne pouvait pas s'y rendre facilement. Ce traité aborda le sujet du transport des billes de bois, dans l'article XXIV :   "Article XXIV. Les habitants de Llivia auront le passage par le chemin de la Mola qui aboutit à l'étang de Pradeille, pour l'exploitation, dans leur propriété du Bac de Bolquère, du bois qui peut être porté au moyen de bêtes de somme; mais comme ce chemin n'est pas propre au transport du bois de forte dimension, Llivia conservera, à cet effet, l'usage du chemin dit du Coll Pau, lequel passe à Estavar, à Egal et à travers la forêt domaniale de la Calme pour arriver audit Bac de Bolquère. Dans le cas où, pour des motifs quelconques, l'Administration française aurait besoin d'intercepter ce chemin, elle se concerterait avec l'Administration espagnole pour fournir à Llivia un passage convenable."   Le 28 mai 1911 eut lieu l'inauguration de la ligne de chemin de fer Bolquère-Eyne, désenclavant significativement la Cerdagne et, dans le cas de Bolquère, ses habitants. Si de nos jours l'intérêt du train s'est amoindri, il faut bien avoir à l'esprit qu'au début du XXe siècle c'est ce moyen de locomotion qui permettait les déplacements, et quasiment uniquement ce moyen, d'où son importance. Développement de la station de ski C'est en 1969 qui fut créée la station de sports d'hiver de Bolquère. Appelée Pyrénées 2000 (A une époque où une telle appellation était porteur d'une vision futuriste...) elle ne contenait qu'un télésiège, celui du Belvédère. En 1971 fut installé le premier téléski, complété par d'autres l'année suivante. En 1976 ce sont les canons à neige qui font leurs apparitions à Pyrénées 2000, ils furent automatisés en 1990. Enfin en 1992, puis 1993 eut lieu la fameuse fusion entre Pyrénées 2000 et Font-Romeu. Une telle fusion eut lieu aussi dans le Cambre d'Aze, plus au Sud, entre les stations de St Pierre dels Forcats et Eyne. Ca n'a rien à voir, mais c'est histoire de dire qu'il n'était pas exceptionnel de fusionner deux stations de ski par ici.   Etymologie Il semble de le nom de Bolquère vienne de l'expression "Rivière rocheuse", le suffixe "Ker" signifiant "Rocher". C'est un suffixe qui se retrouve dans d'autres noms de villes ou villages catalans.  
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}