Ultim communicat
Les Angelets de la Terra on fait le tour de la Corse pour présenter leur exposition de photojournalisme sur le processus d'indépendance en Catalogne. Arrivée en bateau à Ajaccio où ils ont découvert la Corse sous la pluie, après une nuit de tempête. Ils se sont rendus à Porto-Vecchio chez Jean-Luc Mondoloni qui les a avait aidé à organiser ce voyage. Le lendemain, les Angelets se sont rendus à Lugo Di Nazza où ils ont été accueillis par le maire François Benedetti, son épouse et l’équipe municipale. Ils se sont rendu à l’intérieur des terres, à U Poghju di Venacu, où le maire de la commune, Ghjuvan'Marcu Rodriguez, nous a accueilli avec son épouse et l’équipe municipale. Après avoir visité la ville universitaire de Corte, les Angelets se sont rendus à Bastia, pour cette quatrième journée en Corse. Nous avons installé l’exposition pour la troisième fois en trois jours et nous avons projeté le documentaire sur le référendum avant un débat avec la salle, dans une salle située sur la place du Marché. Pierre Savelli, maire de Bastia ayant succédé à Gilles Simeoni, aujourd’hui président du conseil exécutif de Corse, et Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, étaient présents, ainsi que d’autres membres des partis autonomiste et indépendantiste, Femu a Corsica et U Partitu di a Nazione Corsa. Nous retiendrons un accueil très chaleureux et fraternel lors de chaque étape de ce voyage militant pour informer sur les derniers évènements en Catalogne et créer des liens avec le peuple corse.

Mairies solidaires

Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :
Par ordre alphabetique :
A | B | C | D | E |  ...
F | G | H | I | J |  ...
K | L | M | N | 0 |  ...
P | Q | R | S | T |  ...
 ... U | V | W | X | Y |
Cervera de la Marenda (Cerbère)
Cerbère
Cerbère est un village du Rosselló, de 1 335 habitants en 2016, situé en Catalogne Nord. La Marenda est le nom traditionnel de cette partie de la côte, qui porte aujourd'hui le nom touristique et administratif de la Côte Vermeille. Selon Joan Coromines, le nom de lieu Cervera vient du mot latin cervaria (terre de cerf), déjà mentionné de cette manière, locus cervaria, finis galliae, de Pomponi Mela, siècle et après JC. La deuxième partie du nom de lieu, indispensable, selon Joan Becat, provient de la sous-région où il se trouve: le Marenda. Auparavant, Cervera était une paroisse rurale à habitat dispersé, avec un district de pêche comme seul noyau groupé. L'ancienne église de San Salvador, sous les auspices de l'église évangélique de Banyuls de la Marenda, se trouvait dans la région montagneuse, à l'est du Puig de Querroig, près et sous le château de Querroig. L'ancien quartier des pêcheurs, qui constitue aujourd'hui le principal noyau urbain de Cervera de la Marenda, est situé dans la partie profonde et nord-ouest d'Ansa de Cervera. La ville a subi de nombreux changements, principalement en raison de son développement dès l’arrivée du chemin de fer, de telle sorte qu’il existe des bâtiments d’un certain âge. Belvédère du Rayon Vert, situé entre l’ancienne route et le port, et la gare de Cervera de la Marenda, ouverte en 1878, en font partie.La grande gare a dû être construite au fond de l'étroite crique de Cervera, en reconstituant un fond de vallée avec des talus afin de pouvoir prolonger les routes de la grande gare. Un grand mur de pierre avec des arcs superposés contient ces remblais. Comme ils devaient reconstituer une partie du répertoire pour pouvoir emprunter la voie ferrée, dans la section qui mène à Portbou, il était nécessaire de créer un petit réseau de tunnels sous le talus, afin de relier la ville à les fermes et les zones rurales situées dans le sud-ouest de la municipalité de Cervera de la Marenda. Le même cours de la Ribereta profite de ces tunnels pour aller à la mer.L'église paroissiale de la Transfiguration de San Salvador est un édifice néo-gothique moderne de la fin du XIXe siècle. Une autre chapelle mentionnée par Gavín existait déjà dans le village, mais elle est aujourd'hui complètement défaite et transformée en un lieu brunâtre.La ville a commencé à se développer avec les quartiers de Cité Magny, Cité Santol et la ville de Rapinya. Plus tard, l'urbanisation de La Solana a été créée, ce qui a étendu le noyau urbain au nord-ouest, la montagne. Dans la partie nord du centre-ville, dans la région de Cabo de Perafita, le camping appelé Atlantis et un village de vacances ont été ouverts. Actuellement, le noyau urbain s'étend sur presque toute la zone maritime de la municipalité. PréhistoireDans la place qui occupe aujourd'hui la commune de Cervera ont été nombreux repos préhistorique. Les dolmens de Coma Enestapera, celui du Coll de la Farella, en fait à Portbou, et celui du Coll des Portes, qui se trouve néanmoins dans la région voisine de Banyuls de la Marenda, en plus des menhirs. de la Pedra Dreta de Sant Salvador, ou Penya Dreta, et du Monhir ou Pedra Dreta de Perafita, qui se trouve également dans la région voisine de Banyuls de la Marenda. AntiquitéCervera de la Marenda est cité dans des documents de l'époque romaine: au siècle, notre géographe romain Pomponius le mentionne comme un lieu peuplé de cerfs (Cervaria locus, finis Galliae) et de la limite sud de la Gaule. lia. Moyen ÂgeMalgré le regroupement moderne de Banyuls de la Marenda et de Cervera de la Marenda, l'histoire médiévale des deux termes est assez différente. Cervera a été inclus plusieurs siècles sous la domination des Rabós, dans le comté de Peralada. Même en 1384, Jaume el Prabes, propriétaire de Banyuls de la Marenda, fonda dans l'église un avantage ecclésiastique placé sous son commandement de San Salvador de Cervera, qui comportait les droits de pêche du Cabo de Biarra au Cap de Cervera. , un tiers des dîmes de la paroisse de Banyuls de la Marenda, et le droit des herbatges de la montagne de Cervera, avec les dîmes des autres fruits de ce territoire. Tous ces droits ont été cédés par Jaume de Rebedos à un membre de la famille seigneuriale des Abeilles, possédant plusieurs propriétés et droits sur le territoire de Banyuls de la Marenda. En 1361, la seigneurie de Cervera appartenait à la famille de Pau. En 1385, il est documenté que Guillem de Pau, seigneur de la vallée de Cervera, vendu à vie, en échange d'un loyer annuel (... que vous deviez donner de toute votre vie de tous les peys que vous y avez investis ce port.), les droits de pêche sur la côte de la seigneurie à un habitant de Cotlliure. En 1394, les seigneurs de Cervera s'appellent encore la femme de chambre Francesc de Pau et sa mère, Francesca, veuve de Guillem de Pau et usufruitier de leurs biens.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualité :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}
{{resultatactualita.contenu.text}}




Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}
{{music.description}}
- {{music.userdescription}}




Photopériodistes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}
{{fotoperiodiste.contenu.text}}




Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre.text}}
{{poetes.contenu.text}}




Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}
{{ajuntamen.contenu.text}}




Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}
{{agenda.description.text}}