Cliquer sur un logo pour visiter la page de la mairie :

Les Angelets de la Terra ont mené des actions dans 184 communes depuis 2001

Par ordre alphabetique:
A  | B  | C  | D  | E  | F  | G  | H  | I  | J  | K  | L  | M  | N  | 0  | P  | Q  | R  | S  | T  | U  | V  | W  | X  | Y  |
Cabanelles - CATALUNYA SUD - Alt Empordà
Cabanelles (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
279 habitants en 2022.   Cabanelles fait partie de la région de l'Alt Empordà, province de Gérone. Le terme municipal a une extension de 45 km2 et la ville est de 194 m. d'altitude. Les limites du territoire communal sont au nord avec Albanyà, Sant Llorenç de la Muga et Terrades, à l'est avec Cistella, Lladó et Navata, au sud avec Crespià et à l'ouest avec Beuda et Maià de Montcal. Il comprend les communes d'Espinavessa, L'Estela, Queixàs, Sant Martí Sesserres et Vilademires, ainsi que les quartiers de Casamor, La Palma et La Cirera.   Situation et présentation La commune de Cabanelles, assez étendue sur le plan territorial (55,62 km2), est située à l'extrémité ouest de la région, dans le secteur connu sous le nom de Les Garrotxes d'Empordà. La population est pratiquement complètement dispersée et comprend les petites villes de Cabanelles, chef-lieu de la commune, Espinavessa, l'Estela, Queixàs, Sant Martí Sesserres et Vilademires, les quartiers de Casamor (ou Sant Romà de Casamor) et La Palma, et l'ancien lieu inhabité de La Cirera, en plus de nombreuses fermes dispersées. Le vieux village d'Espinavessa est une enclave située à l'extrémité sud-est de la commune, dans la vallée du Fluvià, entre les communes de Navata et Crespià.   Le territoire, accidenté par les contreforts orientaux du Massif de la Mare de Déu del Mont au N, atteint le Fluvià à midi et comprend la vallée du ruisseau Sant Jaume, affluent du précédent, et, déjà à l'intérieur du bassin de la Muga, partie des sources du Manol et du ruisseau Álguema. Les points culminants du terme, dans le secteur nord, se trouvent dans la Sierra de la Cirera (621 m), à la frontière avec les termes d'Albanyà et de Sant Llorenç de la Muga. D'autres limites de la commune se trouvent avec les termes de Beuda et Maià de Montcal, à l'ouest, tous deux de la Garrotxa ; au S avec ceux du Pla de l'Estany de Crespià, Esponellà et Vilademuls ; du SE au N, avec les peuples altempordanais de Navata, Lledó, Cistella et Terrades.   La route N-260 de Figueres à Olot via Besalú traverse la zone d'est en ouest et quitte une route locale à Banyoles à l'emplacement de lgHostal d'en Vilar. De ce même carrefour commence le sentier qui monte au sanctuaire de la Mare de Déu del Mont.   La vaste zone boisée et escarpée au N du terme est inhabitée. Dans le secteur plus plat, plus propice aux cultures, le dépeuplement a également été important, mais moins grave.   La population et l'économie L'évolution démographique a été typique d'une commune éminemment rurale, avec une économie largement basée sur l'exploitation de la forêt. Elle connaît une forte augmentation au XVIIIe siècle et une partie du XIXe (413 h en 1718, 574 h en 1787, 1 162 h en 1860), mais amorce un déclin motivé par la crise agraire et l'attraction des centres industriels : 964 h en 1900, 616 h en 1960, 293 en 1979, s'accélère avec la disparition des derniers bûcherons et mineurs de charbon due à la diffusion des combustibles modernes (butane), jusqu'à atteindre 225 h en 2001 et 249 h en 2005.   Les épaisses forêts de chênes et de pins constituaient la principale richesse : on en extrayait du bois et du bois de chauffage, et on produisait du charbon dans les mines de charbon situées dans les clairières de la forêt. Des céréales et du fourrage sont plantés autour des petits villages et des fermes encore habitées, et quelques oliviers subsistent ; L'élevage de porcs, de moutons et de volailles est devenu une ressource importante. Le terme se situe dans la zone du marché de Figueres et, dans certains cas, comme Espinavessa, dans la zone de Banyoles.   Le village de Cabanelles Le village de Cabanelles, à population dispersée (Cabanellencs), comptait 80 h en 2005. Il est centré sur l'église paroissiale, à proximité de laquelle sont construites trois fermes et où se trouve la maison commune. Le petit complexe est situé sur une colline à droite du ruisseau Àlguema, à 194 m d'altitude. À partir de 1204, le prieuré de Santa Maria de Lledó exerçait la souveraineté féodale sur la place de Cabanelles et la même année un Guillem de Cabanelles est documenté. La commune et tout le territoire actuel faisaient partie de la commune de Besalú. L'église paroissiale de Santa Coloma de Cabanelles existait déjà en 1017, année où Benoît VII confirma les propriétés qu'il y possédait au monastère de Banyoles. Le temple actuel est un édifice roman des XIIe et XIIIe siècles. Les ajouts ultérieurs n'enlèvent pas grand-chose au monument : il s'agit du clocher carré, avec des arcs en plein cintre et une couverture de toit, et des chapelles attachées aux murs latéraux, tous du XVIIIe siècle ; du côté N de l'abside se trouve la sacristie (XIXe siècle), et les murs de la nef ont été surélevés par la réalisation d'un terrabastall.   Cabanelles célèbre sa fête principale en octobre, en l'honneur de sa patronne Santa Coloma.   Dans le secteur sud de la commune de Cabanelles se trouvent des vestiges de la chapelle de Sant Jaume de la Garriga, mentionnée au XIVe siècle. Dans ce secteur du terme se trouve également la ferme Castell, avec des éléments de l'ancienne fortification et d'autres des XVIIe et XVIIIe siècles.   Autres endroits dans le terme épinard La commune d'Espinavessa, chef-lieu d'un ancien quartier indépendant, forme une enclave au sud-est de la commune de Cabanelles, de part et d'autre du Fluvià. Il est constitué d'un ensemble de fermes et d'un petit noyau regroupé autour de l'église paroissiale, qui avait 72 h en 2005. Les maisons, de deux ou trois étages, datent des XVIIe et XVIIIe siècles. L'église se trouve sur la rive gauche du Fluvià, près du confluent du ruisseau Sant Jaume.   Espinavessa appartenait également au domaine féodal du prieuré de Santa Maria de Lledó et, en 1698, elle faisait partie de la Batllia de Navata, domaine de la famille Rocabertí. L'église de Sant Llorenç d'Espinavessa est mentionnée en 1279 et 1280 (Spinaversa). Le bâtiment actuel a été construit entre 1790 et 1804 ; il s'agit d'une nef avec des chapelles latérales et un chevet polygonal, avec une porte rectangulaire avec niche et rosace en façade et un clocher carré à arcades brisées. Il y a quelques éléments de l'église précédente.   La ville d'Espinavessa célèbre la fête principale de Sant Llorenç en août.   Aux alentours d'Espinavessa se trouve également le quartier de La Palma, composé de cinq fermes, à droite du Fluvià, dans une zone boisée. Can Vidal en fait partie, mais des XVIIe et XVIIIe siècles avec des éléments antérieurs, peut-être une continuation de la casal des chevaliers de La Palma, documentée en 1226 ; un membre de la lignée est enterré à Espinavessa. Elle possédait un oratoire, aujourd'hui abandonné.   La stèle La ville d'Estela est située dans le secteur accidenté du nord-est du territoire, à 11 km du centre-ville, à l'ouest de Cistella, une ville d'où l'on prend la meilleure route pour y arriver (on peut aussi y aller depuis Lledó). . Il est constitué de fermes dispersées, pour la plupart inhabitées puisqu'en 2005 seulement 3 personnes y vivaient. L'église paroissiale de Santa Maria de l'Estela se dresse sur une plaine surélevée. A proximité se trouve une ferme inhabitée, à côté de laquelle se trouvent les restes de la cellule monastique de Sant Cristòfol. De cet endroit domine un vaste panorama, avec la plaine de l'Empordà à l'est et la montagne du Mont et la colline de Bassegoda à l'ouest.   Dans une bulle de Benoît VIII en faveur du monastère de Sant Pere de Camprodon de 1017, on l'appelle la place de Stella. L'église actuelle est un petit édifice de style roman tardif, de type cistercien, à nef unique et pignon carré, sans abside proéminente. La porte d'entrée, sur le mur sud, présente trois arcs plein cintre en dégradation, linteau et tympan. Sur la façade se trouve l'actuel beffroi, une tour carrée qui remplaça la précédente aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cette église de Santa Maria devint dépendante du prieuré de Lledó en 1270.   Le Mas de Sant Cristòfol et l'église du même nom, située dans l'enceinte de la ferme, sont abandonnés et en ruine.   tu te plains La commune de Queixàs est située à environ 4 km au SO de Cabanelles. En 2005, ils y ont vécu 54 heures. L'ensemble principal est formé par l'église paroissiale, le presbytère et quelques fermes, au bord de la route de Figueres à Olot. L'église paroissiale de Sant Martí de Queixàs conserve des vestiges de constructions de différentes dates. La nef centrale et son abside semi-circulaire datent de la période romane primitive (XIe siècle), et il reste peu de vestiges d'une autre nef et d'une abside qui ont été en partie transformées en sacristie et presbytère. Plusieurs ajouts tardifs datent du XVIIIe siècle : les chapelles sud (1752 et 1759) et le clocher.   L'église de Sant Martí de Queixàs fut consacrée en 1046. En 1204 Dalmau de Creixell et sa mère Berenguera vendirent au prieuré de Lledó la seigneurie féodale de la paroisse de Chexans ainsi que d'autres localités des environs (Sant Martí Sesserres, Cabanelles et Basket ). La ville célèbre la fête principale le deuxième dimanche d'août.   Casamor À 1,5 km au SE de Queixàs, dans sa paroisse, se trouve le quartier de Casamor ou Sant Romà de Casamor. Il se compose de trois fermes situées à gauche du ruisseau Sant Jaume. Sant Romà de Casamor était une cellule monastique initialement dépendante du monastère de Sant Pere d'Albanyà, et cela est indiqué dans un précepte de Charles le Chauve daté de 844 qui confirme les propriétés des cenobi, parmi lesquelles "in altero loco que dicitur Casa Mauri, ecclesia in honore Sancti Romani constructa ». Dans le dernier quart du XIIIe siècle l'église était devenue paroisse, mais la dîme était encore collectée par le monastère d'Arles et elle apparaît dans la nomenclature du XIVe siècle avec une autre dédicace, celle de Sancti Tiburtii de Casamor, mais encore aujourd'hui l'ermitage de Casamor est populairement connu sous le nom de Sant Romans. Cet ermitage, aujourd'hui inculte et délabré, se dresse sur une colline au nord du quartier, et est une construction à nef du XVIIIe siècle, sans vestiges de cellule médiévale. D'autre part, il y a des vestiges constructifs, avec des façades anciennes, dans le premier bâtiment du quartier, du côté sud de la route de Figueres à Besalú, et la population locale maintient vivante la tradition selon laquelle il s'agit des ruines du couvent de Sant Romà.   Sant Martí Sesserres Le village de Sant Martí Sesserres est situé à 7 km au nord-ouest de Cabanelles. En 2005, il était 7 heures. Il est composé de fermes réparties sur les contreforts orientaux du massif de la Mare de Déu del Mont, à la tête du ruisseau Sant Martí. Le lieu est centré par l'église paroissiale, qui ne possède que le presbytère et une ferme en bordure, au sommet d'une plaine, à 341 m d'altitude. On y accède par un chemin qui part de la route qui mène au sanctuaire du Mont, au début du col de Sant Martí. Le lieu apparaît déjà dans un document de 1031, avec l'église, tous deux du terme de Lledó ("Sancti Martini que dicunt ad ipsa Serra... in termino Latonense"). En 1204, la seigneurie féodale du lieu fut cédée au prieuré de Lledó par Dalmau de Creixell et sa mère Berenguera.   L'église de Sant Martí Sesserres est en bon état de conservation, bien qu'elle soit abandonnée. L'édifice actuel ne correspond pas au primitif du XIe siècle, mais à une construction réalisée au XIIe siècle, avec les caractéristiques du roman avancé dans ces régions. Elle a une nef unique et une abside semi-circulaire, avec la porte sur la façade ouest, avec quatre arcs en plein cintre, avec linteau et tympan lisses et moulures courbes. La partie supérieure de l'abside est ornée d'une série de corbeaux aux reliefs géométriques. La nef est voûtée en ogive, comme l'arc de triomphe. La sacristie et le clocher furent construits plus tard, à la fin de la période.   Dans son ancienne zone paroissiale se trouve le sanctuaire de Sant Benet, à environ 300 m, à l'est de l'ancienne route de Llorona, qui part du col de Can Serra, sur la route de la Mare de Déu del Mont, dans les terres de la. Il faut parcourir 3 km en empruntant le sentier susmentionné et traverser le ruisseau du Joncanat pour y accéder. Il s'agit d'une chapelle rectangulaire, avec les restes d'un portique détruit. De chaque côté de la porte se trouvent de longues inscriptions faisant allusion à la construction (1845) et à la rénovation (1907) réalisées à l'initiative de la grande pairalia de Noguer de Segueró (dans la Garrotxa), dont Mas Cantenys était une ferme. Malgré l'affirmation selon laquelle le lieu serait d'un culte très ancien, il n'y a aucun vestige antérieur aux dates enregistrées. C'est très abandonné.   La cerise Le Mas de la Cirera, aujourd'hui inhabité, conserve le nom d'un ancien lieu déjà mentionné dans des documents du IXe siècle, où se trouvait une cellule bénédictine. Il se trouve à l'extrémité nord et la plus élevée de la zone des Cabanelles, sur un plateau de la Serra de la Cirera, séparant le Manol et la Muga. On y accède depuis Lledó ou depuis Sant Martí Sesserres par l'ancien chemin du Coll del Bruc, ou depuis un sentier de montagne depuis Albanyà. Les ruines de l'église de Sant Miquel de la Cirera se trouvent à environ 500 m au SE de la ferme, et le document le plus ancien qui y fait référence est le premier diplôme de Carles el Calb (844) à l'abbé d'Albanyà, monastère dont Cirera était une possession. Dans le dernier quart du XIIIe siècle, elle était devenue paroisse. Elle devint plus tard suffragante de Sant Martí Sesserres. L'église est un petit édifice roman, probablement du XIe siècle.     Vilademires La ville de Vilademires est à environ 4 km à l'ouest de Cabanelles. Elle disposait de 33 h en 2005. Sa population dispersée est concentrée autour de l'église paroissiale, qui ne possède le presbytère qu'en bordure, au sommet d'une petite colline, à droite du ruisseau de Sant Jaume. Elle est reliée par une route à la route de Figueres. En 1017, selon une bulle de Benoît VIII, le monastère de Sant Esteve de Banyoles possédait des possessions à Villa de Amires, et une autre bulle de la même année mentionne un alou de la paroisse de Sant Mateu de Villa Damires, propriété du monastère de Camprodon. Au XIIe siècle, Vilademires était une place royale.   L'église de Sant Mateu de Vilademires appartenait à l'abbaye de Santa Maria de Vilabertran, dépendance confirmée dans une bulle de Pasqual II de 1116. Le temple actuel est de style roman tardif, un exemple remarquable du type cistercien simple, d'une nef à tête carrée, sans abside, de la fin du XIIe ou XIIIe siècle. Sur la façade se trouve le portail à trois arcs plein cintre en dégradation, linteau et tympan. L'ancien clocher a été fortement modifié aux XVIIe ou XVIIIe siècles. La sacristie et le terrabastall sont les ajouts tardifs les plus remarquables. Le presbytère, voisin, est une maison du XVIIe siècle avec une tour cylindrique et crénelée dans l'angle NW.   À environ 200 m à l'ouest de l'église se trouve le sanctuaire de Sant Roc, une petite chapelle du XVIIIe siècle, largement rénovée au XXe siècle. Can Batlle, au N de l'église, est un grand manoir (XVIe-XVIIIe siècles), et Mas Coromines, de la même époque, possède une chapelle construite en 1586 dédiée à Notre-Dame de la Miséricorde.  
Cabanes - CATALUNYA SUD - Alt Empordà
Cabanes (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
941 Habitants   Cabanes est une commune située au cœur de la plaine de l'Empordà, entre les cours des rivières Muga et Llobregat de l'Empordà. Le chef-lieu de la commune est Cabanes, mais il comprend également les quartiers d'Aigüeta et de Masies de Dalt, ainsi que les fermes de Corral del Comte et Forn del Gestí. C'est une destination idéale pour profiter des plages de l'Alt Empordà ainsi que de nombreuses activités et lieux d'intérêt de la région, dans un environnement calme et agricole.   Les habitants de Cabanes sont surnommés potamolls (ce qui signifie aux pieds mouillés), car Cabanes est situé dans une zone facilement inondable.   On pense que Cabanes a été créée à l’époque des Romains, mais on n’en est pas sûr. La première mention documentée date de l'année 935 avec le nom de Cabanas, qui plus tard et au fil des siècles portera des noms tels que Sant Vicenti de Cabanis, Cabannas... jusqu'à l'actuel Cabanes. Autrefois, Cabanes se trouvait là où se trouve aujourd'hui le cimetière de la ville, mais en raison de l'inondation subie en 1421, qui détruisit la ville de Cabanes et fit de nombreuses victimes, la ville fut déplacée vers son emplacement actuel.   La ville de Cabanes a appartenu pendant de nombreux siècles au comté de Peralada, ce qui a conduit à la construction d'un château au XIe siècle, le château de Rocabertí, dont il ne reste aujourd'hui qu'une tour en bon état de conservation, qui doit avoir été la tour d'hommage du vieux château. Au milieu du centre-ville se trouvent des maisons datant de 1595 et 1604. Lieux d'intérêt   Lieux d'intérêt - Église paroissiale de Sant Vicenç, XVIIIe siècle - Tour médiévale, seul vestige qui reste de l'ancien château de Cabanes. Il s'agit d'une tour romane cylindrique de 10 mètres de haut et de murs de 2,60 m d'épaisseur, en très bon état de conservation. Il est déclaré bien culturel d'intérêt national. - Monastère de Sant Feliu de Cadins et église de style cistercien des XIIe et XIIIe siècles. Il s'agit actuellement d'une ferme privée. - Ermitage de Sant Sebastià   Les fêtes - 22 janvier : Sant Vicenç. Un bon orchestre vient jouer au Local Social proposant de la danse et un concert. De plus, d'autres types d'activités sont également organisées. - 15 mai : Sant Isidre. Le semis traditionnel de pignons de pin est représenté.
Calmella - ROSSELLÓ
Calmeilles (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
59 habitants en 2019. Monuments  L'église paroissiale Saint-Félix est mentionnée dès l'an 959 dans une donation à l'église d'Elne. L’édifice actuel, de style roman, date du XIIe siècle. Il s'agit d'une église à nef unique avec une abside semi-circulaire où l'on peut voir des arcatures lombardes, et quelques éléments sculptés. L'église renferme également une statue de la Vierge de style roman, datée du XIIe siècle, et connue sous le nom de Mare de Déu de la Salut.La chapelle Nostra Senyora del Coll remonte, dans sa forme actuelle, au XVe siècle. Pillée plusieurs fois, la Vierge à l'enfant qu'elle abritait a été transférée à l'église Saint-Félix.   Histoire C'est dans un document indiquant les possessions de la familles d'Oms qu'apparaît pour la première fois ce lieu. Il s'agissait d'un des fiefs d'Arnald de Montescot, seigneur de Camélas et d'Oms, établi au milieu du XIIIe siècle. Calmeilles semble être un lieu de peu d'importance, sous la domination de Camélas plus au Nord.En 1250 Calmeilles se voit doté d'un château destiné à défendre la position mais aussi à sécuriser les habitants du lieu. Il faut dire que depuis peu le jeune roi d'Aragon Jacques 1er établissait la frontière la plus sûre possible entre la France et son royaume, et bien que le hameau ne soit pas sur une ligne de front, il fut équipé d'un système de protection. La seigneurie passe ensuite au fils cadet d'Arnald, Bernard d'Oms, l'aîné conservant le titre de seigneur d'Oms que possédait la famille. Bernard sera à l'origine d'une nouvelle branche de la Famille Oms, les seigneurs de Camélas, qui conserveront la seigneurie de Calmeilles jusqu'au XVIIe siècle.Le fils de Bernard prit sa succession, Guillaume, puis vient Bérenger, et enfin Guillaume, qui recevra grâce à son mariage la seigneurie de Taxo d'Avall. Vu qu'il a eu deux fils, l'aîné Jean poursuivra la lignée des seigneurs de Calmeilles alors que le cadet François prendra celle des seigneurs de Taxo et de Villelongue de la Salanque.Jean a eu un fils, Urbain, suivit de père en fils par Guillaume, Guillaume et Guillaume (quelle originalité...), qui reçoit en dot la Seigneurie de Pia, puis Antoine. Celui-ci décède laissant deux filles, Marie Anne et Dorothée, du coup la seigneurie de Calmeilles passe à son frère, Bernard. Mais celui-ci décède sans héritier. Calmeilles devient alors une propriété des nièces, mais Marie Anne étant déjà décédé, c'est Dorothée qui devient seigneur de Calmeilles. Or, Dorothée était en train d'entrer dans les ordres. Recevant cet héritage, elle se battît pour en sortir, mais les intérêts de ses supérieurs étaient plus forts : contrainte de prendre le voile, elle décèdera au couvent des prieurs de St Sauveur, à Perpignan, laissant son héritage à ce couvent.C'est ainsi que Calmeilles passa sous cet ordre religieux en 1692. Ce couvent le conserva jusqu'à la révolution, date à laquelle les seigneuries se sont transformées en communes.
Campdevànol - CATALUNYA SUD - Ripollès
Campdevànol (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
3 217 habitants en 2022   Campdevànol est un territoire de grande valeur paysagère, où abondent les forêts de pin sylvestre et de chêne, et qui a su préserver l’empreinte de l’art roman ! Son centre urbain invite à flâner sur ses places historiques, à profiter de ses fontaines et jardins au bord du Freser et à découvrir les anciens canaux de ses forges.   Origines L’histoire de Campdevànol débute il y a près de 9 000 ans, comme le confirment deux pièces archéologiques. Pendant le xiiie siècle, Campdevànol s’intègre à la viguerie de Ripoll. À partir du premier tiers du xviie siècle, la petite ville commence à devenir importante grâce à son activité industrielle et son rôle dans l’histoire ne cessera de croître progressivement, en raison de ses industries du fer, du gypse, du ciment et du textile.   Le saviez-vous…? Notre identité est étroitement liée à la danse de Campdevànol, dénommée la Gala, un patrimoine immatériel unique et inégalable du folklore catalan, classé en tant qu’élément festif patrimonial d’intérêt national. Ce nom pourrait avoir pour origine le fait qu’il s’agisse de la danse de gala de la fête patronale ou le fait que le chef de danse fasse la cour à toutes les danseuses. La Gala remonterait au XVIIe siècle, l’époque où les confréries du Roser avaient beaucoup de poids.   Sant Cristòfol Édifice de style gothique muni d’un clocher de 46 m, l’un des joyaux de la commune. L’édifice fut reconstruit en 1945 en raison des dommages causés par la guerre civile et le tremblement de terre de 1944.   Sant Llorenç de Campdevànol Église romane construite aux xie et xiie siècles. Vous la trouverez sur la route reliant la commune à Gombrèn.   Sant Pere d'Aüira Pont du XIe siècle qui franchit le Freser, à l’endroit où la vallée commence à s’élargir. Vous le trouverez à la sortie du village dans la direction de Vall de Ribes.   Pont de la Cabreta Pont du XIe siècle qui franchit le Freser, à l’endroit où la vallée commence à s’élargir. Vous le trouverez à la sortie du village dans la direction de Vall de Ribes.   Molí Gros et centre Pyrfer Équipements abrités dans une demeure située sur la Plaça de la Dansa. La maison est datée du xviie siècle et son moulin fonctionnait à partir de l’énergie hydraulique. Actuellement, vous y trouverez l’écomusée Molí Gros et le centre d’interprétation Pyrfer, qui revalorise l’héritage du fer, depuis les cloutiers jusqu’à l’industrie métallurgique actuelle.   Pinacothèque Coll Bardolet Josep Coll Bardolet, né à Campdevànol en 1912, vécut à Valldemossa (Majorque) à partir de 1944. Dans les œuvres de ce peintre, vous pourrez apprécier les influences du style Renaissance. Coll Bardolet avait le cœur partagé entre ses Pyrénées au relief escarpé et la luminosité des Baléares, comme le reflètent ses peintures.   Torrent de la Cabana Itinéraire qui suit le torrent d’Estiula, connu populairement sous le nom de torrent de la Cabana, où vous pourrez profiter de la fraîcheur du cours d’eau et de la beauté des chutes d’eau, mais aussi observer la diversité végétale, notamment la ripisylve composée principalement d’aulnes glutineux et de pins sylvestres.
Campllong - CATALUNYA SUD - Alt Empordà
Campllong (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
Habitants: 535  Campllong est une commune de la région du Gironès située au sud de la ville de Gérone. Le village est dispersé dans la ville de Campllong, chef-lieu de la municipalité, et dans de nombreux quartiers (Can Bosc, Can Canyet, Can Dionís, Can Falgueres, La Bruguera et Ferreries). Le noyau urbain de Campllong est situé dans la partie sud du terme. Il y a plusieurs maisons autour de l'église paroissiale de Sant Quirze, documentée en 1362. Le bâtiment actuel date des XVIe et XVIIe siècles. Dans le terme, il y a quelques fermes d'intérêt, parmi lesquelles se distingue la Torre Llupiana, fortifiée, avec un patio et des guérites, en bon état de conservation. Le presbytère est un autre bâtiment d'intérêt, du XVIIIe siècle et avec l'apparence d'une ferme typique récemment restaurée, où se trouvent les bureaux municipaux ainsi que le presbytère. Campolongum apparaît dans la première citation documentaire que nous connaissons et qui date de 899. Le dictionnaire catalan attribue Campu-longues comme venant du latin. Le toponyme semble provenir de la longue extension du terme, qui forme des champs de grande amplitude et longueur. Des documents de l'année 922 mentionnent Camlong, et l'église de Campolongo est mentionnée en 1279-80. Les conséquences que la Grande Guerre a laissées sur le territoire catalan ont créé un climat de rébellion contre les Français, aggravé par la crise de subsistance qui s'est produite. Le manque de blé pour approvisionner la population urbaine a affecté Gérone, qui a été obligée de demander l'aide des villes rurales. En août 1650, ils demandèrent à Campllong des approvisionnements en blé, mais la réponse de la ville fut négative, alléguant que le millésime était rare et qu'ils pouvaient à peine couvrir la population locale. En 1609, Campllong était une place royale. Pendant la guerre d'indépendance, ces terres ont été sévèrement punies. L'église a été incendiée et a servi de forteresse. Campllong est situé dans un espace de passage situé à côté de la mer et de la montagne, qui accueille et caresse des villages ruraux aux charmes différents et emblématiques. C'est sans aucun doute une destination intérieure idéale pour ceux qui veulent profiter de la tranquillité de la campagne et découvrir l'essence du monde rural et de la gastronomie traditionnelle. Un territoire de promenade qui invite à le découvrir à pied ou à vélo pour découvrir ses richesses naturelles et gastronomiques.
Campome CONFLENT
Campôme (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
111 habitants en 2019. Toponymie En catalan, le nom de la commune est Campome.Les anciennes mentions connues du nom sont Campo ultimo en 901, Campoltme en 1035 et Camp poma en 1280. Le nom signifie dernier champ. Ce nom peut s'expliquer par le fait que les champs de Campôme sont les plus éloignés de ceux de Molitg, dont dépendait Campôme. Les formes successives sont Compoltimo, Campoltme, Campolme et enfin Campome. Après la révolution française, la francisation des noms a rajouté un accent circonflexe, bien que rien ne le justifie.Le lieu de Fornols est mentionné dès 1035 sous le nom de Villa Fornols. Son nom signifie petits fours et renvoie à l'activité de traitement du minerai de fer présente dans la région. Histoire Mentionné dès 901 comme étant le dernier champ cultivé (campo ultimo) de la vallée de Molitg, Campôme reste sous la dépendance de la seigneurie de Paracolls jusqu’en 1792, date à laquelle il devient commune autonome.Son territoire garde les traces d’une occupation humaine vieille de plus de 10 000 ans : roche gravée du Magdalénien, roches à cupules et gravures du Néolithique, château de Paracolls et sa chapelle, chapelle Saint-Christophe de Fornols du Moyen Âge.Village essentiellement agricole Campôme, au fil des siècles a également su tirer parti de la force de l’eau de la Castellane pour ses forges et moulins.Jusqu'en 1793, Campôme faisait partie de la paroisse de Molitg, bien qu'il y eut une chapelle dédiée à sainte Marie. Monuments et lieux touristiques L'église Sainte-Marie ou de la Nativité de Notre-Dame de Campôme, construite en 1671, est la première église du lieu, qui dépendait auparavant directement de la paroisse de Molitg. Elle est fêtée le 8 septembre (Nativité de Marie) et renferme des retables de l’époque baroque. Les ruelles portent les traces de l’architecture traditionnelle des villages de moyenne montagne : fours à pain, escaliers extérieurs, bancs de pierre.L'église Saint-Christophe de Fornols est une église romane en ruines. Dans le même secteur, se trouve le rocher gravé de Fornols, classé monument historique.Le château de Paracolls, également en ruines, comprend une église romane dédiée à saint Pierre (chapelle Saint-Pierre du château de Paracolls).
Canet de Mar - CATALUNYA SUD - Maresme
Canet de Mar
14183 habitants Son précieux patrimoine architectural moderniste, et notamment les chefs-d'œuvre de Puig i Cadafalch et de Domènech i Montaner, constitue la principale carte de visite de la ville de Canet. En se promenant le long du ruisseau et dans les petites rues de la vieille ville, on découvre d'authentiques joyaux, tels que la villa de villégiature de l'architecte Lluís Domènech i Muntaner, aujourd'hui transformée en musée. Dans la partie haute du ruisseau, il y a l'imposant château médiéval Santa Florentina, porte d'entrée du Parc d'El Montnegre, et en bas, les vastes étendues de plages de sable doré. Incontournables - Parcourir la promenade de la Miséricorde, où vous pourrez visiter le sanctuaire du même nom.- Profiter des plages.- Suivre la route moderniste de Canet de Mar. Situació geogràficaCanet de Mar és un municipi de la comarca del Maresme situat al vessant sud del Pedracastell (312 metres), que el separa del municipi veí, Vallalta. La costa, de més de dos quilòmetres de longitud és, en part, baixa i arenosa i hi desguassen la riera des Bosquerons i la riera de Gavarra. ClimaEl clima és mediterrani, amb uns estius secs i calents i uns hiverns força moderats, amb escasses precipitacions i una humitat elevada. La proximitat al mar fa que els estius siguin més aviat frescos i a l’hivern no hi hagi glaçades importants. La serralada Litoral protegeix el territori dels vents freds que a l’hivern bufen del nord-est. Les precipitacions màximes tenen lloc durant els tres mesos de tardor; a l’estiu, però, se sol produir una llarga sequera d’uns dos mesos de durada. El vent típic de la zona és el llevant, que és el responsable principal de la pluja que cau al territori. Activitats econòmiquesL'activitat econòmica més important és, actualment, el turisme. El municipi disposa de nombrosos establiments hotelers, càmpings i molts apartaments.Durant els anys cinquanta s'implantà la floricultura, clavells per a l'exportació, i actualment té importància el conreu dels maduixots, que conviu amb la vinya i alguns arbres fruiters i garrofers.La indústria, que ocupa prop del trenta per cent de la població activa, és principalment tèxtil. HistòriaCanet de Mar era, fins al segle XV, el barri mariner de Sant Iscle de Vallalta. Al segle XI, a la vall de Canet hi havia l’església de Sant Feliu, que més tard esdevingué de Sant Pere. Al seu voltant es va anar formant un nucli de població, que es va traslladar a la vora del mar a finals del segle XV. Un segle més tard es va independitzar la parròquia i es va crear una nova església.Canet va ser durant el segle XVIII un important centre marítim. La població, que comptava amb dues drassanes, va viure del mar fins que la construcció naval amb velers va deixar pas a la navegació amb màquines de vapor. S’hi començà a desenvolupar, llavors, una forta activitat industrial, sobretot del sector tèxtil. Va ser l’època en què molts comerciants enriquits a Amèrica (els americanos) van retornar i van construir les seves mansions.A banda de la important indústria tèxtil —es va crear el 1921 la primera escola universitària de gènere de punt—, a Canet també ha tingut rellevància l’agricultura. Actualment les flors i les maduixes en són els principals productes.L’empenta cultural de la vila s’ha mantingut durant els segles. Als anys setanta del segle XX s’hi celebraven les Sis Hores de la Cançó, on es donaven cita alguns dels millors cantants i grups de la cançó catalana. També s’hi organitzava un concurs de teatre que encara avui es manté. Què veure-hi?Canet de Mar és un municipi obert al mar i envoltat de muntanyes. Hi destaca el turó de Pedracastell, des d'on es pot veure a bastament la zona costanera, i les serres del Parc Natural del Montnegre i el Corredor, que formen part de la serralada Litoral.L'església de Sant Pere, del segle XVI, pertany al gòtic tardà. El campanar rep el nom de Pubilla de la Costa, per la seva alçada i singularitat.El patrimoni urbanístic de Canet és el seu principal reclam turístic. Està conformat per diferents edificis que van des de l'arquitectura rural i el gòtic tardà fins al Modernisme més pur.L'esclat urbanístic i patrimonial del segle XVIII va deixar com a empremta algunes construccions d'aquest estil, com les obres de Domènech i Montaner. Aquest arquitecte, professor, dibuixant, polític i humanista, va viure i treballar a Canet. La casa Domènech, construïda entre 1908 i 1910, és actualment un museu. Altres edificis seus són l'Ateneu i la casa Roura, i dins dels boscos de Pedracastell, el castell de Santa Florentina, reformat i ampliat pel mateix arquitecte el 1910.Per la seva banda, l'empremta de la indústria tèxtil es deixa veure a la fàbrica Jover i Cia, projectada per Pere Domènech i Roura, i a la fàbrica Carbonell Sussagna, de Josep Puig i Cadafalch.Un altre edifici destacat, en aquest cas d'estil neogòtic del segle XIX, és el santuari de la Misericòrdia, projectat per Francesc Daniel Molina. També es poden visitar obres del Modernisme agrícola com la vil·la Flora, dissenyada per Eduard Ferrés.Pujant per la riera Gavarra s'arriba al cementiri i a la creu, des d'on es pot apreciar tota la costa.L'escultura també té un pes destacat al patrimoni d'aquesta població. A Canet es poden contemplar obres d'alguns dels gran escultors catalans dels darrers anys del segle XIX i primers del XX, com Pau Gargallo, Eusebi Arnau, Josep Viladomat i Josep Pagès i Serratosa. Què fer-hi?Allò que més caracteriza Canet és el patrimoni arquitectònic modernista. La Casa Museu de Lluís Domènech i Montaner, convertida avui en Oficina d'Informació i Turisme, organitza la ruta modernista, amb set itineraris guiats que permeten comentar el conjunt patrimonial del municipi.Aquests itineraris no només recorren l'obra de Domènech i Montaner, sinó que també permeten conèixer les construccions d'altres arquitectes presents a la vila, com Puig i Cadafalch, o altres estils, com el neogòtic.D'altra banda, tots aquells que vulguin gaudir d'un bon dia de platja, poden optar per conèixer la costa del municipi.La gastronomia del municipi es basa en el peix, les hortalisses (especialment pèsols i patates) i les maduixes. Entre el 27 d'abril i el 27 de maig, la població participa en la Diada de la Maduixa, i els dimecres se celebra un mercat on es poden trobar aquests productes frescos. Un altre plat típic de la zona són els caragols amb ceba.La cultura té una cita a La Vinya, l'espai de creació del grup teatral Comediants i on s'organitza un concurs de teatre anual. El centre està format per dos edificis: la Cúpula, on se celebren espectacles, concerts, exposicions i projeccions, i la Carpa, on es fan activitats mòbils a l'estiu.A finals de juny s'hi celebra la festa major de Sant Pere.El castell reformat per Domènech i Montaner, acull cada agost el Festival de Música Clàssica Castell de Santa Florentina. Al setembre se celebra la Fira Modernista Voltants- Escultures modernistes del cementiri d'Arenys de Mar.- L'església de Santa Maria a Arenys de Mar.- La capella de la Mare de Déu de Lourdes a Arenys de Munt.- Les torres modernistes de la riera de Sant Pol de Mar.- El restaurant Sant Pau, de Carme Ruscalleda, a Sant Pol de Mar.  
Cànoes ROSSELLÓ
Canohès (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Canohès compte 6 097 habitants en 2017. Les premières mentions du nom sont Kanoas (843), Canohas (951) et Kanovas (968). On rencontre ensuite Kanouas et Canoves au XIe siècle, Canoas au XIIe siècle, Canois au XIIIe siècle, Canohes et Canoes au XIVe siècle et Canoes, Canues et Canohes au XVIIe siècle. En catalan, le nom de la commune est Cànoes. L'étymologie la plus probable de Canohès est à chercher dans un nom composé de Kan (creux, ayant donné le canna déjà vu du roseau) et de Nauda (marécages). Le village était situé près d'un étang marécageux avec des roseaux et la contraction des deux termes a pu aboutir au kanoas du IXe siècle, l'accentuation du premier a ayant rendu neutre le deuxième qui ne s'entend quasiment plus, voire pas du tout, dans les formes les plus récentes, conduisant à la forme Cànus ou Cànoes en catalan normalisé. Malheureusement, l'administration française a mis un accent sur le -es final, le rendant sonore et dénaturant le nom d'origine. Canohès développe son agriculture grâce à l'assèchement des marécages et le canal de Perpignan (ou Les Canals). Ce canal a été aménagé par le roi Jacques II de Majorque pour irriguer les moulins (à Canohès le Mas du Moulin en est un vestige) et les châteaux royaux. Il traverse Canohès de part en part, depuis le mas Vézian, en provenance de Thuir, et au-delà du mas Gaffart, en direction de Perpignan. Canohès connaît actuellement une grande expansion du fait de sa proximité avec Perpignan : sa population a triplé en trente ans.
Cantallops - CATALUNYA SUD - Alt Empordà
Cantallops (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
305 habitants en 2021. EtymologieContrairement à ce que l'étymologie populaire a cru, la ville de Cantallops n'est pas "le lieu où l'on entend chanter ou hurler les loups", une interprétation qui serait plausible et qui, de plus, s'accorderait avec la grande présence des loups en général dans toute la Catalogne, et surtout dans ces zones (les armoiries municipales représentent un loup). Or, Cantallops, comme en occitan Cantalop serait formé par le Gaulois cant- (pente) + *lupa de l'ancienne racine oronymique *lup-/*lop- (hauteur, élévation du terrain). HistoireLe lieu et l'église sont mentionnés en 844 dans un précepte accordé en faveur du monastère de Sant Quirze de Colera, où il est noté que les moines de ce cenobi avaient peuplé le territoire et construit l'église de Sant Esteve (de Cantalupis). L'endroit appartenait au comté de Peralada.La population a connu une augmentation remarquable au cours des 18e et 19e siècles. Dès le premier quart du XXe siècle, un déclin démographique s'amorce, fortement influencé non seulement par l'exode vers les villes, mais aussi par la baisse de la rentabilité de l'exploitation forestière. Liège a donné lieu à l'implantation de petites industries familiales de tapisserie. L'étape prospère de cette activité se situe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Dans les années 1940, cependant, il avait presque complètement disparu.Antoni Rovira et Virgili, leur famille et d'autres députés du Parlement de Catalogne, avec leurs compagnons respectifs, sont arrivés dans une ferme de cette ville, la ferme Bell-lloc, dans la nuit du vendredi 27 janvier 1939 en route vers l'exil Lieux d'intérêt- Église de Sant Esteve de Cantallops. C'est l'ancienne chapelle du château. Elle conserve une partie de la structure romane (XIe siècle), mais des chapelles latérales ont été ajoutées au XVIIIe siècle. Le clocher était l'une des tours du château médiéval de Cantallops.- Site naturel d'intérêt national de l'Albera- Château de Requesens. Dans la commune de La Jonquera.- Monastère de Sant Bartomeu de Bell-lloc. Ancien monastère de religieuses augustines, on en a des nouvelles depuis 1207, actuellement il en reste peu de vestiges.- Fontaines d'eau. Certaines sont sulfureuses comme la source Solana, la source Tina, la source Nova et la source Ferreret.- Mas de Bell-lloc. Maison rénovée à la fin du 19ème siècle dans le style néo-gothique et moderniste. Rovira et Virgili, et leurs compagnons, se sont réfugiés dans cette maison en route pour l'exil.[2]- Dolmen du Mas Baleta I. Avec quatre dalles clouées et deux pour le toit.- Dolmen du Mas Baleta II. Ciste de petites dimensions, à trois dalles et un couvercle, très abîmé.- Bassa de Serra del Sopluig.
Capmany CATALUNYA SUD - Alt Empordà
Campmany (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
672 habitants en 2022   Histoire La famille Campmany est la première de toutes les lignées à détenir le titre de Baron de Campmany. Ses membres sont mentionnés dans divers documents sur deux cents ans, de la fin du XIe siècle aux dernières années du XIIIe siècle. Il convient de souligner Pere de Campmany, un chevalier qui s'est distingué aux côtés de Jaume Ier lors de la conquête de Majorque, selon la chronique de Bernat Boades.   La famille Campmany disparaît de la commune et est occupée par la famille Clusa. La tour de défense de la ville fortifiée de Campmany a été construite à l'époque de la Clusa. Aux Clusa viendront les Vilanova qui obtinrent du roi Charles III le titre de marques Campmany. La succession dans le marquisat de Campmany s'est poursuivie jusqu'à nos jours, mais sans aucun lien avec la ville.   Quant à la guerre française, elle touche de plein fouet le peuple catalan. L'historien local Gregori Artizà a étudié le bilan désastreux des pertes subies par la ville tout au long des trois années de guerre. Le 28 octobre 1793, un groupe de miquelets de la ville parvient à distancer les Français qui voulaient occuper la ville et parvient à retarder l'occupation de la ville de 15 jours. Le bilan est de 18 Français et 3 miquelets morts. Les miquelets de Campmanje voulaient tenter de récupérer la ville mais le commandement de Masarac ne les a pas soutenus. Durant la guerre, il faut savoir que les armées volontaires de miquelets et de soumis attaquent une colonne de 4 500 soldats français escortant 60 chars. La bataille se termine avec 500 morts français. Malgré cela, l’issue de la guerre fut désastreuse. 7 000 arbres furent coupés pour fortifier la ville, l'église et 54 maisons furent incendiées par les Français et de nombreuses femmes furent violées.   Le phylloxéra et la guerre civile sont également gravés dans la mémoire de la ville, encore présente dans l'esprit de nombreux Campmaniaques, puisqu'une partie de la retraite passait par la ville.   Économie Le vignoble et l'industrie qui en dérive sont les principales sources de richesse. Campmany est l'un des centres vitivinicoles les plus importants de l'Empordà. Il convient de noter la vingtaine de caves privées qui existent actuellement, sous l'Appellation d'Origine Empordà. Des établissements vinicoles tels que Santamaria, Oliveda, Celler Pages, Trias, Pairó, Arché, Oliver Contí en sont un exemple. L'économie rurale vit également du secteur des services et bénéficie de la proximité de la route N-II et de l'autoroute Ap-7. Le tourisme rural prend également de l'importance en raison du nombre important d'établissements de tourisme rural au sein de la population. Il convient de souligner le musée de la robinetterie créé par Josep Oliveda i Casanovas et situé dans la cave Oliveda. Plus de 5 000 robinets composent la collection et son origine est diverse, puisqu'elle est composée de robinets Procellana catalans, français, grecs, égyptiens et chinois. Les plus anciennes datent du XVe siècle et sont en bronze. La pièce la plus ancienne appartenait à la famille Borja. Le musée possède également une bouteille de vin signée par Salvador Dalí.   Lieux d'intérêt Campmany trouve son origine dans un château médiéval. Actuellement, l'église, la mairie et quelques résidences privées se trouvent à l'intérieur de l'enceinte fortifiée. À l'extérieur du fort, il convient de souligner la chapelle de Sant Sebastià et les deux fontaines de la commune.   Il convient également de noter l'ensemble des Casas de la Vall, situées au sud de la commune, le grand nombre de fermes dispersées et l'interdiction de chasser.   En se promenant dans la région, nous pouvons trouver de nombreux menhirs et dolmens cachés par les forêts de chênes-lièges.   Monuments mégalithiques Dolmen et menhir de Quer Afumat Dolmen de Mirgoler Campmany sacrifie la pierre Étangs de Campmany Dans la rue Santa Llúcia se trouve également le Musée de les Aixetes.   L'église L'église de Santa Ágata est un édifice fortifié du XIIe ou XIIIe siècle, doté d'une seule nef et d'une abside semi-circulaire. La façade principale n'a pas de porte, mais une double fenêtre fendue et des arcs arrondis. Elle est surmontée d'un beffroi couvert d'un toit à double pente. Le portail se trouve dans le mur latéral de la partie sud et est constitué de trois arcs en mauvais état. Les battants de la porte en bois sont décorés de fer forgé en forme de spirale dans la tradition romane. Elle possède une tour fortifiée située au-dessus de l'abside, qui date du XIVe ou XVe siècle.   Faits divers 2012. Un incendie a ravagé une partie de l'Empordà et Campmany a été la région la plus touchée.   Personnages intéressants Gregori Artisà i Lapedra (1839-1921), professeur, écrivain et vigneron Arseni Corsellas i Perxés (1904-1967), musicien
Cases de Pena ROSSELLÓ
Cases-de-Pêne (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
940 habitants en 2019. ToponymieEn catalan, le nom de la commune est Les Cases de Pena, anciennement les Casasses. On trouve aussi le nom de Cazas d'Espira en 1774. Ce dernier nom s'explique par le fait que Cases-de-Pène dépendait de la paroisse d'Espira-de-l'Agly jusqu'en 1793.Le lieu est mentionné pour la première fois par son château en 1011 (castellum Penna) puis en 1263 (castrum sive rupes de Penna). On trouve une mention du lieu en 1358 (loch de Pena) et le nom actuel en 1772 (Las Casas de Pena). EnseignementCases-de-Pène dispose d'une école primaire publique (maternelle et élémentaire), pour un effectif de 112 élèves. Monuments et lieux touristiquesL'ermitage Notre-Dame-de-Pène est situé sur un éperon calcaire dominant la partie sud-ouest de la commune, près de l'emplacement de l'ancien château de Pène dont il n’en reste que de peu de vestiges.La Torre del Far : ancienne tour de signal, perchée entre Cases de Pene et Tautavel, accessible à pied par un chemin de randonnée balisé. Vigie de la plaine du Roussillon, de la vallée de l’Agly et du Verdouble.L'ancienne église Sainte-Colombe de Cases-de-Pène est une église romane en ruines.L'église paroissiale Sainte-Colombe de Cases-de-Pène a été construite au xviie siècle. Initialement uniquement dédiée à saint Pantaléon, on lui a adjoint sainte Colombe, patronne de l'église primitive. HistoireLe village de Cases de Pène est récent. Peu de documents le mentionne. L'église Ste Colombe, l'église initiale du village, est citée pour la première fois en 1063. De style roman, elle fut détruite au fil du temps. On la trouve abandonnée en 1265, probablement à cause de sa proximité avec l'Agly, souvent en crue. Il en reste quelques ruines de nos jours, au cœur du village.Le château de Pène est cité en 1088 comme dépendant des vicomtes de Castelnou. En 1267 on a la preuve qu'il appartenait à l'abbé Pierre Cabalé qui le vendit au prieuré d'Espira de l'Agly. Celui-ci passa au chapitre de la Réal, de Perpignan, en 1381.En 1774 le village était mentionné sous le nom de Cazas d'Espira, preuve qu'il n'eut son indépendance que très tard. Cases de Pène est connu pour son ermitage Notre Dame de Pène que l'on voit sur les hauteurs de la falaise, après le village en direction d'Estagel.
Castell de Vernet CONFLENT
Casteil (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
136 habitants en 2019. ToponymieEn catalan, le nom de la commune est Castell de Vernet. Le toponyme Casteil vient de la présence du château seigneurial, dont il ne reste aujourd'hui que quelques vestiges à proximité de l'église Saint-Martin-le-Vieux. HistoireIl faudra attendre 811 et les premiers carolingiens pour que commence réellement l'histoire de Casteil.C'est sur ce site que sera construit un château carolingien, en fait probablement un domaine agricole fortifié, par les premiers comtes de Cerdagne. Lorsque Guifred II vint au pouvoir, en 1088, il fondera rapidement l'abbaye de St Martin du Canigou, qu'il dotera d'un important domaine foncier... dont ce château. Il faut savoir que l'église du château abrite le tombeau de Guifred II et que celui-ci est toujours visible de nos jours dans une alcôve de cette église.Il s'agit de St Martin le Vieux, qui était l'église paroissiale de Casteil jusqu'au XVIIIe siècle, époque où elle fut abandonnée au profit de celle situé plus bas dans la vallée, l'actuelle église de Casteil. Cette église fut laissé à l'abandon jusqu'en 1978, année de sa restauration qui dura 2 ans.Pour la petite histoire, le tombeau de Guifred II fut saccagé par les espagnols lors de la guerre de 1793, mais il fut reconstitué pièce à pièce en 1796.Sous l’Ancien Régime, Casteil est un fief des seigneurs Vernet du IXe siècle jusqu'au XIIe siècle, date à laquelle ils s'installèrent au sommet du village de Vernet-les-Bains.La communauté dépend de l'abbaye Saint-Martin du Canigou conjointement avec Vernet-les-Bains pendant plusieurs siècles.Le village s'est développé au pied de l'emplacement du premier château, autour d'un oratoire créé au xve siècle et devenu église paroissiale au xviiie siècle, après l'abandon de l'église Saint-Martin-le-Vieux. St Martin du CanigouLe patrimoine de Casteil est assez intéressant. Il se compose bien sûr de l'abbaye St Martin du Canigou, une des plus grandes abbayes de la région. Elle fut fondé le 12 juin 1005 exactement, date à laquelle le comte de Cerdagne Guifred, arrière petit fils de Guifred le Velu, donna avec sa femme Guisla un alleu situé sur les pentes du Canigou (sur le territoire de Vernet) à l'église de St Martin. L'église St Martin de VieuxCette église était l'église paroissiale de Casteil jusqu'au XVIIIe siècle. Elle a un plan en forme de croix latine, une abside semi-circulaire et un très joli clocher-tour. Près d'elle, en contrebas, on trouve la chapelle St Benoit.
Celrà CATALUNYA SUD - Gironès
Celrà (Collectif de municipalités catalanes sans frontières)
5 503 habitants en 2022.   Celrà est une commune de l'Emporda appartenant à la région du Gironès et située dans la plaine du Ter une fois passée Gérone, la capitale provinciale, au nord-est. Le nom de la ville a eu différentes variantes, de Celerano en l'an 922, Salrà du XVIIe au XIXe siècle, jusqu'à l'actuel Celrà. Le symbole de la commune est un soleil, sans que l'on sache exactement sa relation avec le nom de la commune.   Le 18 septembre 2012, Celrà s'autoproclame Territoire catalan libre, marquant un tournant dans la consolidation du CUP (Candidature d'Unité Populaire) dans la commune.   En 2019, Daniel Cornellà quitte le poste de maire de Celrà après avoir été élu député. Il est remplacé par l'acteur David Planas i Lladó.   Celrà était l'une des municipalités enquêtées par le Tribunal national espagnol pour avoir approuvé une motion à l'appui de la déclaration de dissolution du Parlement de Catalogne le 9 novembre 2014. Le conseil a décidé de ne pas répondre aux accusations du Tribunal national. Celrà était aussi au cœur de l'actualité lorsque l'armée a décidé de mener des manœuvres dans la commune en 2017.   Histoire La première mention écrite où apparaît le nom de Celrà date de 922, année où le roi franc Charles III de France a reconnu les possessions qu'il possédait, entre autres, à Celrà et Palagret (Celerano et in Palacroto) à l'évêque Guiu de Gérone .   Bien que l'acte de consécration n'ait pas été conservé, l'église dédiée à Sant Feliu est devenue une paroisse au moins à partir de l'an 946, avec la dotation de biens et de droits pour l'entretien du clergé qui la dirigeait. Vers l'an 1000, le territoire de l'actuelle commune de Celrà comprenait les anciens villages de Celerano, Palacroto, Olmedo et Riard.   Lieux d'intérêt La vieille ville trouve son origine dans la « sagrera » médiévale formée à partir du XIe siècle à trente pas autour de l'église paroissiale.   L'aérodrome de Celrà et le centre d'interprétation de l'aérodrome ont commencé à être construits en novembre 1936 au milieu de la guerre civile espagnole. Il a été opérationnel du début de 1937 à février 1939 et a subi un total de dix bombardements. A partir d'avril 1938, la zone républicaine est divisée en deux parties ; c'est à cette époque que le terrain prend de l'importance et devient l'une des principales bases des bombardiers de l'armée républicaine.   L' « Ateneu » a été construit en 1913 par les propriétaires de l'usine Brillas et Pagans au profit de leurs ouvriers. La formation du populaire orpheón "Unió Celranenca" a été possible grâce à cet équipement. En 1992, la mairie de Celrà acquit le bâtiment et, après une importante rénovation, le transforma en théâtre Ateneu, qui depuis lors accueille régulièrement des représentations théâtrales, cinématographiques, musicales et dansantes.   L'usine Pagans est née le 15 décembre 1902. Elle a commencé comme une petite usine pour la production et la vente d'extraits tanniques pour tanner le cuir. Dès la Première Guerre mondiale, avec l'augmentation des commandes d'extraits en provenance des pays belligérants, il est décidé d'agrandir les installations. En 1915, le projet de la nouvelle usine est confié à l'architecte Isidre Bosch i Batallé, qui présente un projet fortement influencé par le modernisme industriel du tournant du XIXe siècle au XXe siècle. Jusque dans les années 1950, l'entreprise connaît une période de prospérité et compte près de 300 ouvriers. Vers le milieu des années 1950, une période de déclin s'amorce, due à la concurrence des produits chimiques de synthèse, qui aboutira à la fermeture définitive en 1971. Au début des années 1980, les bâtiments sont transférés à la Mairie dans le but de les préserver, les réhabiliter et les classer en équipements publics. Une fois réhabilitée et adaptée à de nouveaux usages, "la Fábrica" ​​​​- comme on l'appelle populairement - devient le siège du centre civique municipal, qui comprend des espaces pour le service de bar-restaurant et pour divers ateliers - céramique, sculpture, peinture, informatique . .. - et accueille également la station Radio Celrà.   Les fêtes Stand de l'Assemblée des Jeunes du Celrà au Salon des Organisations 2007 Visite des pages royales et collecte des lettres dans la "Magic Box" : janvier Cavalcade des rois : 5 janvier Carnavals - rue : février ou mars Aplec de la Sardana : deuxième dimanche de mars Foire des organisations et Sant Jordi: dimanche d'avril à côté du 23 Festa Major : premier week-end de mai Fêtes de fin d'année à l'Escola l'Aulet et à l'Escola les Falgueres : juin Festa dels Comerciants de Celrà à la piscine municipale : juin Fête du quartier de Sant Feliu : premier samedi de juillet Festival "Goûts culturels et gastronomiques" Petite Fête de Sant Hou : troisième samedi de juillet Festa del Segar et El Batre à Torre Desevern : juillet Festival d'été : fin juillet Hommage à la vieillesse : Dernier week-end de septembre Correllengua (manifestation pour la langue catalane) : premier week-end d'octobre Festival Bernat Banyut : octobre Fête de la magie et des champignons. Deuxième week-end de novembre Festival "Décembre en Danse" Pastorets (au théâtre Ateneo fin décembre) Crèche de Noël Vivante dans le vieux quartier : 26 décembre   L'Escola Municipal de Dansa est un service de la Mairie de Celrà dont l'objectif est de fournir une formation de base à la pratique de la danse et de devenir un service éducatif et de formation de qualité, de développer le goût de cette activité artistique et d'être un point de départ pour sensibiliser les enfants en tant que futurs spectateurs de la danse ou pour ceux qui souhaitent débuter leur parcours professionnel dans cette discipline artistique.   L'Escola de Música del Gironès, agréée par le ministère de l'Éducation du gouvernement de Catalogne, enseigne au niveau élémentaire le langage musical, piano, violon, violoncelle, contrebasse, flûte traversière, flûte à bec, guitare, saxophone, tambourin, ténor .. .à Celrà.   Entités et associations Action Culturelle Groupe de défense des forêts Groupe sardaniste de Celrà Amis de Radio Celrà Association Porró Enlaire Falç Aval AMIPA Escola Cressol Gínjols École AMPA L'Aulet AFA Escola Les Falgueres AMIPA Escola Cressol Trapelles Association des commerçants Association Gambienne Solidarité Maison de retraite de Can Ponac Centre de jeunesse populaire El Moll Celrão parmi tous Celrà est décoré Centre d'excursion de Celrà Cinémathèque 21 CE Joventut Celrà Club de patinage de l'Aulet Pétanque Club Celrà Club de tennis de Celrà Club rythmique Celrà Comité du parti de la ctra. Palamós Comité des fêtes de Sant Feliu Coordinatrice des Festivals de Celrà Esplai Celra Commission du Reis de Celrà Connexion papyrus Cuisiniers et cuisinières solidaires Les Pastorets de Celrà Galanthus Goges Celrà Saison vocale de groupe Jeune homme de Celrà Le placard La fabrique des arts du spectacle Roche barceloniste à Celrà Crèche vivante de Celrà Union des Etudiants des Pays Catalans Ins. de Celra Associations de chasse des Gavarres Atelier d'histoire de Celrà Touche de théâtre Tookadisc - Frisbee ultime Union Culturelle Sportive de Celrà École de danse de Celrà.   Économie L'économie de Celrà s'articule autour de l'importante zone industrielle, destinée principalement aux entreprises du secteur chimique aussi importantes que Laboratorios Esteve Química ou Protein. Cependant, il existe également des entreprises d'autres secteurs tels que la logistique ou le traitement des déchets. En dehors de cela, ces dernières années, il y a eu une forte croissance à Celrà en termes de petites entreprises destinées au commerce ou aux services, c'est pourquoi ce secteur a désormais également un poids représentatif dans l'économie de la ville.
Censà CONFLENT
Sansa (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Sansa est une commune rurale qui compte 19 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 253 habitants en 1793. Ses habitants sont appelés les Sansanais ou Sansanaises. Histoire La première trace écrite de Sansa date de 1189 et concerne l'église. Il s'agit de l’acte de vente d'un mas au prieur de Corneilla, Bérenger pour en faire une église. Les vendeurs sont Arnaud et Guillaume, de Llugols. Dédiée à Jean-Baptiste, l’église est petite, avec une voûte en berceau brisé. La nef est rallongée plus tard, lors du remplacement de la voûte de bois par une voûte en pierre. En 1866, une seconde église sera construite, mais le village conservera l'église initiale. Le retable actuel du maître-autel date du 18e siècle. Il présente Jean Baptiste accompagné de Saints Pierre et Paul, surmontés d'une vierge à l'enfant. En 1263, Sansa est connu sous la forme "Villa de Censiano", désignation utilisée par le roi d'Aragon qui reconnaît sa possession via le prieur de Corneilla. En 1304 les hautes et basses justices sont accordées au prieur Raymond puis à ses successeurs. Toutes la seigneurie de Sansa est, dès lors, sous la coupe du prieur, qui tire aussi la moitié de ses revenus du pasquier de Conflent qu'il partage avec le roi, les pasquiers étant propriété royale. Au 1438, Sansa est touché de plein fouet par la peste, comme à peu près tout le Conflent. Puis les protestants, fuyant les exactions faites à leurs encontres en France, viennent dans les Garrotxes piller les villages. Sansa est complètement détruit, y compris le château et l'église, comme l’est également Caudiès-de-Conflent. Abandonné, le village reste ainsi jusqu'au 25 septembre 1562, jour où le prieur de Corneilla, Baudire Agullana, propose à quelques habitants des villages alentour de le repeupler. Certains acceptent les conditions proposées : Paul Noliach, prêtre, Gui Fondéra, Raymond Vergès, Jean Salvat, major, Jean Salvat, minor, Jacques Salvat, Barthelemi Teixidor, tous de Matemale, et Jean Pidell et Gaspard Deulofeu d'Eyne s’installent. Le prieur leur cède les terres pour une censive de 70 livres pour les herbes et 100 livres pour les fruits, et ils leur inféodent les herms et bois communs à l'exception des pasquiers royaux. Il leur donne également possibilité de construire un moulin à farine, un autre à scie contre une rente annuelle de 100 livres. Le curé reçoit 3 journaux de terre (surface équivalent à 3 journées de travail de la terre), même si l'église n’est toujours pas reconstruite. Les nouveaux habitants promettent de reconstruire le château en guise de protection. Par ailleurs ils récupèrent l’ensemble du territoire d'avant l'abandon du village, y compris les pasquiers dont ils partageaient l'usage avec les habitants de Réal et Villeneuve de Formiguères. Les revenus de Sansa montent jusqu'à 35 doubles d'or en 1677, et sa part de la rente des pasquiers royaux atteint de 100 à 125 écus de France en 1683 et 1687. On a une autre trace du village en 1767 où André Cases, d'Olette, afferme les revenus de Sansa pour 450 livres et 3 mesures de seigle. La commune adhère à la Communauté de communes Capcir Haut-Conflent par arrêté préfectoral du 29 décembre 2000.
Clairà ROSSELLÓ
Claira (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
L'antique Via Domitia passait à l'ouest du village actuel. Des chemins en reprennent d'ailleurs plus ou moins le tracé. Aux alentours de 118 av. J.-C., le domaine d'un certain Clarus (ou Clarius) s'organise sur une petite éminence à proximité de la Via Domitia, constituant le point d'origine du village. En 928 est mentionné un premier hameau autour de l'église de Saint-Jaume de Predacalç puis, plus tard, celui autour de l'église de Saint-Pierre. Autour de l'an 1000, Claira devient un village fortifié, avec son église Saint-Vincent et son château de Biterna ou réside le seigneur. En 1140, première mention du prieuré de Saint-Pierre-del-Vilar ou réside une communauté de moines. En 1233, des privilèges sont accordés aux habitants par le comte de Roussillon, Nuno Sanç, à qui avaient été confiés les biens de Bernard-Guillaume de Clayrà, condamné comme hérétique (cathare). En 1356, le roi Pierre III le Cérémonieux donne Claira en héritage à ses deux filles, les infantes Constance (14 ans), reine de Sicile, et Jeanne (12 ans), future Comtesse d'Empories. Les consuls et les habitants protestent car ils voulaient rester dans le domaine royal. En 1365, Claira est le village le plus important de la Salanque et le reste pendant plus de 250 ans. Il compte alors 143 feux. En 1372, création de la chapelle du Christ par Guillem Capdevilla. En 1428, vente du château de Claira à Raymond de Périllos par la reine Marguerite, veuve du dernier roi catalan Martin l'Humain. En 1443, charte de privilèges accordées par le roi Alphonse V d'Aragon pour la création du ruisseau de Claira et la création d'un moulin. Les habitants de Claira pourront prendre les eaux de l'Agly où ils le voudront et autant qu'ils en désireront. La digue est établie au pied de Rivesaltes. Le 10 juin 1639 a lieu la bataille de Claira où la population entière lutte contre les soldats français. De 1639 à 1659, Claira connait deux exodes dont l'un dura 7 ans et les habitants abandonnent le village en grande partie détruit par les soldats français. Les cloches du village sont sauvées car Claira sert de garnison et les cloches à ameuter les alentours, les cloches des autres villages étant fondues pour faire des canons. En 1659, les habitants réintègrent le village avec leur curé, Francisco Cases et Claira devient française. Le village est cité à partir du xie siècle (1013, 1070 et 1091). Les siècles suivants (xiiie siècle au xve siècle), plusieurs textes font état des fortifications du village et des réparations à y effectuer. Lors des guerres qui opposèrent la France à l'Espagne au xviie siècle, une des batailles prit place à proximité de la localité.
Clarà i Villerac ROSSELLÓ
Clara-Villerach (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
265 habitants en 2019. Vous l'aurez compris, il s'agit de deux communes autrefois séparées qui ont été réunis pour n'en former qu'une. Géographiquement les deux sont séparés de deux kilomètres, Villerach étant de l'autre côté d'un versant montagneux. C'est à Clara que se trouve la mairie. Les quelques rues suivent le cours de la rivière locale. Eglise est plutôt agréable à regarder, à clocher-tour aux décorations faites en briques. Le reste du village possède des fontaines, quelques vieilles maisons, et dans les environs, au Sud-Est, il y a l'ermitage St Etienne de Pomers, encore occupé de nos jours, qui fut établi à partir du XVIIe siècle sur les restes d'un château comtal et de sa chapelle. L'ensemble est visible au Sud-Est du village, après une belle promenade. Sinon le territoire de Clara-Villerach est traversé par un canal d'irrigation de 42Kms de long datant de 1881. De Serdinya, en amont de Villefranche-de-Conflent, il va jusqu'à Marquixanes. Il distribue l'eau de la Têt sur les terrains qu'il traversee. Clara est géographiquement assez proche de Prades, qui est la grande commune du bas-Conflent. C'est cette proximité qui rend possible.  HistoireIl faut attendre l'arrivée des carolingiens en 811 pour que naisse le système féodal. Les soldats de Charlemagne ayant conquis le territoire, ils firent venir des moines, la plupart du temps de l'empire sarrasin au Sud, pour bâtir des grandes abbayes qui, au fil du temps, essaimèrent des chapelles un peu partout dans la région. La première mention de Clara est faite à travers son château St Etienne de la Roca dont il nous reste les soubassements d'une tour carrée. Placé à 750m d'altitude, il est cité dès 865. Ce document nous apprend que le château de Clara avait un rôle extrêmement important au IXe siècle pendant la reconquête du Roussillon par Charlemagne car il s'agissait de la capitale militaire et administrative du Conflent. Il possédait une chapelle castrale dédiée à St Etienne bien sûr, cette chapelle servant d'église paroissiale pour les premiers habitants de la vallée. Elle est toujours debout de nos jours, c'est l'ermitage St Etienne de Pomers (citée sous le nom de Ecclesia Sancti Stephani en 865) C'est donc sur cet éperon rocheux que se dressait le premier village de Clara, son château et son église. Mais le fait d'être un haut lieu militaire n'empêchait pas le devoir spirituel : En fait les seigneurs de Clara n'était pas des laïcs mais des religieux : il s'agissait des moines de l'abbaye Saint Michel de Cuxa, construite tout récemment. Un document daté de 879 nous prouve que cette abbaye possédait, temporellement comme spirituellement, le lieu de Clara. Au XIIe siècle le château de St Etienne de la Roca s'était transformé, il avait perdu sa vocation de siège administratif du Conflent au profit de celui de Joch. Les habitants quittèrent les abords du château pour s'installer plus bas dans la vallée, une région plus propice à la survie. Ils édifièrent durant le XIIe siècle l'église St Martin, siège de la paroisse de Clara. C'est ainsi que fut créé le village que nous connaissons. Cette église fut construite sur les restes d'un édifice religieux plus ancien, du IXe siècle. De l'église du XIIe, il nous reste l'abside semi-circulaire et sa fenêtre à simple ébrasement. La nef date du XIIe et le clocher du XVIIIe. L'église classée renferme un retable du XVIIe et le coffret des Saintes Huiles. La chapelle castrale sera alors modifiée en profondeur, nous faisant perdre une partie de ces spécificités préromanes, pour pouvoir accueillir les premiers ermites.
Codalet CONFLENT
Codalet (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Le patrimoine de Codalet est composé de divers éléments assez intéressants. Tout d'abord son église dédiée à St Félix, qui a été largement modifiée au fil des années. Pour rester dans le religieux, citons la chapelle St Jean de Dossorons, une chapelle isolée au Sud de la ville, sur les hauteurs. Vous en saurez plus à son sujet en cliquant ici. A Codalet il faut aussi citer la mairie, un bel édifice ancien en plein coeur du village. Elle est dotée d'une poivrière. Mais le principal élément du patrimoine à Codalet est l'abbaye St Michel de Cuxa, au Sud de la ville. Vous avez un dossier complet au sujet de la chapelle St Pierre d'Orséolo, qui lui est intimement liée. HistoireBien que situé en plein cœur du Conflent, le territoire de Codalet ne nous a pas légué de vestiges de l'époque préhistorique. C'est en effet dans le Conflent que l'on retrouve le plus facilement des restes de l'époque mégalithique (-2200). Par la suite, les civilisations qui se sont succédées n'ont pas laissé de traces non plus, mais dans leurs cas c'est relativement normal, il est en effet rare que l'histoire nous ai laissé de tels vestiges. Il faudra attendre l'arrivée des carolingiens chassant les sarrasins, en 811, pour que naissent les villages tels que nous les connaissons aujourd'hui. A partir du IXe siècle une puissante abbaye va voir le jour sur les rives de la Têt : Saint Michel de Cuxa. Rapidement doté d'un riche domaine foncier par les comtes de Cerdagne (alors maître du Conflent), elle va immédiatement prendre possession de l'embryon de villages qui s'était formé à proximité. On peut ainsi dire que Codalet était l'une des premières possessions de cette abbaye. On a une trace de cette possession dans un document les récapitulant en 871, soit très tôt. Nous sommes là dans les toutes premières années de l'ère chrétienne en Roussillon. Après l'an mil, la région s'était structurée. La Têt était capricieuse, de nombreuses crues ravageaient ses rives. Pour s'en prémunir les moines imposèrent aux habitants de quitter leur village pour en recréer un plus haut, comme ce fut le cas pour Ansignan par exemple. Nous sommes en 1141. Mais les populations étaient habituées à leur train de vie, ils refusèrent et Codalet resta près de la Têt. En 1342 l'abbaye leur accorda quelques privilèges, la principale étant l'accord d'une charte donnant une organisation municipale à la ville. L'église de Codalet a une base pré-romane peu marquée. En fait, l'édifice actuel est bel et bien celui attesté en 865 ! Malheureusement elle a été largement modifiée. Elle est dédiée à St Félix et contient quelques retables du XVIIIe siècle, en particulier celui du maître-autel, ainsi qu'un Christ du XIVe siècle. Manifestations culturelles et festivités:Fêtes patronales : 20 janvier et 1er août ;Fête communale : 1er dimanche d'août.
Conat CONFLENT
Conat-Betllans (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
La première mention du village date de 977, dans un document attestant le leg d'alleux à Conat et Llugols à l'abbaye St Michel de Cuxa. On retrouve une telle mention un siècle plus tard, lorsqu'entre 1068 et 1095 Bertrand de Salto, fils d'Ermengarde, prête serment au comte Guilhem pour "la Rocha de Sexman et l'honneur de Connad". Ainsi apparaît pour la première fois une famille "de Conat". Par la suite on retrouve des traces d'un tel serment fait par ses deux frères, Bernard Bertrand de Salto et Guillem Bertrand de Salto (1109-1131). Il faut noter qu'on n'a pas encore d'explication sur la dénomination de "Salto", qui n'est pas le village de Sauto mais plus probablement le nom d'un lieu très boisé, comme pouvait l'être la vallée de Conat à cette époque. D'ailleurs Guillem Bertrand se fera nommer "de Conat" au bout d'un certain temps. Au XIIe siècle, de 1162 à 1196, Bernard Bertrand de Salto, fils d'Ermessende, rend hommage au roi pour "le castellum de Conad, la Rocha de Sexman, et toutes les fortifications de Salto et Conad", ce qui rend plausible l'hypothèse selon laquelle Salto est la partie haute de la vallée, par ailleurs déjà équipée de diverses fortifications éparpillées. L'héritage de la famille de ParacollsEn 1172 le comté du Roussillon est rattaché à celui de Barcelone. Trois ans plus tard le puissant baron de Paracolls, dans la vallée voisine de Molitg, fait un leg avec une certaine Blanche de Conat à Ugo, abbé de Ste Marie de Poblet. Comme Blanche était la dernière héritière de la famille de Conat, il semble évident qu'elle se soit marié avec son voisin, la famille de Paracolls, apportant en dot sa seigneurie composée de toute la vallée de Conat. Guillaume Bernard de Paracolls devient donc le nouveau propriétaire de Conat. On retrouve le couple en 1186 grâce à un leg qu'il fait à la commanderie du Mas Deu (les templiers, à l'époque de leur intendant Pierre de Aiguevive). Leurs enfants prendront leur suite (Séguier et Guillema). Le 12 des calendes de mai 1258, un autre document de leg nous apprend que la seigneurie de Paracolls a été récupéré par le roi d'Aragon, probablement suite à l'extinction de la branche familiale, par manque d'héritier mâle. Les 15 des calendres de novembre de 1263 Sibille de Conat concéda le bailliage de Conat à perpétuité à Pierre Lauret, qui transmettra les deux vallées de Molitg et de Conat à ses enfants pour le compte du roi. Le 16 novembre 1307 le roi d'Aragon rachète à Bérenger Lauret, de Conat, le bailliage, puis plus tard diverses dîmes et droits sur Urbanya et ses environs. Carte de la vallée de ConatLe 12 des calendes de mai 1258, un autre document de leg nous apprend que la seigneurie de Paracolls a été récupéré par le roi d'Aragon, probablement suite à l'extinction de la branche familiale, par manque d'héritier mâle. Les 15 des calendres de novembre de 1263 Sibille de Conat concéda le bailliage de Conat à perpétuité à Pierre Lauret, qui transmettra les deux vallées de Molitg et de Conat à ses enfants pour le compte du roi. Le 16 novembre 1307 le roi d'Aragon rachète à Bérenger Lauret, de Conat, le bailliage, puis plus tard diverses dîmes et droits sur Urbanya et ses environs. Conat, domaine royalA partir de 1340 la vallée de Conat fut régie par le bayle royal Jean Bembesers. Nous sommes alors en pleine guerre entre le royaume de Majorque et son voisin d'Aragon, tenu par les deux fils de Jacques 1er le conquérant. Le Conflent, du côté naturel du royaume de Majorque dont il faisait officiellement partie, fut lourdement touché par la guerre surtout lorsque Pierre IV le cérémonieux, roi d'Aragon, annexa cette terre. Les châteaux de la vallée de Conat furent pris donné à des fidèles du roi. Celui de Conat échu à Pierre Parayre, de Villefranche, nommé bayle et châtelain de Conat. Pendant ce temps le roi de Majorque fut arrêté, conduit à Barcelone où les corts lui proposèrent de conserver la seigneurie de Montpellier pour s'y retirer. Mais il refusa, monta une petite armée et envahi le Conflent à nouveau, qui l'accueilli à bras ouverts. Pierre le Cérémonieux dû à nouveau reconquérir ses terres et c'est lors de ces combats que fut détruit le château de Conat. Bien évidemment une nouvelle révolte engagea de nouvelles sanctions, et alors que la quasi-totalité de la population de Prades mourut lors de sa fuite à travers la Têt en furie le soir où les chevaliers du roi entrèrent dans la ville, les villages environnants ne reçurent que de lourdes amendes à payer en nature. Des documents datant du 15 décembre 1349 nous apprennent que le roi allégea les peines suivant la formule : Nous, Pierre d'Aragon, compatissant à la misère de nos fidèles et probes hommes de la vallée de Conat, faisons remise de 1000 sols de Barcelone qu'ils restaient à nous devoir sur 13000 sols qu'ils avaient été condamnés à nous donner en raison de l'agression fait par Jacques de Montpellier, en terre de Conflent. La famille CardonaDurant le XVe siècle la région connut un peu de tranquillité. Les guerres de religion n'eurent pas beaucoup de conséquence ici mais un évènement majeur eu lieu en 1408. On trouve une certaine Yolanda qui engagea la vallée de Conat à Spérandeu Cardona, de Villefranche. Yolanda était la belle-soeur du roi Martin l'Humain, ce qui prouve que Conat était resté dans le giron des roi d'Aragon jusqu'à cette époque. En 1431 Michel de Cardona hérite de la seigneurie à la mort de son père Spérandeu, ce qui est confirmé par le roi en personne. La famille Cardona va rester en possession de Conat relativement longtemps. L'évènement suivant est daté de 1463, date où les troupes de Louis IX, roi de France, pénètrent en Roussillon et l'occupent. Les révoltes sont nombreuses, et Michel de Cardona se voit confisquer ses terres de Conat par acte du 10 décembre 1470 au profit d'un certain seigneur de Boymenart et de Tramanches, maréchal de France. Peu après le roi redonne la vallée à la femme de Michel de Cardona, Clara (28 mars 1471) mais lui retire à nouveau le 1er août 1472 au profit de Pierre de Tregura, qui avait tenu Prades pour le compte du roi de France. Enfin le 4 février 1479 le roi de France restituait à Michel de Cardona la vallée et la baronnie de Conat. Dernière possession royaleEn 1492, alors qu'il a hérité du Roussillon de son père, le roi de France Charles XVIII cèdera cette terre à Ferdinand le Catholique, marquant la fin de l'occupation française (30 ans) La vallée de Conat connaîtra par la suite divers propriétaires : Jean-François de Mirambellet de Cardona (1530), Jacques de Alemany et de Bellpuig (1532), Galcerand de Cruilles (1548) avant de retomber dans le domaine royal le 13 mai 1550 (nomination du nouveau châtelain, Jean Laborie, le 10 janvier 1556) En 1603 le domaine royal était toujours le propriétaire de la vallée de Conat, par le biais de différent procureurs royaux, pour le compte de Philippe II. (28 juillet 1624 : Jean de Llupia, 11 mai 1654 : Isabelle Dulac) On retrouve ensuite la baronnie dans les mains d'Antoine d'Ortaffa (1763) puis de Paul d'Ortaffa (1789), qui la conserva jusqu'à la révolution française. En 1792 les biens de Paul d'Ortaffa furent confisqués pour être revendu à Carol-Bonnel pour 40000 francs. Par la suite l'histoire de Conat prend un cours plus tranquille pour devenir le village que l'on connait de nos jours.
Cornellà de la Ribera ROSSELLÓ
Corneilla-la-Rivière (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
La première trace écrite de Corneilla dans un document, celle qui nous fait apparaître le village tel que nous le connaissons aujourd'hui se trouve en 902 dans un acte permettant le creusement d'un canal d'irrigation des terres situées autour du village. Puis en 951 un autre document montre que la paroisse était une possession de l'abbaye de La Grasse, en Languedoc. L'abbé était au XIIe siècle seigneur temporel de Corneilla et la nomination du curé lui appartenait. La première église datant du XIe fut incendiée au XVIIe par les Castillans et reconstruite. Elle a été consacrée en 1145 par Udalgar, évêque d'Elne et fut agrandie au XIXe siècle. Cette église est dédiée à St Martin, elle est remarquable par son portail d'entrée en marbre et son mobilier : un retable du choeur du XIXe avec des statues du XVIIIe siècle, ainsi que d'autres statues du XVIIIe siècle aussi. La sacristie contient deux "Vierges du Rosaire" du XVIIe. Cette église contient aussi un tableau restauré récemment, "Ste Ursule". Il est attribué à Guerra le Jeune. Au XIIe siècle, alors que le comté de Bésalu est intégré à celui de Barcelone et que s'est déjà dessiné la Catalogne, Corneilla semble être un village rural ayant bien pris son essor. Il est protégé par un château, en fait une grande maison fortifiée, et au XIIe, puis au XIIIe siècle on ceinturera le village d'une muraille flanquée de tours de défense. Le village en possède encore deux tours. Détail amusant, une maison attenante à l'église date aussi de cette époque, elle a une entrée donnant directement dans l'édifice religieux. L'eau amené par le canal n'était pas seulement destiné à l'irrigation mais servait de source d'énergie. Ainsi fut-il construit un moulin à huile, mû par la force hydraulique et dont on peut encore voir des vestiges de nos jours. Par la suite Corneilla suivra tranquillement l' histoire du Roussillon. Il sera peu concerné par la guerre de 30 ans opposants la France et l'Espagne, puis il passera à la France après l'occupation du territoire puis la signature du traité des Pyrénées qui officialisera la frontière entre les deux pays. De même la révolution française n'a pas eu de répercutions particulières sur la population. Le village a peu à peu grossi avec l'évolution démographique, il est devenu un village agricole. Signalons enfin qu'à l'extérieur du village, on peut voir un oratoire dédié à Notre Dame. EtymologieLe nom de Corneilla vient de la "Villa Cornelianum", du nom du propriétaire romain ayant fait construire sa villa sur ces terres. Des fouilles ont permis de mettre à jour de nombreuses pièces romaines.
Cornellà de Llobregat CATALUNYA SUD
Cornellà de Llobregat
89.300 habitants en 2021. Cornellà de Llobregat a une histoire définie par trois facteurs principaux : la proximité de la ville de Barcelone, le fait qu'il s'agisse d'un territoire de passage - comme toute la région du Baix Llobregat - des voies d'entrée et de sortie de la capitale de la Catalogne, et la présence du fleuve Llobregat. Son nom fait référence à une origine romaine (Cornelianum) dont il reste des vestiges dans la zone du quartier Centre entre l'église paroissiale de Santa Maria et le Château. Il y a aussi des vestiges wisigoths, et la première mention écrite date de 980. Il y avait déjà une église et une tour de défense contre les Sarrasins au même endroit que le château actuel (construit au XIVe siècle). La ville a été incorporée au territoire de Barcelone au XIIIe siècle et, pendant une courte période, a appartenu aux Franqueses del Llobregat. Cornellà était une zone agricole importante, dominée par des fermes jusqu'au XVIIIe siècle. Les colonnes qui président à l'accès au bâtiment de la mairie, véritables joyaux de l'art préroman catalan, ont été retrouvées lors d'une rénovation en 1928. Tout indique qu'une église primitive a été construite à l'emplacement de l'actuelle mairie au Ve siècle et a servi de première église paroissiale. Au Xe siècle, la consolidation du centre de peuplement conduit à l'agrandissement de l'église primitive. A cette époque, les deux colonnes qui soutenaient l'arc principal de l'église ont été ajoutées. Les spécialistes de l'histoire de l'art soulignent la similitude des chapiteaux avec d'autres monuments catalans de la même période (peut-être étaient-ils des artistes de la même école) et l'influence de l'art du califat de Cordoue. En 1716, la ville a été séparée de Barcelone par le décret de Nova Planta et est devenue une partie de la région du Baix Llobregat. En 1819, un changement important a eu lieu avec l'inauguration du Canal de la Infanta : l'irrigation a été développée et il y a eu un extraordinaire processus d'industrialisation. Le chemin de fer y est arrivé le 30 septembre 1855, qui a fait la ligne de Barcelone à Molins de Rei et qui, peu de temps après, a été complété par un service de tartan qui allait de Cornellà à Sant Boi à travers la Révolte Noire. Ce système de transport dura jusqu'à l'inauguration le 29 décembre 1912 du tronçon de la ligne Llobregat-Anoia qui traversait la ville par sa zone basse : celui dit Carrilet Pendant tout un siècle, le secteur textile devint la base économique de la municipalité, et en même temps, avec les deux lignes de chemin de fer, les centres de population séparés du Centre se sont développés (quartiers de Riera, Almeda, Pedró, La Gavarra). En 1910, la société Siemens AG a été fondée à Cornellà. A partir de 1950, les arrivées de nouveaux habitants se multiplient et le processus d'industrialisation et d'urbanisme, souvent désordonné. Les quartiers Sant Ildefons (années 1960) et Fontsanta (1974) ont été construits. Elle a atteint 100 000 habitants en 1979. Cette croissance a réuni des personnes d'horizons divers à Cornellà de Llobregat, apportant leur personnalité, leur culture et leur histoire à celle de la ville. Le mouvement associatif et les festivités qui s'y déroulent témoignent de cette variété et richesse des contenus culturels. Au cours des vingt-cinq dernières années, le conseil municipal démocratique a mené à bien un processus de lente récupération de la municipalité dans tous les ordres. L'expansion urbaine a été rationalisée et des services et équipements ont été mis à la disposition de l'ensemble de la population. Trois grands espaces verts ont été créés, les parcs de Can Mercader, La Infanta et La Ribera (maintenant disparu avec la construction du stade RCD Espanyol). Aujourd'hui, le tissu économique de Cornellà est beaucoup plus équilibré, il accueille de nombreuses entreprises de logistique et aussi celles liées à la nouvelle économie.
Cornellà del Bèrcol ROSSELLÓ
Corneilla-del-Vercol (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
2 327 habitants en 2019.   ToponymieEn catalan, le nom de la commune est Cornellà del Bèrcol.Elle est vraisemblablement située sur l'emplacement d'une « villa » romaine (villa Corneliani) traversée dans l'antiquité par la Via de carles, dont l'appellation subsiste de nos jours sous le nom du Chemin de Charlemagne. Certains auteurs disent qu'il s'agit de l'ancien trajet de la voie herculéenne et de la via Domitia. Ce chemin traversait au voisinage de la villa une forêt, dite forêt de Bercale : d'ou le nom de Bércol.   Monuments et lieux touristiquesÉglise Saint-Christophe, construite en 1884 sur l'emplacement de l'ancienne église romane ;Château des XIVe et xve siècles ;Chapelle Sainte-Marie-du-Paradis, d'origine romane et entièrement remaniée au XIXe siècle.   HistoireCorneilla del Vercol, situé en plaine, n'a pas conservé de vestiges de la lointaine époque préhistorique. Il faut dire que son emplacement, sur un sol trop acide, dans une zone restée marécageuse fort longtemps, n'a pas permis la conservation d'ossements ni même d'outils. Par ailleurs, l'érection de dolmens ou de menhirs ne s'est faite que dans des zones de moyennes montagnes (Aspres, Conflent).Les premiers habitants de la région furent envahis durant les millénaires précédents notre ère par les ibéros-ligures, puis vers -500 par les celtes et enfin les romains (conquête en -121). Ceux-ci, particulièrement bien organisés, structurèrent les terres sur la base de domaines agricoles et c'est là qu'est l'origine de Corneilla del Vercol. D'ailleurs un vestige de cette époque, découvert en 1870, nous apporte la preuve de l'habitat romain sur ce territoire, il s'agit d'une inscription qui semble se rapporter à un monument votif romain. Cette inscription est désormais à Perpignan.A la chute de l'empire romain, ni les wisigoths (412), ni les sarrasins (735) n'ont laissé de traces sur le site. Il faut dire que ces deux peuples n'ont quasiment pas bâtis et leurs restes sont très rares. Il faudra donc attendre l'arrivée des carolingiens en 811 pour que naisse le système féodal. Les soldats de Charlemagne ayant conquis le territoire, ils firent venir des moines, la plupart du temps de l'empire sarrasin au Sud, pour bâtir des grandes abbayes qui, au fil du temps, essaimèrent des chapelles un peu partout dans la région. La première trace écrite de Corneilla apparaît dans ce contexte, dans un document écrit qui date du IXe siècle faisant mention d'une forêt située au Nord d' Elne et que l'on appelait "Berchale", qui s'est transformé en "Bercol" ou "Vercol". Mais c'est en 1087 que nous pouvons être sûr de l'existence d'une église.En 1205 le seigneur de Corneilla, Raymond, n'a pas eu de descendance, aussi légua t-il son fief à l'hôpital des pauvres.   Une procession centenaireLe 5 avril 1889 le village fut atteint d'une terrible épidémie de variole pestilentielle. Elle fut enrayée grace à Saint Christophe, St patron de la ville, a qui les villageois avaient promis de remplir le devoir pascal chaque année. Jusque dans les années 60 le 5 avril était férié à Corneilla, et une procession se formait à 10h précise. De nos jours, seul un office religieux rappelle cet évènement.
Costoja VALLESPIR
Coustouges (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Nous trouvons une première trace de Coustouges vers 200 après J.C. Dans l'empire romain la traversée des Pyrénées se faisait soit par le col du Perthus, soit par celui de Coustouges. La Via Vallespirani passait par Custodia, et c'est tout naturellement qu'il y avait ici une garnison militaire, chargée du contrôle de la route. Par la suite les wisigoths qui conquirent le territoire au début du Ve siècle donnèrent une certaine importance à ce lieu qu'ils considérait comme un passage dans les Pyrénées. Les sarrasins mirent fin au peuplement de Coustouges en établissant l'embryon du village. Puis, une fois le territoire reconquis par Charlemagne et alors que les premières abbayes étaient tout juste sorties de terre, les normands vinrent piller le site. Il devait probablement s'agir des mêmes bandes qui saccagèrent l'abbaye Ste Marie d'Arles. On ignore tout des premiers habitants de Coustouges ainsi que de la formation de la seigneurie, mais un document de 936 nous indique que Rotrude vend le village à Ava, comtesse de Cerdagne et de Besalu et à son fils Oliba. Le terrain était très large puisqu'il englobait Villaroja (Villeroge), Falgans, Serralongue, Le Tech et le Mont Nègre, c'est à dire le territoire de St Laurent de Cerdans qui sera construit plus tard. Un deuxième document, daté lui de 979 nous apprend que Miron II évêque de Gérone et comte de Bésalu lègue par testament les dîmes de l'église de Coustouges à Ste Marie d'Arles. Puis en 988 Ermengarde donne Coustouges à son mari le comte Oliba, qui le lègue à Ste Marie d'Arles. L'église du village fut consacrée le 26 novembre 1141, il s'agissait à l'époque d'un modeste chapelle, mais elle est toujours debout, preuve du génie de nos ancêtres dans le domaine de la construction. C'est Raymond 1er, abbé d'Arles, qui fait consacrer cette église par Udalgar, l'évêque d'Elne. La Vierge Marie en sera la protectrice. Coustouges possède de nos jours un hameau, Villeroge. Et pour finir, sachez que les noms des rues de Coustouges sont particulièrement originaux.   ToponymieCoustouges est mentionnée pour la première fois en 936 sous le nom de Costogia. On rencontre par la suite les formes Custuja et Costoja au Xe siècle, Custodia et Custoja aux xie siècle et XIIe siècle, Cellera de Costoja en 1200 et Costoia en 1339. Les formes Costoga, Costoia et Custodia ont cours durant les XIVe siècle et XVe siècle. Au XVIIe siècle, on utilise Costuja et Costoja. Le s final, marquant un faux pluriel, n'apparaît que tardivement lors de la francisation du nom, au XIXe siècle, où l'on trouve alors les formes Costoges et Coustouges. En catalan moderne, le nom de la commune est Costoja. La graphie traditionnelle de Custoja reste toutefois préférable. ÉtymologieLe nom de Coustouges provient du latin Custodia, qui désignait soit un poste de garde, soit une mission de surveillance. Un lieu-dit proche se nomme La Guarda. La position stratégique du village confirme cette étymologie40.
Cotlliure ROSSELLÓ
Collioure (Llibre Blanc de Catalunya Nord)
Au dernier recensement de 2017, la commune comptait 2 427 habitants. La commune est célèbre pour son site géographique et son patrimoine, qui a séduit de nombreux artistes. En catalan, le nom de la commune est Cotlliure. Il apparaît dès le viie siècle sous la forme Caucholiberi et, dans un manuscrit de Julien II de Tolède, Castrum Caucoliberi. La forme évolue ensuite, le village étant nommé surtout Cochliure ou Cocliure (XIIIe siècle et XIVe siècle), peu à peu supplantées par Copliure ou Cobliure et, au XIXe siècle, Cotlliure. En français, il est nommé Coulieure en 1481. Le nom Saint-Michel a également été proposé en 1475, à l'époque où le Roussillon faisait partie du royaume de France. L'origine du nom de la commune provient de deux mots : Kauk et Illiberre. Kauk est une racine pré-latine, ibère ou basque, qui porte l'idée de forme arrondie, parfois utilisée pour désigner des baies ou anses de bord de mer. Illiberre ou Illiberis est l'ancien nom de l'actuelle Elne, une commune située une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Collioure, qui était déjà une cité réputée au vie siècle av. J.-C.. Le nom de Collioure signifie donc « le port d'Illiberis », avec l'idée d'une baie, ce qui correspond à l'actuelle configuration des lieux, le vieux port de Collioure se trouvant au fond d'une anse arrondie. Il est intéressant de noter que même si le deuxième élément du nom, lliure, provient de Illiberre, il signifie aussi libre en catalan. Ce qui a conduit certains scribes à interpréter le toponyme comme étant Cot + libre, et ainsi utiliser des latinisations fantaisistes telle que Caucholiberi au VIIe siècle.
Resultat de la recherche : {{ itemarecherchesauvegarde }}

Actualités :

Aucun resultat
{{resultatactualita.titre}}


Musiciens :

Aucun resultat
{{music.titre}} - {{music.nom}}


Photographes :

Aucun resultat
{{fotoperiodiste.titre}}


Poêtes :

Aucun resultat
{{poetes.titre}}


Villes :

Aucun resultat
{{ajuntamen.titre}} - {{ajuntamen.ville}}


Agenda :

Aucun resultat
{{agenda.titre}}